Si vous utilisez un bloqueur de publicités, merci de le désactiver pour ce site, pour que celui-ci reste libre et indépendant, merci de votre compréhension.

mercredi 26 juin 2013

La fable de l'Abeille et de la Fourmi.

L'abeille et la fourmi.  

 
Près de sa ruche  une Abeille aperçut

Une Fourmi qui cherchait sa pâture.

« Que fais-tu là, chétive créature,

Des plus vils animaux la honte et le rebut ?

Va, criait-elle, fuis de cette demeure ;

C’est celle des reines de l’air ! 

C’est la mienne. Va-t’en vite, ou tout à l’heure… »

« Prenez, dit la Fourmi, prenez un ton moins fier.

La misère, il est vrai, nous menace sans cesse,

Mes sœurs et moi ; mais nos travaux, nos soins

Fournissent à tous nos besoins,

Et nous tiennent lieu de richesse.

La médiocrité sait adoucir nos mœurs,

Et le plaisir pour nous vient après les sueurs… »

-« Tais-toi ! De me parler qui t’a donné l’audace ?

A moi, qui de nos dieux éclaire les autels,

Qui, bienfaitrice des mortels,

De mon nectar les régale par grâce.

N’irrite point mes aiguillons vengeurs,

Retire-toi, va chercher ta vie ailleurs… »

La Fourmi répliqua :


« Dieux ! Faites-nous justice !

Des fleurs entr’ouvrant le calice,

Tu sais en composer et la cire et le miel,

Mais ton cœur distille le fiel ;

Il est gonflé d’orgueil et d’avarice.

Ah ! Quelle horreur d’être riche et puissant !...


La pauvreté n’est pas un vice,

Mais l’insolence en est un grand.


 Halbert




Sources: © Alain-Michel, Regards et Vie d'Auvergne.
               Le blog de ceux qui aiment l'Auvergne, et de ceux qui ne la connaissent pas.



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Cet article vous a plu, alors n'hésitez pas : laissez un petit commentaire, partagez-le ou faîtes-le connaître sur vos réseaux sociaux. Merci de votre visite et à bientôt.