mercredi 13 novembre 2013

Les deux billets de Ninette. (Poème)


Contenu sponsorisé

Ninette.

CPA rose

Au seuil de la maisonnette,
Dans son rosier tout en fleur,
Ninette,
Qu'a-t-elle vu, la fillette,
Qui fait battre ainsi son cœur ?
Ce qu’elle a vu, l’enfant charmante ?
Deux billets en secret glissés…
Mais ce qui plus fort la tourmente
Et tient ses jolis yeux baissés,
Faut-il le cacher ou le dire ?
Ninette, hélas ! Ne sait pas lire !



Comment de l’ami qu’elle aime,
Distinguer, en ce moment
Suprême,
Le doux billet, ici-même,
Du billet de l’autre amant ?
L’un, séducteur de haut parage,
Sans façon se croit adoré ;
L’autre, est un garçon du village,
Timide et pourtant préféré…
Tendre Ninette, ah ! Quel martyre !
Pourquoi d’instinct ne sait-on lire !



Dans la  gêne enchanteresse
Dont le trouble gracieux
L’oppresse, 
Son œil contemple l’adresse
Des billets mystérieux…
L’un, de musc au parfum splendide
Embaume l’air émerveillé ;
L’autre, révèle, encore humide,
Une larme qui l’a mouillé…
Ninette alors, prompte à s’instruire,
Choisit le bon… sans savoir lire !





Sources: Poésies et Mélodies, Hippolyte Guérin de Litteau.
              © Alain Michel Regards et Vie d'Auvergne.
 Le blog de ceux qui aiment l'Auvergne et de ceux qui ne la connaissent pas.



Contenu sponsorisé

Aucun commentaire:

Top 10 des articles les plus consultés :

Recherche dans ce blog :

Derniers articles et archives ;

Abonnez vous à ce blog :

Inscrivez une adresse mail ci-dessous, renseignez la vérification anti-robot, cliquez sur le lien du mail que vous recevrez et voilà c'est tout simple, vous recevrez un mail à chaque nouvelle publication et rien d'autre.

Enter your email address:

Delivered by FeedBurner