jeudi 23 mars 2017

Légendes et superstitions d'Auvergne : le Pommier du baptême.

Fleurs de pommier.

Le Pommier du Baptême.

   Autrefois, le jour de la naissance ou du baptême d'un enfant, il était d'usage, dans certaines familles, de planter un arbre fruitier en l'honneur du nouveau venu en ce monde. De vieux contes parfois patois rappellent cette coutume, ils sont empreints de sentiments qui nous ont paru délicats et que nous avons essayé de traduire dans les strophes suivantes :


Petit pommier, planté par mon grand-père,
A mon baptême, un soir joyeux d'avril,
Petit pommier, dresse ta tête fière, 
Forte à narguer la bise et le grésil.
Fils du jardin, roi de ce coin de terre,
Fête aujourd'hui ton vingtième printemps,
Bois le soleil versé sur tes vingt ans !

Fleurs de pommier.

Avril sourit pour parer ta jeunesse,
Petit pommier, savoure sa chaleur,
Chaque rayon te colore et te tresse,
En tes bourgeons, des couronnes de fleurs.
Lorsque la brise épandra sa caresse,
Sur tes jolis calices roses-blancs,
J'irai m'asseoir sous tes rameaux tremblants.

Fleurs de pommier.

J'irai le soir écouter ton murmure,
Touchant pour moi comme un lointain soupir...
Dans les frissons de ta jeune ramure,
J'entends vibrer un tendre souvenir.
Fils inconscient de la féconde terre,
Ta voix pieuse évoque mon grand-père,
Et, dans mon âme, un chant vient le bénir.


Sources ; texte de F. Chadeyras, 1900.
                Photo regardsetviedauvergne.fr,

 Regards et Vie d'Auvergne le blog des Auvergnats, de ceux qui l'aiment et de ceux qui ne la connaissent  pas.



lundi 20 mars 2017

Visitons l'Auvergne : Sauxillanges dans le Puy-de-Dôme.

Sauxillanges

 Bonjour à toutes et tous, pour une de nos premières promenades de printemps, nous voici à Sauxillanges au pied du Livradois-Forez. Le soleil est au rendez-vous pour une visite de ce beau village Auvergnat entouré de verdure.

L'église de la Nativité de Notre-Dame:

Eglise Romane du Xè siècle, remaniée plusieurs fois.

Sauxillanges , l'église.


 
Sauxillanges , l'église.
Sauxillanges l'église.

L'eau omniprésente :

Sauxillanges , ancien moulin
Sauxillanges , bief et ancien moulin


 
On rencontre de nombreux lavoirs, un bief et d'anciens moulins sur ce secteur bien arrosé par plusieurs ruisseaux, l'Eau-Mère, l'Ailloux, la rivière de Chaméane, et même le "merderit" qui courent partout, c'est le  paradis des pêcheurs de truites, on y trouve aussi des étangs : Lospeux, les Prairies,  pour les amateurs de carpes et autres.














Le quartier "des belles pierres" :

    C'est aussi un village doté d'un riche patrimoine : un quartier Gothique / Renaissance remarquable, la "place du Marchédial" ou "marché au blé" où l'on trouve de magnifiques portes sculptées, arches et arcades ou escaliers de pierre à vis.

Sauxillanges , quartier Gothique/Renaissance


Sauxillanges , quartier Gothique/Renaissance


Sauxillanges , quartier Gothique/Renaissance


Sauxillanges , quartier Gothique/Renaissance


Sauxillanges , quartier Gothique/Renaissance


Sauxillanges , quartier Gothique/Renaissance escalier à vis
Sauxillanges , quartier Gothique/Renaissance escalier à vis

Sauxillanges , quartier Gothique/Renaissance

 Des assemblages de pierres parfois un peu curieux comme ici, cette belle entrée, certainement  de la demeure d'un notable.

Sauxillanges , quartier Gothique/Renaissance


Sauxillanges , quartier Gothique/Renaissance la maison du Bailli
Sauxillanges , quartier Gothique/Renaissance la maison du Bailli

Les rues :

 Rue de l'Hospice, rue du Four, rue des Fossés, rue du Térail, rue des Nobles, rue des Bouchers, quai des Coufferts ... autant de noms évocateurs de leur passé et d'un centre-ville riche en commerçants et artisans.

Sauxillanges


Sauxillanges

A voir :

La "Maison du Patrimoine" au 4 place de la Liberté, dans un ancien monastère Clunisien fondé en 927.
Le cloître.
Le Bief.
Le Petit Château
La maison du Bailli, etc, etc.

Et aussi  de très bons restaurants. Bonne visite.

