Recherche dans ce blog :

  • 12 août 2013

    Pierrot l'amant de la lune, poème en patois d'Auvergne.


    Contenu sponsorisé

    Pierrot l'amant de la lune

    le Lune


                 Piarot                                                       Pierrot


    Piarot gènt amant de la luna,                      Pierrot gentil amant de la lune
    Plora sab pas quala infortuna !                   Pleure il ne sait quelle infortune !
    E sadol, de milo pofons                             Et ivre, de mille baisers,
    Crèi que cubrit los blancs petons               Il croit couvrir les petits pieds blancs
       De son amanta !                                            De son amante !


    Son nas tot mascara de blanc                    Son  nez tout barbouillé de blanc
    Coma sa chara, em’un semblant                Comme son visage, avec un semblant
    De roze au fin bot, vers sa mia                   De rose tout au bout, vers sa maîtresse
    Se leva ; mas s’escond l’amia                    Se lève ; mais l’amie se cache
        Dedins sa manta !                                          Dans sa mante !(1)

    La luna embei de gros nieulos                  La lune avec de gros nuages
    S’acata, e dou gènt Piarot los                     Se couvre, et du gentil Pierrot les
    Ueils se remplisson de lagremas.             Yeux se remplissent de larmes.
    De sas dolors, totjorn las memas,             De ses douleurs, toujours les mêmes
       N’en chauzi qu’una !                                     Il n’en choisit qu’une !

    Es qu’un niéulo chasa un niéulo,              C’est qu’un nuage chasse un nuage
    E que Peirot, pauvre agnelo,                      Et que lui pauvre agnelet
    Poù plus espinchar son amanta                 Ne peut plus voir son amante
    Bén resconduda dins sa manta !                 Bien cachée dans sa mante !
        Quala infortuna !                                            Quelle infortune !

    E vague de plorar, Piarot,                            Et de pleurer, Pierrot,
    E de belar com un bero,                               Et de bêler comme un agneau,
    Pauvre innocènt que tant se lanha,            Pauvre innocent qui tant se désole,
    Mentre qu’à-su la luna banha                     Tandis que là-haut, la lune baigne
        Dins lo trelus.                                                   Dans sa splendeur !

    E vague de plorar ! mas los                          Et de pleurer ! mais les
    Ueils de l’amant dins de niéulos                 Yeux de l’amant dans des nuages
    Elhis-memes van que s’embrumon ;           Eux-mêmes s’embrument
    Piarot s’endor. E los céus fumon,                Pierrot s’endort. Et les cieux fument
         Ara tot blus !                                                     Maintenant tout bleus !



                                             B. Vidal

    1- Mante: vêtement de femme ample et sans manches.



    Contenu sponsorisé


    Sources : Extrait Auvergne littéraire, 1924.
                  © Alain-Michel, Regards et Vie d'Auvergne.
             Le blog de ceux qui aiment l'Auvergne, et de ceux qui ne la connaissent pas.




    Aucun commentaire:

    Publier un commentaire

    Cet article vous a plu, alors n'hésitez pas : laissez un petit commentaire, pour cela :
    1) Ecrivez votre texte ci-dessous
    2) Choisissez une identité
    3) Cochez la case "je ne suis pas un robot"
    4) Cliquez sur "publier commentaire"
    Et voilà !
    Partagez l'article ou faîtes-le connaître sur vos réseaux sociaux.
    Merci de votre visite.

    Top 10 des articles les plus consultés :

    Derniers articles et archives ;


    Espace sponsorisé votre contenu après la pub