Espace sponsorisé votre contenu après la pub

E

  • Recherche dans ce blog :

    08 janvier 2021

    Humour Auvergnat.

      Le "Canard Clermontois" de 1934.

    Humour auvergnat
    Les nouvelles sirènes de Clermont.

    Si chacun en faisait autant :


       Un monsieur, évidement pressé par des circonstances indépendantes de sa volonté, se précipite vers un de ses édifices si commodes dont le nom nous rappelle les splendeurs de l'histoire romaine. Flute ! C'est complet ! Le malheureux monsieur se tortille, le visage contracté : certainement ça presse ! Finalement, n'en pouvant plus, il se soulage contre le "temple" dont il n'a pu franchir le portique. Survient un sergent de ville qui l'apostrophe :
    -"Dites-donc, vous ? faut pas vous gêner !"
    -" Ah! Monsieur l'agent, je n'en pouvais plus !"
    -"C'est pas une raison ! Si tout le monde faisait comme vous ?
    -" Si tout le monde faisait comme moi ?... Il y aurait de la place à l'intérieur !
    Ed. Quignon.

    Humour auvergnat
    Mon chéri ne prends pas froid.

    Animaux nuisibles 

        M. le Préfet rappelle que les animaux suivants  sont considérés comme nuisibles, dans le département, les animaux suivant : le blaireau, le chatharet, le gypaete barbu, les pysargues, le balbusard fluviatile, les faucons de toutes espèces, les milans et les butors.
      Cette liste (textuelle) est incomplète, et il sied de lui ajouter : les zonas, les plésiosaures, les Stavisky, les borahs, les mouchards, les belugas et les tutti-quanti.

    Une belle découverte

       Tout dernièrement les employés d'une de nos grandes administrations trouvèrent dans leur courrier un prospectus d'une insinueuse honnêteté commerciale et recommandant chaudement une nouveauté indispensable à leur hygiène professionnelle.
    L'agence parisienne Pétrel attirait leur aimable attention sur son appareil breveté S.G.D.G. nommé l'"Anusthol".
       Petit instrument à vent ou plutôt contre les vents puisqu'il les rend muets !
    Alors plus besoin de chercher à les étouffer chose très mauvaise pour la santé, plus besoin de se gêner pour les voisins puisque l'air s'en trouve embaumé : violette, rose, jasmin, lilas c'est comme un bouquet de fleurs !
    Et le prospectus continue.
    " L'Anusthol, pour un léger supplément peut-être à musique. "
       C'est très ingénieux, aucune perte de vents, sous leur pression l'Anusthol, tant vanté, fait entendre des airs de musique à la mode. C'est la mélodie à la portée de tous.
       Et l'astucieux prospectus pousse le cynisme jusqu'à offrir obligeamment ses services gratuits pour la pose de l'appareil en cas où le client aurait quelques difficultés à s'en servir...

    Un drôle de réveillon.

       J'avais retenu une table pour réveillonner ce 31 décembre avec ma mie Coccinella, à la "Poire tapée" Laquelle n'était encore l'an dernier qu'un vague bistro. Mais oublions le passé et passons.
       Modéré et accessible en somme à toutes les bourses d'aujourd'hui, le prix du réveillon 1933 à la "Poire tapée", est de 40 francs par tête, vin non compris...
    Et voici le menu, qui me parait digne de Lucullus...
       " Le velours suprême, Les huitres de la maison, perlées au clair de lune. Les langues de langouste à l'angoustoura. Le super dindonneau de Cébazat sur haut-parleur; La mijaurée de foie gras à l'eau de Lubin. La salade Gyraldose. La glace biseautée. Les corbeilles de fruits en pyjama.
       Mais hélas ! Voici la tuile inévitable des soirs de plaisir. Au lieu de passer me prendre à l'heure du réveillon, Coccinella m'avertit qu'elle est affreusement grippée, qu'elle ne tient plus debout, et que, incapable de sortir, elle se couche avec 48 de fièvre... elle ajoute :
    -" Va souper sans moi, pauvre cher ami, et tâche de bien t'amuser tout de même."
       Eh ! je le voudrais bien ! Mais allez donc à onze heures du soir, le 31 décembre, dénicher une convive rigolote pour réveillonner à minuit ! C'est impossible, elles sont toutes retenues !
    En vain, je m'élançai, prompt comme la foudre, à la recherche de quelque bonne copine vacante ! Chou blanc partout.
       Alors, à zéro heure 35, ne sachant plus à qui m'adresser, j'embauchai en désespoir de cause, une malheureuse poule laissée pour compte.
       -"Je veux bien vous rendre le service d'aller bouffer votre réveillon, me dit-elle, mais ça sera cent francs, je ne me dérange pas à moins pour le travail de nuit."
       Je n'avais pas le choix, je lui payai le salaire demandé... et elle me suivit à la "Poire tapée"
    Là, grâce au champagne, aux liqueurs et aux frais accessoires, mon addition a atteint sans effort le chiffre de deux cent francs. Et je me suis royalement embêté. La Poire tapée, c'était moi, non de D...!
       A quatre heures du matin, je suis allé voir comment se portait cette pauvre Coccinella grippée.   
      Elle était en effet couchée avec "48 de fièvre", c'est-à-dire avec un jeune gigolo, connu sous ce charmant sobriquet !
    Robert Francheville.



    Espace sponsorisé

       Sources : extraits de : le Canard Clermontois de 1934 © Textes et Photos Regards et Vie d'Auvergne. Vous pouvez laisser un commentaire au bas de l'article.


    Aucun commentaire:

    Publier un commentaire

    Cet article vous a plu, alors n'hésitez pas : laissez un petit commentaire, pour cela :
    1) Ecrivez votre texte ci-dessous
    2) Choisissez une identité
    3) Cochez la case "je ne suis pas un robot"
    4) Cliquez sur "publier commentaire"
    Et voilà !
    Partagez l'article ou faîtes-le connaître sur vos réseaux sociaux.
    Merci de votre visite.

    Top 10 des articles les plus consultés :

    Derniers articles et archives ;