lundi 24 décembre 2018

L'histoire de Jean Mian, conte de Noël.

Jean Mian.

Les Ruches de Jean Mian.
Les abeilles de Jean Mian.

   Au tournant de la route, avant d'arriver au village, une douzaine de ruches s'alignaient.

    " Approchons nous pour voir si le bon soleil qu'il fait à l'abri de ce roc,
dans ce creux de vallon, n'aurait pas réveillé les abeilles ? "

   Je m'aperçus alors que toutes les ruches étaient nouées d'un brin de crêpe et j'en conclus, connaissant la coutume, qu'il y avait un mort dans la maison. Une vieille femme passa, courbée sous son faix de litière. Je l'interrogeai. Elle me dit :

   " C'est pour le Jean Mian que les cloches ont sonné, depuis hier il est allé nous attendre..."

   Et d'un geste de sa main plus sèche que le buis de sa charge, elle me montrait sur le coteau le mur bas et blanc du cimetière.
Jean Mian ? 
Mais je le connaissais, Jean Mian !
   Un homme d'ancien temps, tout à fait à la vieille mode. Et soudain, je me le rappelai comme je l'avais vu souvent, étant écolier, avec son chapeau blanc, ses culottes que boutonnait un bouton de buis large comme un écu, sa veste courte à collet montant, en burelle couleur de la bête, et son gilet rayé dans les goussets duquel il aimait à fourrer les poings.
Ménétrier à ses moments perdus, Jean Mian fit longtemps danser aux vogues... Il était le dernier à savoir les vieux airs. Lui retiré, le cornet à piston, la clarinette sont venus, et le pays n'a plus entendu ronfler le tambourin ou gazouiller le galoubet, ce qui faisait comme une dispute de cigale et de rossignol.
   Jean Mian était pénitent. Combien de fois ne l'ai-je pas vu aux processions, ce petit homme, trébuchant pieds nus dans la neige sous le poids du grand crucifix, tandis que sa cagoule relevée découvrait un menton rasé, un nez énorme, le tout ruisselant de sueur, et deux yeux noirs plissés et vifs. Mais il en voulait aux curés. Le curé Gravaz, un révolutionnaire ennemi des bonnes traditions, n'avait-il pas fait enlever, à l'entrée de l'église, le vieux banc en noyer luisant où, de temps  immémorial, les bons pénitents, chaque dimanche, vendaient pour un sous aux gamins des carrés de gâteau à l'huile. Et cela sous prétexte que l'argent ainsi récolté s'employait à faire deux fois l'an, entre confrères, ce qui s'appelle un bon repas.
   Car Jean Mian comme tous les artisans, tous les gens des petits métiers à son époque, était friand d'un fin morceau. Pour rien au monde on l'aurait empêché d'aller, sur le coup de cinq heures, à la "chambrette", boire un verre avec les amis, en grignotant quelques amandes, ou, faute de mieux, en croquant un grain de sel gris qui faisait trouver le vin bon. Vous aviez alors à deux sous un litre de vin paysan, aimable à voir et fleurant la grappe. Ces patriarcales débauches ne pouvaient, certes, porter tort ni à la bourse ni à l'estomac.
   Jean Mian ne détestait pas non plus de se payer sa partie de bastidonune  fois par hasard, le dimanche ou dans la semaine. En hiver surtout, par un beau temps, quand les jacinthes reverdies montrent le nez pour voir le soleil à travers les feuilles tombées. Après le déjeuner, assis devant la porte, on regardait le jeune blé luire et frissonner à la brise, on s’extasiait sur les charmes de la saison bénie où tout germe et pousse à la grâce de Dieu pendant que l'homme se repose, et, la philosophie s'en mêlant, toujours la philosophie s'en mêle quant il y a une point de muscat dans le cerveau, on se félicitait d'être au monde, et on plaignait le sort des riches.
   Lorsqu'il s'agissait de bastidon, Jean Mian se montrait intraitable. Le bastidon était sacré pour lui, plus que son tambourin, plus que son banc d'église, plus que la Notre-Dame, vêtue de brocart, chargée de bijoux en or faux et à l’Ascension ornée de pommes, de raisin et de cerises nouvelles, que les pénitents promenaient sur un brancard à travers la ville et sous laquelle les grand-mères nous faisaient passer pour que nous devinssions grands et forts.
   Un jour son ami Tonin Saigne-Fiasque, le cordonnier, avait pris une résolution grave. Secoué la veille par sa ménagère, il s'était installé devant son établi dès l'aube, et prétendait travailler d'arrache-pied jusqu'au soir à une paire de chaussures qui pressait. Or ce jour là, précisément, il s'agissait de manger une douzaine de grives au genièvre. Les manger sans Tonin ? Pas Possible! Et Tonin, fidèle à son vœu, ne voulait pas se laisser tenter.

   " Voyons, Tonin, sois raisonnable : les grises n'attendent pas et tes chaussures attendront. Tu les achèveras demain, la mère des jours n'est pas morte."

