Octobre, il pleut, co plèu...

 Il pleut...

La pluie en Auvergne, poème.
Il pleut.


Octobre ! Il pleut continuellement :
D'un nuage de poix noire
La pluie tombe à fur et mesure...
Il pleut, il pleut tout le temps.
Aussi, les caniveaux se transforment en rivière
Dont l'eau s'écoule avec rapidité !
Il pleut...

Pendant que cette pluie tombe à plein seau,
Ici, le grand vent du suc mugit.
Le peuplier oscille et se courbe,
Et, dans la nue qui se déchire,
Cet arbre tordu, qui s'effeuille,
Donne une infinie tristesse !
Il pleut...

Il en fait et en fera encore :
Le temps doit pleurer, sans aucun doute :
Aussi bien me semble-t-il,
Qu'aux aiguilles du pin,
Une gouttelette y brille
Telle une larme au bord d'un cil !
Il pleut...

Cela n'en finit plus... il pleut à torrent :
C'est alors que je vois de ma fenêtre
Deux porteurs avec un cadavre
Etendu sur un corbillard.
Personne à la suite... aucune prière ...
C'est bien cela ! Le temps pleure ce mort !
Il pleut...

Traduction en patois Auvergnat :


Outobre. Plèu tendudamèn :
De no niàulo de pejo nèiro
La plôyo toumbo d'à pertèiro...
Cô plèu, cô plèu toto le tèms.
Tabe, gondolas fan ribèiro
Que l'aigo fussis vitamen !
Cô plèu...

Mentre nen toumbo à pleno selho,
Cé roufo l'auro de l'alhan.
La publo que prèn le balan :
E, diens la niaulo que s'eipelho
Quel aibre toursi, que difelho,
Bailo de tristour quau sap quant !
Cô plèu...

Nen fai e nen tournara faire :
Le tèms que dièu pura, sabé ;
Tabe moi, acô m'is déijaire,
Bei las gulhas dau pinaté,
N'eiclancheto lé fa d'eiclaire
Tau lagrimo el rebouord dé l'é !
Cô plèu...

Se resto pus... nen toumbo à-mouort :
Adoun, vèse de ma crousèirio
Dous seditras embei un cors
Eivenla sonbre no sivèiro.
Dengu darrei... gis de prejèiro...
Dé ho ! Le tèms puro aqué mort !
Cô plèu...


R.M.


Source : Journal : " La Musette " , revue artistique et littéraire, organe de la société des originaires du Massif-Central. Octobre 1909. Imprimé à Aurillac. 

Commentaires