Sources Textes et photos : © regardsetviedauvergne.fr
Regards et Vie d'Auvergne le blog des Auvergnats, de ceux qui l'aiment et de ceux qui ne la connaissent  pas.





jeudi 16 mars 2017

Visitons l'Auvergne : l'église de saint Myon, Puy-de-Dôme.

Saint Myon : son église romane Auvergnate.

Eglise saint Médulphe de saint Myon.
Eglise saint Médulphe de saint Myon.

   Le village de saint Myon se trouve au nord-est de Combronde dans le Puy-de-Dôme, au-dessous du village d'Artonne. Le village est bâti sur une petite éminence où coule la Morge.  L'église dépend de la paroisse de saint Bénilde. Longtemps réputé pour ses sources d'eaux minérales, riches en acide carbonique. Elles étaient utilisées pour lutter contre les maladies liées à la digestion, le grand Colbert leur accordait d'ailleurs beaucoup de confiance.
Ce village possède aussi une belle petite église du pur style roman Auvergnat, que nous allons visiter, si vous le voulez bien.

Eglise saint Médulphe de saint Myon. Façade ouest
Eglise saint Médulphe de saint Myon. Façade ouest

   Saint Myon, le nom actuel est une corruption de saint Médulphe, anciennement appelé : " saint Meaulps", des reliques de ce saint auraient été en ce lieu dès le XIe siècle, malheureusement elles ont été détruites en 1793. Il y aurait aussi une pierre, dite "de saint-Myon" qui avait, dit-on, la particularité de pouvoir guérir les maladies des yeux.

Eglise saint Médulphe de saint Myon. Façade sud
Eglise saint Médulphe de saint Myon. Façade sud

Le portail sud et sa tour carrée.

Saint Médulphe :

  Saint Médulphe, était un prêtre réputé, anachorète et  Arverne du VIè siècle.  On lui attribue une légende très ancienne selon laquelle, il aurait donné à saint Genès le Comte, de la ville de Combronde toute proche, un essaim d'abeilles pour lui rappeler une promesse de lui envoyer tous les ans, en juin, 3 quartes d'eau pour arroser ses prés. La légende dit que toutes les années en juin l'essaim venait à un jour fixe, en l'église de Combronde, que d'innombrables petites abeilles se posaient sur tout le monde sans le moindre risque de piqûre, puis, aussi subitement qu'elles étaient arrivées ...  repartaient.


Eglise saint Médulphe de saint Myon. Le portail ouest
Eglise saint Médulphe de saint Myon. Le portail ouest

   Le portail ouest, pour cette entrée nous voici devant une magnifique réalisation du XIIIè siècle,  simple et sobre, sans surcharges inutiles, de chaque côtés 3 élégantes colonnettes soutiennent des plateformes qui auraient pu supporter des statues. Les voussures supérieures se terminent par des feuilles délicates, la remise en état récente avec de belles ferrures, est très réussie.


Eglise saint Médulphe de saint Myon.

L'escalier intérieur, construit vers 1919 pour remplacer l'ancien qui était à l'extérieur.

Eglise saint Médulphe de saint Myon.
Eglise saint Médulphe de saint Myon. 

   Une belle nef lumineuse, un chœur dit "en cul de four" c'est à dire en quart de sphère, c'est la partie la plus ancienne de l'édifice. Deux déambulatoires latéraux, trois chapelles, les vitraux anciens et les chapiteaux aux détails remarquables comme le pacte avec le diable, le minotaure et griffons,  font de cette église une étonnante découverte.

Eglise saint Médulphe de saint Myon.
Eglise saint Médulphe de saint Myon, le toit de lauze.


   A l'extérieur, on remarque la couverture en lauze, ce qui n'est plus très courant en Limagne.  Au XVIIIè siècle une tour carrée servant de clocher a été ajouté.
Bonne visite.



Sources : textes et photos © regardsetviedauvergne.fr

Regards et Vie d'Auvergne le blog des Auvergnats, de ceux qui l'aiment et de ceux qui ne la connaissent  pas.

samedi 11 mars 2017

Le langage des fleurs : l’œillet.

L’œillet.
Oeillets de poète

Amour vif et pur.

Comme l’œillet dans un parterre, 
Qui ne fleurit jamais si bien
Que lorsqu'un osier tutélaire 
A ses branches sert de soutien,
Notre amour vif et pur soupire
En s’exhalant de notre cœur,
Et sans un soutien il expire
Avant d'épanouir sa fleurs !

Qui soutiendra notre tendresse
Comme le fait un osier fin,
Quand en éventail il redresse
L’œillet qui fleurit le matin ?