Je ne peux pas, répondit Tonin.
   " Pourquoi ? "

   " Pourquoi ?... parce-que je me suis acheté un sou de feu ce matin et qu'il faut que je le profite. "

   En effet, au beau milieu de la boutique on pouvait voir une brasière où brûlaient bleu des coquilles d'amandes prises au four du boulanger. Un sou de feu! Les autres compagnons faiblissaient, vaincus par la force de l'argument. Mais Jean Mian. Homme d'énergie, fouilla dans ses poches :

   " Ton sou de feu, tiens, le voilà ! " 

Et Tonin laissa ses souliers, Tonin alla manger les grives. Sa conscience était tranquille, personne n'avait plus rien à dire, on lui payait son sou de feu.
Jean Mian pouvait se montrer ainsi prodigue, ses moyens le lui permettaient.
   Avec son olivette, sa vigne, Jean Mian possédait en outre une écurie vaste comme une église, où, les jours de marchés, il remisait, moyennant rétribution, les mulets et les ânes des villageois qui ne voulaient pas aller à l'auberge. Trois sous par tête et le fumier, ça fait de l'argent au bout de l'année !
Aussi Jean Mian passait pour riche, on ne connaissait pas la fortune de Jean Mian.
Il y a trois semaines, maître Trabuquet, le notaire, fumait la pipe devant sa porte, quand il vit Jean Mian arriver.

   " A Dieu, soyez loué ! Pour vous de même...Et quel mauvais vent vous amène ? "  

   " Voilà, je me fais vieux, je perds la mémoire, et, sans se méfier des voisins, à mon âge, on a tort de garder son argent chez soi."

Là-dessus, Jean Mian mit entre les mains du notaire une de ces corbeilles en paille tressée dont se servent les gens d'ici pour donner pitance à leurs bêtes.

   " Ce n'est pas de l'argent, c'est de l'avoine ? "

   " C'est de l'argent aussi, tout est mêlé, vous me trierez, j'ai confiance. "

   Jean Mian s'en alla, le notaire pris ses témoins, et comme la brise était bonne, soigneusement, on se mit à vanner avoine et monnaie en pleine rue. L'avoine s'envolait, et, au lieu de bon grain, au fond du crible il retombait ...des pièces d'or.
Jean Mian avait prévu sa fin, il la fit d'ailleurs édifiante.
Le sachant malade, l'abbé Gravaz, quoique brouillé, crut devoir monter chez lui.
   Jean Mian n'avait pas de rancune, ils se réconcilièrent. Puis, de fil en aiguille, l'abbé Gravaz confessa Jean Mian et proposa, puisque l'occasion s'en trouvait, de lui apporter le bon Dieu :

   " Apportez le bon Dieu, je vais un de ces matins loger chez lui, il convient que nous fassions connaissance. "

   Le lendemain, l'abbé Gravaz arrive, précédé de son clergeon vêtu de rouge qui faisait tinter la sonnette et de deux dévots portant les lanternes. Derrière, le quartier suivait. On entre, on tire les rideaux de l'alcôve. L'abbé Gravaz s'approche, en parlant latin, et soudain recule épouvanté :

   " Qu'est-ce que cette histoire , Je venais administrer Jean Mian et je trouve une vieille femme dans le lit. "

   " C'est bien Jean Mian, Pécaïré, Jean Mian en personne, monsieur le curé, répondit une des commères, seulement, comme vous deviez venir avec le bon Dieu, nous avons pensé, pour plus de respect, à lui mettre, blanc et repassé, un bonnet de femme. "

   C'est ainsi qu'expira Jean Mian, une coiffe à tuyau sur la tête et un joli nœud blanc sous le menton.
   Maintenant Jean Mian dort dans les lavandes, ses abeilles portent son deuil. Et j'ai voulu, pourquoi donc pas, écrire l'oraison funèbre de ce brave homme qui, sans avoir jamais fait de mal à personne, vécut heureux et mourut tranquille à l'endroit où la Providence l'avait planté.



Paul Arène.


   Sources : D'après un texte de Paul Arène : nouveaux contes de Noël,  © Regards et Vie d'Auvergne.

Vous pouvez laisser un commentaire au bas de l'article.





1 commentaire:

  1. Merci beaucoup, c’ est Un joli conte pour les soirées d’hiver ! Bon Noël...

    RépondreSupprimer

Cet article vous a plu, alors n'hésitez pas : laissez un petit commentaire, partagez-le ou faîtes-le connaître sur vos réseaux sociaux. Merci de votre visite et à bientôt.

Remarque : Seul un membre de ce blog est autorisé à enregistrer un commentaire.

Bon à savoir :

Sur la colonne de droite découvrez les Albums, archives, le Top10 des meilleurs articles, etc etc, il y a surement encore plein de choses à découvrir. Pour être informé des derniers articles publiés inscrivez-vous au flux ou mettez un "j'aime" et abonnez-vous à la page Facebook /

Les articles et photos de ce blog sont la propriété de
© Alain Michel Regards et Vie d'Auvergne. Merci de contacter l'auteur pour une copie ou réutilisation.

https://www.regardsetviedauvergne.fr/
Le blog de ceux qui aiment l'Auvergne et de ceux qui ne la connaissent pas.