lundi 30 janvier 2017

Le Puy-de-Dôme, son histoire.

Le Puy-de-Dôme.

Temple de Wasso, sommet du Puy-de-Dôme, Auvergne.
Extrait :

   Montagne formée d'une variété de "Trachyte" appelée "Domite", roche poreuse, rude au toucher, blanche et quelquefois colorée en jaune ou en rouge, 1463 mètres d'altitude.
   En 1790, elle a donné son nom au département.
    "Dumialus" (époque romaine) "Podium de douma" 1149, "Mons Domea", 1262, "le Puy de Domme", 1648.
    Epoque gallo-romaine, temple païen. Découverte (1873) des ruines d'un magnifique temple Gallo-romain. En 1874, les fouilles ont amené la trouvaille d'une petite plaque de bronze, avec inscription qui a fait penser que ces ruines sont celles d'un temple de Mercure du Dôme (Mercuri Dumiati). Ce monument était de la plus grande magnificence (marbres de diverses couleurs et rares, chapiteaux, objets de

mardi 24 janvier 2017

Les Auvergnats de Paris : le marchand de salaisons.





Le Marchand de Salaisons d'Auvergne, du quartier de la Roquette à Paris.

Marchand de salaisons du quartier de la Roquette à Paris
Marchand de salaisons du quartier de la Roquette à Paris


   Les nombreux Auvergnats qui vivent dans le quartier de la Roquette ne le quittent guère que pour aller "au Pays", à leur "Pagus", de loin en loin, et assez régulièrement, se retremper dans l'atmosphère de leur enfance et de leur jeunesse, visiter leur famille restée là-bas, et s'emplir les poumons d'air neuf, en un mot : pour s'y refaire une santé physique et morale.
    Ils ne quittent la Roquette sans espoir de retour que lorsque les ans et une vie de labeur incessant les ont contraints au repos. Alors, après avoir vendu leur fonds, ou cédé à leurs enfants, ils vont retrouver la Limagne fertile, les Puys bleus du Cantal, les causses Lozériens ou les vignobles Rouergats. Mais certains d'entre-eux ne peuvent se résoudre à abandonner définitivement Paris, et partagent leur vie entre le pays natal et leur ville d'élection, d'avril à septembre, ils sont paysans, d'octobre à

dimanche 22 janvier 2017

Visitons l'Auvergne : le château des Guérins, de Glaine-Montaigut



Le château des Guérins de Glaine-Montaigut

Château des Guérins de Glaine-Montaigut, Auvergne.
Château des Guérins de Glaine-Montaigut, Auvergne.

  Lors d'une promenade matinale en Auvergne, au détour d'un chemin boueux il y a des surprises parfois étonnantes comme ici. Ce gracieux château émergeant de la brume et du givre hivernal apparaît soudainement comme dans un rêve, au milieu des champs au fond d'une plaine, on ne s’attend pas à trouver ici une telle petite merveille. Ce château venant de la famille de Chamerlat à une histoire dont voici quelques lignes :


