Le dernier article à la une :

Abonnement au blog Regards et Vie d'Auvergne.

 Abonnez vous au blog :     Mais pourquoi m'abonner ? Me direz-vous : - Et bien, pour pouvoir recevoir un mail à chaque nouvelle parution d'articles directement sur l'adresse mail que vous aurez indiquée. - Mais aussi, comme pour beaucoup d'abonnés, être informés de tous les articles , contrairement à certains réseaux sociaux qui choisissent par des algorithmes ce qu'ils jugent bon pour vous, ou pas (!) Seulement une toute petite partie de ceux qui ont  "liker"  une page sont informés. - Etre sûr que votre adresse mail servira uniquement à vous informer des nouvelles publications et actualités du blog, sans risque.  - Vous pourrez vous abonner et désabonner très facilement et rapidement sur un simple clic par l'intermédiaire de Follow.it ( qui remplace feedburner) Pour être averti par mail des nouveaux articles: Abonnez-vous au blog Powered by

Humour Auvergnat.

  Le "Canard Clermontois" de 1934.

Humour auvergnat
Les nouvelles sirènes de Clermont.

Si chacun en faisait autant :


   Un monsieur, évidement pressé par des circonstances indépendantes de sa volonté, se précipite vers un de ses édifices si commodes dont le nom nous rappelle les splendeurs de l'histoire romaine. Flute ! C'est complet ! Le malheureux monsieur se tortille, le visage contracté : certainement ça presse ! Finalement, n'en pouvant plus, il se soulage contre le "temple" dont il n'a pu franchir le portique. Survient un sergent de ville qui l'apostrophe :
-"Dites-donc, vous ? faut pas vous gêner !"
-" Ah! Monsieur l'agent, je n'en pouvais plus !"
-"C'est pas une raison ! Si tout le monde faisait comme vous ?
-" Si tout le monde faisait comme moi ?... Il y aurait de la place à l'intérieur !
Ed. Quignon.

Humour auvergnat
Mon chéri ne prends pas froid.

Animaux nuisibles 

    M. le Préfet rappelle que les animaux suivants  sont considérés comme nuisibles, dans le département, les animaux suivant : le blaireau, le chatharet, le gypaete barbu, les pysargues, le balbusard fluviatile, les faucons de toutes espèces, les milans et les butors.
  Cette liste (textuelle) est incomplète, et il sied de lui ajouter : les zonas, les plésiosaures, les Stavisky, les borahs, les mouchards, les belugas et les tutti-quanti.

Une belle découverte

   Tout dernièrement les employés d'une de nos grandes administrations trouvèrent dans leur courrier un prospectus d'une insinueuse honnêteté commerciale et recommandant chaudement une nouveauté indispensable à leur hygiène professionnelle.
L'agence parisienne Pétrel attirait leur aimable attention sur son appareil breveté S.G.D.G. nommé l'"Anusthol".
   Petit instrument à vent ou plutôt contre les vents puisqu'il les rend muets !
Alors plus besoin de chercher à les étouffer chose très mauvaise pour la santé, plus besoin de se gêner pour les voisins puisque l'air s'en trouve embaumé : violette, rose, jasmin, lilas c'est comme un bouquet de fleurs !
Et le prospectus continue.
" L'Anusthol, pour un léger supplément peut-être à musique. "
   C'est très ingénieux, aucune perte de vents, sous leur pression l'Anusthol, tant vanté, fait entendre des airs de musique à la mode. C'est la mélodie à la portée de tous.
   Et l'astucieux prospectus pousse le cynisme jusqu'à offrir obligeamment ses services gratuits pour la pose de l'appareil en cas où le client aurait quelques difficultés à s'en servir...

Un drôle de réveillon.

   J'avais retenu une table pour réveillonner ce 31 décembre avec ma mie Coccinella, à la "Poire tapée" Laquelle n'était encore l'an dernier qu'un vague bistro. Mais oublions le passé et passons.
   Modéré et accessible en somme à toutes les bourses d'aujourd'hui, le prix du réveillon 1933 à la "Poire tapée", est de 40 francs par tête, vin non compris...
Et voici le menu, qui me parait digne de Lucullus...
   " Le velours suprême, Les huitres de la maison, perlées au clair de lune. Les langues de langouste à l'angoustoura. Le super dindonneau de Cébazat sur haut-parleur; La mijaurée de foie gras à l'eau de Lubin. La salade Gyraldose. La glace biseautée. Les corbeilles de fruits en pyjama.
   Mais hélas ! Voici la tuile inévitable des soirs de plaisir. Au lieu de passer me prendre à l'heure du réveillon, Coccinella m'avertit qu'elle est affreusement grippée, qu'elle ne tient plus debout, et que, incapable de sortir, elle se couche avec 48 de fièvre... elle ajoute :
-" Va souper sans moi, pauvre cher ami, et tâche de bien t'amuser tout de même."
   Eh ! je le voudrais bien ! Mais allez donc à onze heures du soir, le 31 décembre, dénicher une convive rigolote pour réveillonner à minuit ! C'est impossible, elles sont toutes retenues !
En vain, je m'élançai, prompt comme la foudre, à la recherche de quelque bonne copine vacante ! Chou blanc partout.
   Alors, à zéro heure 35, ne sachant plus à qui m'adresser, j'embauchai en désespoir de cause, une malheureuse poule laissée pour compte.
   -"Je veux bien vous rendre le service d'aller bouffer votre réveillon, me dit-elle, mais ça sera cent francs, je ne me dérange pas à moins pour le travail de nuit."
   Je n'avais pas le choix, je lui payai le salaire demandé... et elle me suivit à la "Poire tapée"
Là, grâce au champagne, aux liqueurs et aux frais accessoires, mon addition a atteint sans effort le chiffre de deux cent francs. Et je me suis royalement embêté. La Poire tapée, c'était moi, non de D...!
   A quatre heures du matin, je suis allé voir comment se portait cette pauvre Coccinella grippée.   
  Elle était en effet couchée avec "48 de fièvre", c'est-à-dire avec un jeune gigolo, connu sous ce charmant sobriquet !
Robert Francheville.



   Sources : extraits de : le Canard Clermontois de 1934 © Textes et Photos Regards et Vie d'Auvergne. Vous pouvez laisser un commentaire au bas de l'article.


Commentaires

Abonnement au flux :