Espace sponsorisé votre contenu après la pub

E

  • Recherche dans ce blog :

    20 avril 2020

    Tribunal Révolutionnaire de Riom : affaire du curé de saint-Denis-Combarnazat.

    Contenu sponsorisé
    Tribunal Révolutionnaire
    Tribunal Révolutionnaire

    3 Messidor an IV (21 juin 1796)

       NDLR : voici chers lecteurs et lectrices une affaire de prêtre réfractaire comme il y en eut beaucoup après la Révolution, bonne lecture.

       J.B. Porrat-Despradeaux, originaire de Craponne (Haute-Loire), ci-devant curé de Saint-Denis-Combarnazat, infirme, suivant qu'il résulte du rapport des citoyens Barthélemy, Ducher et Mazuer, officiers de santé à Riom.
       Est condamné à la réclusion dans la maison de la commune de Clermont destinée à recevoir les prêtres infirmes.

       Lors des lois d'exil, l'abbé Porrat-Despradeaux, qui était desservant de la paroisse de Saint-Denis-Combarnazat depuis 1780, fut dirigé sur Bordeaux, pour de là être transporté vers la côte ouest de l'Afrique. Il avait fait des soumissions aux lois du gouvernement mais il avait refusé de prêter aucun serment.
       Il fut interné au fort du Hâ, et, bien qu'âgé de 47 ans seulement, il y contracta de telles infirmités, qu'il ne fut plus apte à la déportation. L'administration du Bec-D'Ambez le renvoya avec une feuille de route dans son pays d'origine, pour y être reclus.
       Mais il revint bientôt dans le Puy-de-Dôme, au lieu de Vialle, chez une dame Étiennette  Guionet, veuve Geagnerin, dans la maison de laquelle il exerçait secrètement les fonctions du saint ministère et d'où il "fanatisait"  la contrée. C'est là qu'il fut arrêté le 17 prairial an IV, par le Commissaire du Directoire exécutif de Maringues, assisté de quatre gendarmes et de douze gardes nationaux.
       On le fouilla et on le dirigea vers Riom.
       Il était tellement sourd, que le président Prévost déclare n'avoir pas pu procéder à son interrogatoire qu'à l'aide d'une ... "sarbacane".

                                                               Siégèrent : Prévost, président.
    Rougier, Bordes, Mandet, Beaulaton, juges.


    Contenu sponsorisé
       Sources : texte extrait de : Le tribunal criminel du Puy-de-Dôme par Marc Vissac 1897.© Textes et Photos Regards et Vie d'Auvergne.Vous pouvez laisser un commentaire au bas de l'article.

    Aucun commentaire:

    Publier un commentaire

    Cet article vous a plu, alors n'hésitez pas : laissez un petit commentaire, pour cela :
    1) Ecrivez votre texte ci-dessous
    2) Choisissez une identité
    3) Cochez la case "je ne suis pas un robot"
    4) Cliquez sur "publier commentaire"
    Et voilà !
    Partagez l'article ou faîtes-le connaître sur vos réseaux sociaux.
    Merci de votre visite.

    Top 10 des articles les plus consultés :

    Derniers articles et archives ;