Regards et Vie d'Auvergne, le blog.: La légende des trois mineurs Auvergnats.
Si vous utilisez un bloqueur de publicités, merci de le désactiver pour ce site, pour que celui-ci reste libre et indépendant, merci de votre compréhension.

mardi 22 octobre 2013

La légende des trois mineurs Auvergnats.

Les trois mineurs du cantal.


  Au temps jadis, trois mineurs, bons pères et bon chrétiens, travaillaient dans les mines d’antimoine de Massiac. 
  Avant de se mettre au travail, ils avaient l’habitude de faire leur prière. Mais un jour ils oublièrent de prier Dieu. A peine eurent-ils commencé leur besogne, qu’un éboulement  soudain les ensevelit vivants dans la mine.
Ils eurent alors recours à Dieu et lui adressèrent une fervente prière : un génie leur apparut, toucha du doigt leur morceau de pain, versa de l’huile dans leur lampe et disparut.
Le pain et l’huile durèrent sep ans, et ils ne diminuaient point, et le pain était aussi frais qu'au moment où les mineurs étaient descendus dans la mine. Un jour, ils se prirent à penser à la terre que le soleil éclairait, et l’un d’eux s’écria :

-" Si je revoyais la lumière du jour, je mourrais content. "

-" Et moi, dit le second, je serais heureux de revoir, ne fût-ce qu’un instant, mes enfants et ma femme, et de me trouver encore  à table au milieu d’eux."

-" Pour moi, dit le troisième, je désirerais revenir sur la terre des vivants, et rester à vivre un an au milieu de ma famille."

Au moment où le dernier des mineurs achevait son souhait, la terre amoncelée qui bouchait l’entrée des galeries disparut tout à coup, et les trois compagnons sortirent.

 Le premier arriva au jour, regarda un instant la campagne, puis il expira.

Le second alla droit à sa maison et retrouva sa femme et ses enfants ; mais il avait tellement changé qu'ils ne le reconnurent pas d’abord ; il coupa sa longue barbe, se lava la figure et aussitôt sa femme et ses enfants vinrent l’embrasser. On se mit à table, mais à la dernière bouchée du repas, le mineur mourut.

Quant au troisième, il vécut encore un an avec sa famille, et il expira à la dernière minute de l’année révolue.


Antoinette Bon. Revue des Traditions Populaires




Sources: Revue des traditions populaires.
                © Alain Michel Regards et Vie d'Auvergne.
Le blog de ceux qui aiment l'Auvergne et de ceux qui ne la connaissent pas.