  Extrait  "La famille de Chamerlat des Guérins est anciennement et honorablement connue en Auvergne.
   Elle est originaire de la petite ville d'Ollièrgues et est vraisemblablement la même que celle d'un Etienne Chamerlat, un des trois écuyers d'Agné III de la Tour d'Olliergues (1) qui vinrent certifier à Messieurs les Présidial de Riom avoir assisté à la mort de ce seigneur, tué en 1415, à la bataille d'Azincourt.
   Elle vint plus tard se fixer à Courpière, puis, au cours du XVIIème siècle, à Riom. Elle occupait à cette époque un rang distingué dans la bourgeoisie de sa région. Jean Chamerlat, auquel remonte la filiation suivie, mourut en 1615. Son petit-fils, Annet Chamerlat, Sieur des Guérins, en la paroisse de Glaine-Montaigu, dans le canton actuel de Billom, épousa en 1654 Catherine de Chabron de Solihac. Jean de Chamerlat, conseiller du Roi en la sénéchaussée d'Auvergne et siège présidial de Riom, fit enregistrer son blason à l'armorial général de 1696. ( D'or à une fasce denchée d'azur, chargée de trois croissants d'argent, au lion issant de gueules en chef)
   Deux représentants de la famille Chamerlat des Guérins furent pourvus, l'un en 1776, l'autre en 1782, de l'office anoblissant de président trésorier de France au bureau des finances de Riom. Ils étaient encore en charge en 1789 et le second d'entre-eux remplissait à cette époque les fonctions de chevalier d'honneur audit bureau. Nicolas-François de Chamerlat des Guérins, marié en 1812 à Mlle d'Albingnac, fut longtemps maire de Riom. Il a été père de M. Louis de Chamerlat des Guérins, né à Riom en 1816, qui a eu deux fils de son mariage en 1853 avec Mlle Jouvet des Marands.
   La famille de Chamerlat des Guerins a fourni un conseiller au présidial de Riom  en 1698, des gens d'armes de la garde du Roi, des chevaliers de Saint-Louis, etc; Elle n'est pas titrée.
    Principales alliances : Hébrard de Villeneuve, de Bonfils, d'Albignac 1812, Jouvet des Marands 1853, de Chabrol de Solihac 1654, de Matharel 1710, du Ligondès 1813, de Compte de Tallobre 1803, etc." Fin d'extrait 



1* Agné III de la Tour d'Olliergues, seigneur d'Ollièrgues, 1350/1404.





Sources : Dictionnaires des familles françaises anciennes ou notables.
                  © regardsetviedauvergne.fr
Regards et Vie d'Auvergne le blog des Auvergnats, de ceux qui l'aiment et de ceux qui ne la connaissent  pas.

mercredi 18 janvier 2017

Découvrons l'Auvergne : Le bourg de Reignat dans le Puy-de-Dôme.

Reignat.


Le Bourg de Reignat, Puy-de-Dôme, Auvergne.

     Malgré l'hiver, nous voici dans un petit village tranquille, tout près de Billom,  où, manifestement il fait bon vivre, entouré de champs et de vignes, au pied des premiers "sommets" du Livradois, ce coin de Limagne réserve quelques belles preuves d'un passé qui semble figé dans le temps.

Le Bourg de Reignat, Puy-de-Dôme, Auvergne.

  L’église saint-Laurent dépend de la paroisse de saint Martin des Marches du Livradois, c'est l'exemple assez rare en Auvergne, d'une église fortifiée du 13ème siècle, modifiée à maintes reprises au cours du temps, avec un sobre fronton de pierre abritant les cloches, elle est modeste, simple et rustique mais non dépourvu de charme. Fondée par les Aycelin  de Montaigut, sur l'emplacement d'une ancienne place forte, où les villageois trouvaient la sécurité lors des invasions dans des petites loges, serrées les unes contre les autres. Dans ce 'fort" circulaire  tout autour de l'église, ils pouvaient se réfugier et mettre à l'abris leurs récoltes de vins, grains et victuailles. Malheureusement, l'église fermée ce jour-là nous ne pouvons en dire plus sur l'intérieur.

Les pigeonniers :

  Comme dans toute la plaine de la Limagne, le bourg de Reignat recèle de nombreux pigeonniers à l'architecture variée selon le goût et la richesse des propriétaires.Ils étaient, en effet,  très importants dans la vie des habitants, fournissant de délicats et succulents mets, mais aussi pour l'utilisation de la  "colombine" la fiente de pigeon étant est un engrais azoté puissant et naturel pour le potager et la vigne.


Le Bourg de Reignat, Puy-de-Dôme, Auvergne.


Le Bourg de Reignat, Puy-de-Dôme, Auvergne.


Le Bourg de Reignat, Puy-de-Dôme, Auvergne.

 Parfois les pigeonniers sont plus joliment décorés et protégés que l'habitation, signes de leur grande utilité.

Le Bourg de Reignat, Puy-de-Dôme, Auvergne.


Le Bourg de Reignat, Puy-de-Dôme, Auvergne.


