dimanche 20 novembre 2016

Première semaine de procès de l'affaire Fiona aux assises de Riom






 Clermont-Ferrand.

Parc de Montjuzet, Clermont-Ferrand

    Le parc de Montjuzet là où tout a commencé. Juste au-dessous, à quelques centaines de mètres, la rue Goncourt où habitaient les parents de Fiona. C'est dans ce parc, que la petite fille aurait disparu soudainement le dimanche 12 mai 2013. Des recherches ont été faites, la totalité du parc et de ses abords ont été inspectés, fouillés minutieusement, à la recherche du moindre indice, mais hélas sans résultat. Puis la population, un comité de soutien et les réseaux sociaux, qui en ont fait une affaire nationale, se sont mobilisés, eux aussi, sans résultat. De jour en jour,  l'affaire va connaître de terribles rebondissements, des fausses pistes, des informations fantaisistes, mensonges, menaces, grève de la faim. Le mystère résiste, la vérité reste bien cachée. Alors qu'une phrase raisonne dans la tête des enquêteurs : " Pas de cadavre, pas de crime " Où est donc le corps de l'enfant ?  Toutes les recherches sur divers endroits sont restées vaines, difficile à admettre, mais dans l'état actuel du dossier on reste sur une disparition d'enfant.

-" Que s'est-il donc passé ce jour de mai printanier pour la petite fille blonde aux yeux bleu-vert ?


Riom, 14 novembre 2016.

   Étrange ambiance, ce deuxième lundi de novembre triste et pluvieux, la façade noire et austère du Palais de Justice de Riom  renforce  encore un peu plus cette impression  dramatique et douloureuse. Très tôt le matin, de nombreuses personnes, en majorité des femmes, attendaient avec le secret espoir de pouvoir assister à ce fameux procès. Un procès tant attendu et pourtant, chacun et chacune redoute le moment où les faits poignants seront à nouveau déballés, avec tous les détails, les pièces à convictions exposées, les procès-verbaux, analyses des experts, sous le regard un peu perdu des accusés dans leur box.
    Étrange aussi, la présence de ces journalistes, les doigts nerveusement et discrètement agités sur leur clavier, rendant compte en temps réel du déroulement du procès, sur les réseaux sociaux. C'est l'anachronisme de deux mondes qui s'affrontent, le modernisme de la communication sur-médiatisée, instantanée, pour nourrir un public avide d'information, d'un côté, de l'autre, palabres, codes et conventions, magistrats en robes noires, rouge et hermine pour l'avocat général, effets de manches, et envolées verbales un peu théâtrales des avocats. Tout un monde, assez fermé et même inquiétant pour le modeste "spectateur".  Mais, attention, il se déroule ici, une scène d'une très grande importance pour deux personnes : les accusés, nous sommes aux assises, c'est ici, que leur avenir se décide, ici, qu'ils doivent répondre d'une accusation de crime. La sanction est lourde, ils risquent la réclusion criminelle à perpétuité ou une peine de prison allant jusqu'à 30 ans. Souvenons-nous, qu'avant l'abolition de la peine de mort en 1981, la sanction ultime pouvait être prononcée pour les crimes les plus odieux, sur des enfants notamment.
   Étrange toujours, le déroulement de ces cinq premiers jours d'audience, les divers protagonistes ont tentés de faire la clarté sur cette affaire qui passionne l'opinion, on a entendu de nouveaux témoins, curieusement inconnus, il y a même eu mercredi une scène surréaliste, où, une femme à la barre, se déclarât en possession d'éléments nouveaux concernant  l'emplacement d'une tombe,  mais qui finit par "avouer" être médium avant de sombrer à terre, prise d'un malaise, sous les yeux consternés du tribunal et du public.
 Fiona, enfant martyre ? Pas si sûr, selon divers témoins relançant le débat. Ce qui est le plus acquis, c'est que la vie, courte, de cette pauvre enfant  baignait dans un environnement malsain constitué de drogues, tranquillisants, alcool, viol, séparations, mensonges, la triste déchéance de parents dépassés. Fiona était bien involontairement au centre de tous les conflits et de toutes les querelles, elle qui n'avait que cinq ans.
    Qui connait la vérité ? Y-a-t-il une autre personne impliquée ?  Ou bien la mère et le beau-père de l'enfant sont les seuls à détenir les clés de ce drame, espérons que la semaine prochaine nous puissions tous et toutes connaître enfin le fin fond de cette terrible affaire. 


A suivre.









Sources : textes et photo © Regards et Vie d'Auvergne.
                  http://www.regardsetviedauvergne.fr/
                    Le blog de ceux qui aiment l'Auvergne et de ceux qui ne la connaissent pas.

Bonjour, merci de votre visite, sur la colonne de droite découvrez les Albums, articles, archives, Top10 etc etc, il y a surement encore des choses à découvrir. Pour être informé des derniers articles publiés inscrivez-vous au flux ou mettre un "j'aime" sur la page Facebook /


Vous pouvez aussi laisser un commentaire ou partager via les réseaux sociaux. A bientôt,

Les articles et photos de ce blog sont la propriété de
© Alain Michel Regards et Vie d'Auvergne. merci de contacter l'auteur pour une copie ou réutilisation.

http://www.regardsetviedauvergne.fr/
Le blog de ceux qui aiment l'Auvergne et de ceux qui ne la connaissent pas.