Le dernier article à la une :

La fable de l'abeille et du papillon.

 L'abeille et le papillon.

Papillon


Un papillon volage, une prudente abeille,
Auprès d'une rose vermeille,
Dans un magnifique jardin,
Se rencontrèrent un matin.
" D'honneur, dit du zéphyr le courtisan folâtre,
La nature envers vous se montra bien marâtre.
Pouvez-vous comparez aux charmantes couleurs
Dont brille ma robe éclatante
Votre tournure inélégante ?
En grâces, en beauté, je le dispute aux fleurs :
Aussi j'obtiens leurs plus douces faveurs.
Sensibles à mes vœux, chacune, à peine éclose,
De me céder se fait un plaisir, un devoir.
Vous, ma chère, je le suppose,
Vous n'avez pas conçu le chimère espoir
De plaire à cette belle rose ?"
" Lui plaire...moi, faire ma cour !
De m'occuper d'un soin aussi futile
J'ai bien le temps !...Vous pouvez, tout le jour,
De fleur en fleur voler en lacs d'amour :
Pour moi, je m'attache à l'utile.
Leur surprendre un baiser, leur faire un doux larcin,
Vraiment je n'en ai pas envie :
Je ne viens chercher dans leur sein,
Que la savoureuse ambrosie
Dont je sais composer ce miel si précieux,
Doux aliment de notre colonie,
Et qui fournit à l'homme un mets digne des Dieux.
Soit calcul, soit reconnaissance,
L'homme, en retour, vielle à notre existence.
Il nous construit de solides maisons
Où nous pouvons braver l'injure des saisons.
Laissons là ces discours, car le travail m'appelle.
Quant à vous, ami du plaisir,
Et voltigeant de belle en belle,
Tout entier au présent, ne songez qu'à jouir,
Mais attendons l'hiver..." L'hiver vin : la froidure,
Déchainant les noirs aquilons,
Fit succéder aux fleurs les frimas, les glaçons,
Et de son triste voile assombrit la nature :
Plus de roses, plus de verdure.
Tandis qu'avec sécurité
L'abeille vit en paix, dans son obscure asile,
Des trésors que, durant l'été,
Elle sut amasser en ménagère habile,
Si brillant autrefois, le pauvre papillon,
Solitaire, transi, près d'un épais buisson,
Par la faim et le froid voit terminer sa vie.
" Ah ! Dit-il en mourant, honnêtes artisans,
Aux jeunes désœuvrés, aux légers courtisans,
Gardez-vous de porter envie".

Les Fables, par Théodore Lorin.


 Sources : ©  Regards et Vie d'Auvergne, texte de Théodore Lorin, 1850. N'hésitez pas à laisser un commentaire ou à vous abonner aux publications du blog, au bas des articles. Merci de votre visite et à bientôt. 


Commentaires

Top10 des articles les plus consultés :

Petit Abécédaire du langage Auvergnat.

Le jardin de Marie-Jeanne, un paillage bio, bon et beau.

Recette Auvergnate de la tarte à la bouillie.

Gastronomie régionale : le Millard aux cerises.

Devinettes et humour en patois Auvergnat.

Gastronomie régionale : la Pachade Auvergnate.

Visitons l'Auvergne : le monastère Bouddhiste Dhagpo Kundreul Ling à Biollet, Puy-de-Dôme.

Visitons l'Auvergne : Le Gour de Tazenat, Puy-de-Dôme.

Croyances, Coutumes, Superstitions de nos campagnes.