Le Bourg de Reignat, Puy-de-Dôme, Auvergne.

Pigeonnier avec façade agrémentée de motifs peints.

Le Bourg de Reignat, Puy-de-Dôme, Auvergne.

Le Bourg :

   Le centre du bourg historique resserré autour de son église, est encore plein de vieilles bâtisses typiques de l'habitat des cultivateurs d'Auvergne, travaillant la vigne, produisant des céréales, l'ail, les noyers et un peu d'arbres fruitiers. Heureusement, nombreuses de ces bâtisses ont été restaurées avec goût, pour ainsi apporter le confort indispensable de nos jours, les rues et places sont aujourd'hui en général conviviales et bien aménagées. Il faut noter aussi que plusieurs ouvrages mentionnent l'utilisation de la "Chaux de Reignat"pour améliorer les terres et pâturages, les coteaux devaient être riche en pierre de calcaire pur, qui, après passage au "four à chaux", appelé aussi "chaufour", devenaient une poudre très utilisée.

Le Bourg de Reignat, Puy-de-Dôme, Auvergne.

  Généralement composée d'un rez-de-chaussée réservé au petit bétail : bergerie, étable ou soue à cochons et une cave d'une partie habitation à l'étage, le tout fort modeste.


Le Bourg de Reignat, Puy-de-Dôme, Auvergne.

Le Bourg de Reignat, Puy-de-Dôme, Auvergne.

Le Bourg de Reignat, Puy-de-Dôme, Auvergne.

  Bordure de toit très courante en Auvergne, la finition en "Génoise" permet une avancée de plusieurs rangées de tuiles canal qui soutient le toit en débord, permettant ainsi l'écoulement de l'eau sans mouiller les murs, notamment pour les constructions en "pisé" . On voit qu'il y avait plusieurs façons de les mettre en oeuvre, un nombre de rangs variable selon l'importance de la construction, et peut-être aussi de la richesse du propriétaire.

Le Bourg de Reignat, Puy-de-Dôme, Auvergne.


  Les noms des rues sont évocateurs de la vie du village : rue des Noyers, rue du Fouloir et rue du Pressoir,  rue des Marronniers, rue du Figuier, rue du petit Blitou, rue du Fort, etc ...


Le Bourg de Reignat, Puy-de-Dôme, Auvergne.

  "Rue de l'entrave" la bien nommée puisque ici se trouve ce dispositif appelé  aussi "travail ou métier à ferrer" il servait à maintenir fermement les animaux pour faciliter le travail et la sécurité, du maréchal-ferrant ou pour administrer des soins.

Le Bourg de Reignat, Puy-de-Dôme, Auvergne.


Le Bourg de Reignat, Puy-de-Dôme, Auvergne.

Tiens, là aussi un "mur des gonds" .


Le Bourg de Reignat, Puy-de-Dôme, Auvergne.


Le Bourg de Reignat, Puy-de-Dôme, Auvergne.

   En Auvergne, comme ici, les murs quant ils ne sont pas en pisé, sont souvent joliment  composés de mélanges polychromes de pierres noires basaltiques, de moellons de calcaire blancs, granite, ou de grès jaunes ou rose selon les possibilités car souvent issu de récupération. On retrouve aussi parfois des galets de l'Allier arrangés en motifs très décoratifs, les différents éléments sont bâtis et jointés au mortier de chaux.  

Le Bourg de Reignat, Puy-de-Dôme, Auvergne.


  En sortant du village un chemin de terre longe les vignes et monte sévèrement en direction  de la table d'orientation au lieu-dit "les Froments" sur la commune de Glaine-Montaigut. Après un effort bien récompensé car on peut y admirer la vue sur 360° des monts lointains et de la campagne environnante.


Sources : texte et photos © regardsetviedauvergne.fr
Regards et Vie d'Auvergne le blog des Auvergnats, de ceux qui l'aiment et de ceux qui ne la connaissent  pas.


samedi 14 janvier 2017

Un dimanche après-midi, jadis en Livradois.

CPA le pont de David

Divertissements d'autrefois.


