Regards et Vie d'Auvergne, le blog.: Pont-du-Château, le Château sous la Révolution.
Si vous utilisez un bloqueur de publicités, merci de le désactiver pour ce site, pour que celui-ci reste libre et indépendant, merci de votre compréhension.

vendredi 7 août 2015

Pont-du-Château, le Château sous la Révolution.



CPA Château de Pont du Château Puy de Dôme Auvergne
CPA Château de Pont-du-Château Puy-de-Dôme Auvergne

(Extrait)

   La petite ville de pont-du-Château, à quinze kilomètres de Clermont, est encore aujourd'hui dominée par un château qui, avant la Révolution, appartenait à l'illustre famille des comtes de Montboissier.
Philippe-Claude de Montboissier, député de Clermont aux Etats-Généraux, venait chaque année y passer quelques mois. Mais bientôt les terribles événements qui se succédaient l’expulsèrent de cette  demeure féodale ; en juillet 1791, il donna sa démission de député et, prenant le chemin de l'émigration, il passa à l'armée des Princes, plus tard en Angleterre avec sa femme, née de Rochechouart, et sa fille, dont le mari, le comte de Mirepoix mourut sur l'échafaud en 1794. M. de
Montboissier mourut à Londres en 1797, dans une extrême vieillesse, dernier seigneur de Pont-de-Château et victime d'une révolution qui confisqua ses immenses propriétés et saccagea son palais seigneurial.
Ce château était magnifique: dans les appartements et dans les vastes salles, on voyait des boiseries remarquables, des panneaux décoratifs, des tableaux représentant des papes, des cardinaux, des portraits de famille au cadre d'or, des tapisseries en damas de soie, les poutres elles mêmes étaient décorées de peintures variées. Rien ne fut respecté par le vandalisme révolutionnaire.
Les troupes de passage qu'on logeait dans le château, devenu la Mairie, s'amusaient à couper les têtes des personnages représentés dans les divers tableaux. Les administrations, qui y tenaient leurs séances, y causaient aussi des dégâts. On vendit les riches ornements, la vaisselle d'argent, les meubles d'or, les fauteuils de soie, les vases sacrés de la chapelle. On gratta les armoiries, on biffa les blasons; on racla, on badigeonna tant est si-bien que les décorations de la somptueuse demeure des de Montboissier, il ne resta bien-tôt presque plus rien. (Fin d'extrait)



Sources : Histoire de la Révolution en Auvergne, Jean-Baptiste Serres, 1895.
               © Regards et Vie d'Auvergne.
                http://www.regardsetviedauvergne.fr/
                Le blog de ceux qui aiment l'Auvergne et de ceux qui ne la connaissent pas.