Regards et Vie d'Auvergne, le blog.: L'Auvergne sous la révolution : procès pour cris séditieux à Clermont-Ferrand
Si vous utilisez un bloqueur de publicités, merci de le désactiver pour ce site, pour que celui-ci reste libre et indépendant, merci de votre compréhension.

dimanche 17 avril 2016

L'Auvergne sous la révolution : procès pour cris séditieux à Clermont-Ferrand

La rue et place du marché au bled, Clermont.
La rue et place du marché au bled, Clermont.

Cris et propos contre-révolutionnaires.



À Clermont-Ferrand, 22 pluviôse an VI (10 février 1798).


 J-B. Royer, marchand de clous détaillant, demeurant à Clermont-Ferrand, âgé de 23 ans.
   Est prévenu d'avoir proféré, en l'an V, des cris séditieux et contre-révolutionnaires tendant au rétablissement de la Royauté.

 Quoique ouvrier et ouvrier très modeste, le sieur Royer détestait les "Terroristes", comme la presque unanimité des ouvriers et commerçants d'Auvergne.
 Seulement, n'ayant reçu qu'une éducation grossière, il exprimait son mépris en termes grossiers et plus que triviaux.
Au mois de germinal, an V, durant les troubles qui agitèrent la place du Marché au Blé, à l'époque des assemblées primaires, Royer, armé d'un gourdin, pourchassait les Républicains en disant :


-" Cette fois nous les tenons, il n'en restera pas un seul ! "

   Puis, soit le jour de Pâques, soit le jour où le général Chapsal avait peine à tenir tête à l'orage, on l'entendit, parait-il, s'écrier à plusieurs reprises :

-" M....  pour la République ! A bas Chapsal ! A bas Buonaparte ! Je ch.. entre le nez et le menton de Buonaparte et de Chapsal ! Vive le Roi ! Vive tous les Bourbons ! "

   On ne l'avait pas poursuivi, car le gouvernement directorial traversait alors une période durant laquelle il entendait bien d'autres invectives et malédictions.
Mais les temps sont changeants.

   Le 28 frimaire an VI, au cours de l'instruction que François Cothon, directeur du jury de l'arrondissement, poursuivait, à propos du pillage de la maison Mabru, un des témoins, Antoine Bonnefont, tailleur à Clermont-Ferrand, crut devoir raconter les incidents relatifs au sieur Royer.

 Le magistrat instructeur se saisit aussitôt de cette déclaration comme d'une dénonciation et procéda d'office contre l'infortuné marchand de clous, conformément aux droits que lui conférait l'article 2 de la loi du 27 germinal an IV.

   Arrêté et emprisonné, l'ennemi des "Buveurs" de sang" fut traduit, le 22 pluviôse suivant, devant le Tribunal criminel du Puy-de-Dôme, qui le condamna à la "Déportation", le jury spécial ayant admis en sa faveur des circonstances atténuantes.

(Vernière, défenseur officieux à Riom)


Siégeaient : Prévost, Président; Chapsal, Mandet, G. Rougier et Astier, juges.






Sources : Le Tribunal Criminel du Puy-de-Dôme.
                Carte : Bibliothèques de Clermont-Communauté
                 © Regards et Vie d'Auvergne.
                 http://www.regardsetviedauvergne.fr/
                 Le blog de ceux qui aiment l'Auvergne et de ceux qui ne la connaissent pas.