   Il faut l'avoir vu pour se figurer ce qu'étaient les dimanches après-midi dans le quartier, il y a seulement une trentaine d'années.
   Après la Saint-Jean, lorsque les scieurs de long, les sabotiers, les chiffonniers, étaient venus de leur campagne, la jeunesse affluait.
   Aux jours chauds de juillet, on venait se baigner à l'endroit où la Dore s'étale calme et peu profonde, sauf vers le gros rocher où il y a un trou, un "gourre", plus qu'à hauteur d'homme, on peut plonger et même en prenant son élan sur la pierre, les plus hardis n'arrivent pas au fond. Et le pont était garni de gens les regardant et s'amusant de leurs prouesses. Ce gros rocher garde d'anciennes traces, c'est là qu'autrefois, avant que le gros David fit construire son pont, on amarrait le bateau de la traversée. Le chemin qui descendait de Bertignat et que la ligne de chemin de fer a coupé, s'appelait " le chemin du bateau " et la boucle où on l'attachait est toujours là, scellée dans la pierre.
   Après le bain qui a excité l'appétit on va manger la friture. Les deux auberges en

jeudi 12 janvier 2017

Vieux métiers d'autrefois : Chamoiseurs.

Chamoiseurs.

Patron : saint Martin, 11 novembre.


   La peau de chamois, extrêmement souple, chaude et belle, après avoir été travaillée et passée en huile, a été de tout temps très-recherchée dans le commerce, mais, comme de tout temps aussi, elle était peu abondante pour les usages du commerce, on travaillait de la même façon, comme on le fait de nos jours, les peaux de boucs, de chèvres, de chevreaux et de moutons, imitant la peau de chamois.
   La police prenait des précautions pour que les travaux des Chamoiseurs ne corrompissent pas l'air, elle les obligeait toujours à avoir leurs ouvroirs hors du milieu des villes et à interrompre leurs ouvrages dans le temps de contagion.
   La ville de Maringues (Puy-de-Dôme), qui renfermait un grand nombre d'industriels de cet état, avait, avec les cordonniers, les charretiers et autres, une corporation dont la bannière était :


Bannière des Chamoiseurs d'Auvergne






" D'azur, à un tranchet d'or posé en pal, accosté à dextre d'une peau de même, et à senestre d'un fouet aussi d'or."


















Source : Histoire des communautés des Arts et Métiers de l'Auvergne avant 1789, J-B. Bouillet.
             © Regards et Vie d'Auvergne.

Regards et Vie d'Auvergne le blog des Auvergnats, de ceux qui l'aiment et de ceux qui ne la connaissent  pas.

lundi 9 janvier 2017

Le vieux chaudronnier.


Le vieux chaudronnier, de Raymond Cortat.

CPA chaudronnier du Cantal


"Aurillac, Reine du cuivre rouge aux chansons métalliques"
Gandilhon-Gens-d'Armes.



Lorsque du clocher bleu le sonneur, dans l'aurore,
Effeuille en haut du ciel, effeuille les toits
De la ville embrumée et sommeilleuse encore,
Effeuille l'Angelus comme une fleur sonore
En pétales d'argent glissant sous les cieux froids.


Alors, quand chaque cloche en frémissant s'est tue,
Tandis que tinte et tombe un grand coup de battant
Dont la rumeur s'étale et longtemps s’atténue,
Un autre bruit s'élève en la petite rue
Tel le rythme d'un cœur dans l'ombre palpitant.

On dirait qu'un bourdonnement mélancolique
S'éveille et monte, et qu'un essaim d'abeilles d'or
Soudain jaillit d'une ténébreuse boutique
Fait ronfler sans répit sa vaillante musique
Dans la rue assoupie où bruit son essor.

La rue, à ce signal, de son sommeil s'exhume...
Quelques dévotes, vers l'église à petits pas
Se hâtent, des rougeurs illuminent la brume,
La forge, brusquement dans la pénombre allume
L'orgueilleuse splendeur des lums et des ferrats.

