Espace sponsorisé votre contenu après la pub

  • Recherche dans ce blog :

    31

    14 juin 2013

    Le bateau de Joze, Puy-de-Dôme.


    Contenu sponsorisé

    Le Bateau de Joze

     

    Joze, puy de Dôme


    Pendant que le soleil à l'horizon se couche,
    Dardant ses traits de feu, comme un guerrier farouche,

    L'église le clocher en pointe, les maisons
    Du village, émergeant parmi les frondaisons,

    Se profilent en noir sur la rouge lumière,
    Au-dessus du coteau qui borde la rivière.

    L'Allier large et profond, aux clairs scintillements,
    Semble dans ses flots bleus rouler des diamants.

    D'un coté, sur sur ses bords, les saules et les aunes
    Ourlent d'un vert léger l'or fin des sables jaunes,

    Que le soleil mourant crible de ses rayons.
    De l'autre, c'est la plaine aux arides sillons,

    Couverte de cailloux, nue ainsi qu'une grève.
    Cheminant à pas lents, comme le jour s'achève,

    Des paysans portent des bêches ou des faux,
    Des femmes aux pieds nus ployant sous leurs fardeaux,

    Des bergers ramenant les bêtes du pacage
    Viennent prendre le bac pour rentrer au village.

    Le bateau primitif les attend, amarré
    Prés des poteaux unis en croix de Saint-André,
     
    Le pont de Joze

    D'où la corde noircie, au dessus de l'eau vive,
    S'étend comme un serpent, de l'une à l'autre rive.

    Un mat grossier se dresse au flanc du lourd bateau;
    Il s'appuie au cordage, et, reflété par l'eau,

    Un homme est là, debout, une main sur la barre.
    Mais tous sont embarqués, et, dénouant l'amarre,

    Le passeur gravement donne un coup d'aviron.
    On entend sa voix rude, où se mêle un juron,

    Et l'agreste radeau glisse le long du câble.
    Charmant tableau ! Les flots, les arbres et le sable

    Étincellent. Le globe énorme du soleil
    Va bientôt disparaître à l'horizon vermeil.

    Les vaches et les bœufs passent l'onde à la nage.
    Les uns en mugissants atteignent le rivage,

    Les autres , sur les flots, lèvent leurs mufles roux;
    Et, du bord, les bergers leur lancent des cailloux.




    Sources:Poèmes d'Auvergne,Gabriel Marc, Gallica
                   © Alain-Michel, Regards et Vie d'Auvergne.
                  Le blog de ceux qui aiment l'Auvergne et de ceux qui ne la connaissent pas.

      Contenu sponsorisé

    Aucun commentaire:

    Publier un commentaire

    Cet article vous a plu, alors n'hésitez pas : laissez un petit commentaire, pour cela :
    1) Ecrivez votre texte ci-dessous
    2) Choisissez une identité
    3) Cochez la case "je ne suis pas un robot"
    4) Cliquez sur "publier commentaire"
    Et voilà !
    Partagez l'article ou faîtes-le connaître sur vos réseaux sociaux.
    Merci de votre visite.

    Top 10 des articles les plus consultés :

    Derniers articles et archives ;