Espace sponsorisé votre contenu après la pub

E

  • Recherche dans ce blog :

    01 juillet 2013

    La glaneuse.


    Contenu sponsorisé
    CPA  l'été

    La glaneuse. (poème)



    Je cheminais dans un sentier
    Qui serpente à l’ombre des chênes,
    Seul, oubliant le monde entier,
    Je cheminais dans un sentier.
    L’oiseau chantait dans l’églantier
    Et volait aux sources prochaines.
    Je cheminais dans un sentier
    Qui serpente à l’ombre des chênes.




    Soudain, le long du vert taillis,
    Parut une belle glaneuse.
    Les champs en furent éblouis
    Soudain, le long du vert taillis.
    Elle allait portant des épis
    En longue gerbe lumineuse.
    Soudain, le long du vert taillis,
    Parut une belle glaneuse.

    Le soleil dardait ses rayons
    Et brûlait son col et sa bouche.
    Sur sa poitrine et ses haillons,
    Le soleil dardait ses rayons.
    C’était la reine des sillons,
    Superbe, naïve et farouche
    Le soleil dardait ses rayons
    Et brûlait son col et sa bouche.

    Quand elle passa près de moi
    Je dis : « Bonsoir, Mademoiselle. »

    J’éprouvai comme un vague effroi,
    Quand elle passa près de moi.
    Mais, simplement et sans émoi :
    « Bonsoir, Monsieur, » répondit-elle.
    Quand elle passa près de moi,
    Je dis : « Bonsoir, Mademoiselle. »


    Elle marchait sans se hâter,
    De ses pieds nus courbant les herbes.
    Ne songeant pas à m’éviter
    Elle marchait sans se hâter.
    Qui donc eût osé l’arrêter
    Cette glaneuse aux airs superbes ?
    Elle marchait sans se hâter,
    De ses pieds nus courbant les herbes.

    Je me retournai cependant
    Et je la vis parmi les branches,
    Un bras levé, l’autre pendant.
    Je me retournai cependant.
    Elle allait sous le ciel ardent,
    Robuste et droite sur ses hanches,
    Je me retournai cependant
    Et je la vis parmi les branches.

    Longtemps, je la suivis des yeux
    Se perdant…là-bas… sous les chênes…
    Ravi, mais presque soucieux,
    Longtemps, je la suivis des yeux.
    L’oiseau triste et silencieux
    Avait fui les sources prochaines,
    Longtemps, je la suivis des yeux,
    Se perdant…là-bas…sous les chênes…



    Contenu sponsorisé


       Sources : Les Albums collections : CPA, Vieux Papiers, Photos originales et inédites, collections à voir dans la colonne de droite.© Textes et Photos Regards et Vie d'Auvergne.Vous pouvez laisser un commentaire au bas de l'article.




    Aucun commentaire:

    Publier un commentaire

    Cet article vous a plu, alors n'hésitez pas : laissez un petit commentaire, pour cela :
    1) Ecrivez votre texte ci-dessous
    2) Choisissez une identité
    3) Cochez la case "je ne suis pas un robot"
    4) Cliquez sur "publier commentaire"
    Et voilà !
    Partagez l'article ou faîtes-le connaître sur vos réseaux sociaux.
    Merci de votre visite.

    Top 10 des articles les plus consultés :

    Derniers articles et archives ;