Le rude chaudronnier semble un guerrier barbare
Parmi des boucliers et des casques vermeils !
La flamme, en se jouant autour de lui, s'égare
Au plafond noir qu'une poutre géante barre
Et les vastes chaudrons brillent tels des soleils.

De l'aube au soir, sans se lasser, son marteau danse
Et scande sa chanson sonore avec entrain
Et tour à tour rapide ou lente, la cadence
Infatigablement martelle le silence ;
Le vieux quartier rythme sa vie à ce refrain.

Puis l'Angelus abat au fond du crépuscule
Ses larges coups vibrants sur les toits gris ou bruns,
Et dans la rue où sa rumeur longtemps circule
La petite chanson métallique recule
Sous le ciel où la nuit a suspendu ses lums.

Je te salue, Ô vieux chaudronnier, humble artiste
Dont le marteau prolonge encore sa rumeur
Comme un suprême écho du passé fier et triste ;
Toi sous la main de qui refleurit et persiste
Un art qui ne veut pas mourir, tandis qu'il meurt !

Raymond Cortat.





Sources : texte de Raymond Cortat.
               ©regards.et.vie.dauvergne@sfr.fr

jeudi 5 janvier 2017

Les Rois mages, conte de Noel, 2/2 suite et fin.

Les Rois mages.

 2/2 suite et fin. 

Fleuriot, les Rois mages
Fleuriot

   ... Alors, à la place de la hutte à demi effondrée, il fit construire un superbe château qu'il remplit de meubles précieux et de tapisseries, et le jour ou la construction et l'ameublement furent achevés, il donna une grande fête pour inaugurer sa nouvelle demeure.
   Autour d'une table richement servie, étincelante d'argenterie et de lumière, il avait réuni tous les gros bonnets de l'endroit. Lui même se tenait au haut bout avec sa femme parée comme une châsse, tandis que des musiciens installés dans une galerie supérieure régalaient les convives de leurs joyeux airs. Afin que le festin ne fût pas troublé, il avait ordonné à ses gens de ne laisser sous aucun prétexte les fâcheux et les mendiants entrer dans la cour, et même il avait préposé à la porte deux grands diables de valets armés de bâtons, qui avaient pour consigne d'écarter tous les loqueteux et porteurs de besace des environs.
   Aussi, sûrs de n'être pas dérangés, les invités s'en donnaient à cœur-joie, jouant des mâchoires, humant le bon vin et s'ébaudissant à ventre déboutonné.
Or, ce soir-là, les Rois mages, ayant déposé leurs présents au pied de l'enfant Jésus, revenaient de Bethléem. En traversant la forêt, ils reconnurent le village où ils avaient

mardi 3 janvier 2017

L'humour de Mamy et Papy geek.

Mamy geek
   Bonsoir à toutes et tous,  pour débuter cette nouvelle année rien de mieux qu'un peu d' humour non ?

   A l'occasion d'un dernier repas de fin d'année notre Mamy geek nous a bien fait rire lorsqu'elle a voulu nous parler du site ...
 " YouToube " !
Mais quand Papy à voulu lui dire :
 " Mais ma pauvre Fernande c'est. .. YouTeube" !
Alors là, on en rit encore .



Source dessin Cyprien.
Regards et vie d'Auvergne le blog de ceux qui aiment l'Auvergne.


Notre sélection lecture que vous pourriez aimer:

Bonjour, merci de votre visite, sur la colonne de droite découvrez les Albums, articles, archives, Top10 etc etc, il y a surement encore des choses à découvrir. Pour être informé des derniers articles publiés inscrivez-vous au flux ou mettre un "j'aime" sur la page Facebook /


Vous pouvez aussi laisser un commentaire ou partager via les réseaux sociaux. A bientôt,

Les articles et photos de ce blog sont la propriété de
© Alain Michel Regards et Vie d'Auvergne. merci de contacter l'auteur pour une copie ou réutilisation.

http://www.regardsetviedauvergne.fr/
Le blog de ceux qui aiment l'Auvergne et de ceux qui ne la connaissent pas.