Si vous utilisez un bloqueur de publicités, merci de le désactiver pour ce site, pour que celui-ci reste libre et indépendant, merci de votre compréhension.

mercredi 6 mars 2013

Sonnet de Mars.

Mars.


 
C’est un matin de mars qu’elle m’est revenue,

Éveillant le jardin d’un bruit de falbalas,

L’enfant toujours cruelle et toujours ingénue

Que je n’ai point aimée et qui ne m’aimait pas.

 

Le givre s’égouttait aux branches, mais plus bas

La neige ourlait encor les buis de l’avenue ;

Et le frisson de l’hiver, sous leur écorce nue,

Emprisonnait le rire embaumé des lilas.


 

Un clair rayon brille soudain : « C’est moi ! » dit-elle.

Dans l’air moins froid passa comme un cri d’hirondelle,

Je la vis me sourire et crus avoir seize ans.


 

Et depuis, quelquefois, je me surprends à dire,

Songeant à ce rayon, songeant à ce sourire :

C’était presque l’Amour et presque le Printemps.
Paul Arène
 
 
 
Sources : Poésies de Paul Arène, 1843/1896.
               © Alain-Michel, Regards et Vie d'Auvergne.
              Le blog de ceux qui aiment l'Auvergne, et de ceux qui ne la connaissent pas.

 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Cet article vous a plu, alors n'hésitez pas : laissez un petit commentaire, partagez-le ou faîtes-le connaître sur vos réseaux sociaux. Merci de votre visite et à bientôt.