C'est la femme vaillante et sage,
Souple et franche comme l'osier,
Lorsqu'à notre amour sans partage
Elle consent à se lier...

Alors attaché pour la vie,
Notre amour fleurit tous les ans,
Et, comme l’œillet, multiplie
Les belles fleurs de son printemps !


Autre article sur le même sujet : 

Le Langage des Fleurs et Plantes.



Sources texte de Jules Bondon : Les Fleurs, Fabliaux et poésies, 1861.
               Photos : © regardsetviedauvergne.fr
Regards et Vie d'Auvergne le blog des Auvergnats, de ceux qui l'aiment et de ceux qui ne la connaissent  pas.

mardi 7 mars 2017

Fête foraine d'hier en Auvergne.

Auvergne, fête foraine.


Fête foraine.


   C'est le royaume de l'incohérence et de l'hystérie. Les gens ont des visages congestionnés et horriblement hilares, les manèges sont vertigineux, et les pitres lamentables, les lutteurs et les belluaires transpirent comme en rut, les camelots ont le verbe haut et le parler gras.
   L'acétylène empeste l'atmosphère lourde déjà des senteurs écœurantes de guimauve, de frites et de parfums.
   La foule pue comme un bouc gigantesque. Elle est mouvante comme l'océan, bourdonnante comme une ruche.
   Les orgues sont haletantes. Les cuivres sont plaintifs. c'est une symphonie pourtant, une symphonie d'une telle hideur qu'elle en devient belle, belle de ridicule et de naïveté.
   De loin, la chose apparaît comme un champ où grouillent des fourmis, autour de champignons anormaux et rotatifs.
   Quand on s'approche, les fourmis prennent forme humaine, mais on s'aperçoit que l'on a accroché aux champignons des nacelles, des chevaux ou des porcs sur lesquels des êtres échevelés se cramponnent affolés par la vitesse, avec une sorte de frénésie lubrique.
   Pressé en cet agglomérat de poitrines, de bras et de jambes, on participe en quelque sorte à la vie immense de cet être complexe : la foule. On en perçoit les sourds borborygmes, les frémissements.
   On se pénètre de sa sueur, de son odeur. On vit par elle et pour elle. Parfois des individualités renaissent. On entend des cris. Des êtres anonymes s'insultent pour des raisons obscures.
   Des attouchements se transmettent de sexe à sexe, et les femelles énamourées gloussent de désir.
   Pourtant l'hydre poursuit son mouvement, sans inquiétude pour les révolutions locales de son incommensurable organisme.
   Elle est l'érotisme, la haine, la bêtise et la laideur.
   Tout ce qui n'est pas elle l'attire. Les lumières, les oripeaux, le mouvement et le bruit.
Ainsi de la fête.

Daniel Isnard.


Sources : texte de Daniel Isnard, l'Auvergne littéraire Artistique et Félibréenne, 1925.
regardsetviedauvergne

.Regards et Vie d'Auvergne le blog des Auvergnats, de ceux qui l'aiment et de ceux qui ne la connaissent  pas.
   

vendredi 3 mars 2017

Visitons l'Auvergne : L'église Notre-Dame du Marthuret de Riom.

Notre-Dame du Marthuret.

Eglise Notre-Dame du Marthuret de Riom, Puy-de-Dôme.
Eglise Notre-Dame du Marthuret de Riom, Puy-de-Dôme.

L’église :

   Ce serrait  sous l'épiscopat de l'évêque Hugues de la Tour du Pin (de 1227 à 1247) et sous le règne de saint-Louis qu'aurait été fondée l'église du Marthuret de Riom, peut-être sur un vieux cimetière avec une ancienne chapelle. Elle a été rebâtie en 1438, puis modifiée souvent tout au long des siècles. Le nom de "Marthuret" soulève de nombreuses questions parmi les historiens et étymologistes pour certain il pourrait venir d'un seigneur de Thuret, Marc de Langeac, pour d'autres il viendrait de "Mater tua" : Martyre,  Savaron l’appelait " Marturis" comme toutes les
Bonjour, merci de votre visite, sur la colonne de droite découvrez les Albums, articles, archives, Top10 etc etc, il y a surement encore des choses à découvrir. Pour être informé des derniers articles publiés inscrivez-vous au flux ou mettre un "j'aime" sur la page Facebook /


Vous pouvez aussi laisser un commentaire ou partager via les réseaux sociaux. A bientôt,

Les articles et photos de ce blog sont la propriété de
© Alain Michel Regards et Vie d'Auvergne. merci de contacter l'auteur pour une copie ou réutilisation.

http://www.regardsetviedauvergne.fr/
Le blog de ceux qui aiment l'Auvergne et de ceux qui ne la connaissent pas.