Si vous utilisez un bloqueur de publicités, merci de le désactiver pour ce site, pour que celui-ci reste libre et indépendant, merci de votre compréhension.

mercredi 12 juin 2013

Violettes.

Violettes

Violettes.

Ce n’est pas  sans raison que l’on te dit modeste,
Toi qui reste cachée aux lieux où tu fleuris,
Dérobant sous l’abri de ton feuillage agreste
Ta couleur d'Iris et ton parfum de Pensée.

Comment ne pas t’aimer quand tu rends l’ambroisie
Et même l’Idéal accessibles à tous ?
L’amour, le souvenir, jusqu’à la poésie,
Sont répandus par toi, talisman de deux sous !

Pour les morts biens aimés tes couronnes sont prêtes ;
On prise tes bouquets presqu'autant qu’un trésor ;
Tu portes le cachet de l’âme, et tu le prêtes,
Le faisant circuler comme l’argent et l’or.

On peut te prodiguer, tu n’es jamais vulgaire ;
Fleur du riche et du pauvre, on te choie à plaisirs ;
C’est toi la plus chérie et la plus populaire :
Il n’est pas de jardin qui voulût te bannir.

C’est un puissant aimant que ton céleste arôme :
Quelque part qu'il s’élève on s’y sent attiré.
Flore ne connaît pas, dans son vaste royaume,
Un emblème, un bijou plus que toi désiré.

Aussi ne dois-tu rien envier à la Rose,
Qui n’a jamais reçu de plus grande faveur :
« L’amante dans son sein intimement te pose,
Tu partages sa vie et tu meurs sur son cœur ! »



Sources : la poésie des fleurs
                © Alain-Michel, Regards et Vie d'Auvergne.
                Le blog de ceux qui aiment l'Auvergne, et de ceux qui ne la connaissent pas.





Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Cet article vous a plu, alors n'hésitez pas : laissez un petit commentaire, partagez-le ou faîtes-le connaître sur vos réseaux sociaux. Merci de votre visite et à bientôt.