mercredi 17 mai 2017

Les batailles du Mont-Mouchet et le colonel Gaspard.


Mémorial national de la Résistance du Mont-Mouchet, Auvergne.
Mémorial national de la Résistance du Mont-Mouchet, Auvergne.

Le Mont-Mouchet.

   Les monts de la Margeride, cette vaste région montagneuse, vallonnée, un peu sauvage, boisée et calme où il semble faire bon vivre, ont été, pourtant, le théâtre  d'importantes opérations militaires durant la seconde guerre mondiale. Les paisibles villages de ce secteur ont connu des moments difficiles, la population a souffert et a été victimes de nombreuses exactions.  Ruynes-en-Margeride, Pinols, Clavières, Lorcières et bien d'autres.  
Mémorial national de la Résistance du Mont-Mouchet, Auvergne. Uniforme du colonel Gaspard

Uniforme du Colonel Gaspard
Médaille d'officier de la Résistance
Médaille de l'Ordre de la Libération.
Brassard F.F.I.

   "Gaspard" 

   De son vrai nom : Emile Coulaudon, ce Clermontois,  était le chef des Forces Françaises de l'Intérieur pour la région Auvergne, Colonel de la région R6. Auparavant,  il avait été responsable du mouvement MUR pour le Puy-de-Dôme et chef de l'armée secrète (A.S). Son courage et son
acharnement à défendre la liberté et repousser la barbarie étaient remarquables, plusieurs faits de guerre importants lui sont attribués, sabotages, guérillas, détournements de matériels. En fin tacticien il réussit à entraver et dérouter les officiers de l'Allemagne Nazie, et leur infliger de sérieuses pertes avec son "armée' de courageux volontaires venus de toute l'Auvergne et même d'ailleurs. Alors que le débarquement des alliés était imminent il est aujourd'hui incontestable que les batailles du Mont-Mouchet ont sérieusement  compliqué voir empêché  le redéploiement des Allemands vers les zones pressenties.







   "Le 15 juin 1944, le colonel Coulaudon (Gaspard), chef de la Résistance d'Auvergne, adressait aux officiers, sous-officiers et soldats de la division volontaire de F.F.I. d'Auvergne l'ordre du jour suivant :

   " Au lendemain des premiers combats pour la libération de notre territoire, je tiens à vous faire un bref exposé de la situation.

   Je vous rappelle d'abord le bilan des trois premières batailles :
   Le 2 juin, attaque des Allemands : 700 S.S. venant de Mende montent à l'assaut de nos positions. La 2e Compagnie subit le premier choc à elle seule mais se défend admirablement. La 3e compagnie vient l'appuyer : Les "Truants" empêchent l'enveloppement sur la gauche, et enfin le groupe "Laurent" intervient magnifiquement avec la 12e compagnie sur les revers de l'ennemi, jetant la plus grande panique chez celui-ci, qui se retire en abandonnant ses morts. L'adversaire a perdu plus de 100 hommes et avec eux la première bataille de la Margeride. Nous avons trois blessés légers.
   Le 10 juin, après de longs préparatifs, contre-attaque allemande sérieuse avec blindés, canons et à peu près la valeur d'une division comme effectif. But : gagner à tout prix le Mont-Mouchet et anéantir l'E.M. des F.F.I. Les colonnes blindées montent sur Clavières, où 68 véhicules sont arrêtés par la 4e et sur Saugues où les compagnies de la Haute-Loire et la 12e arrêtent également plus de cent véhicules. Des deux côtés la bataille fait rage. Les "Truants" font eux aussi merveille, soutenant vers Pinols, à 34, un combat contre une colonne entière, et au soir, pour la deuxième fois, les "boches" se retirent avec plusieurs centaines de morts, abandonnant trois canons à Saugues, une auto-mitrailleuse à Clavières, un nombreux matériel. Chez nous, une quarantaine de morts à la 3e compagnie où l’ennemi a achevé 9 blessés, et chez les "Truands" dont la résistance héroïque a coûté la vie à 25 d'entre-eux.
Pourtant, il faut s'attendre à la contre-attaque allemande sous quarante-huit heures. L'ennemi reçoit des renforts importants. Nos munitions sont épuisées. Le 10, il nous apparaît difficile de tenir une journée entière encore sans sacrifices inutiles. Aussi, le matin du 11, l'état-major décide d'opérer un glissement vers le réduit voisin où nous trouverons des renforts d'hommes frais, armes et munitions encore intactes, déroutant du même coup les prévisions allemandes.
Le matériel est donc évacué méthodiquement dès le matin, les compagnies sont prévenues d'avoir à se préparer au décrochage, chacune ayant un nouveau point fixé à rallier. A 9 heures tout laisse présager une réalisation rapide du plan. Mais à ce moment là, les blindés allemands, repliés la veille à plus de 20 kilomètres reviennent à l'attaque.
Une unité attaquée doit renoncer provisoirement au décrochage.
   La troisième bataille de la Margeride est commencée avec une violence inouïe. Les "boches" attaquent sur Clavières et Lorcières, faisant donner tour à tour artillerie et blindés.
Toutes les compagnies engagées se défendent avec ardeur et contiennent les Allemands aussi bien à Pinols, à Saugues que vers Clavières.
L'artillerie ennemie appuie l'attaque et aide à une avance qui ne pourrait se faire à égalité d'armement.
   A 16 heures, plus d'une division allemande est engagée. Les effectifs "boches" sont quatre fois supérieurs aux nôtres. Plusieurs de nos compagnies n'ont presque plus de munitions. A partir de 19 heures, le Mont-Mouchet est sous le feu des canons qui s'acharnent sur un P.C. évacué depuis le matin. Tout le matériel est sauvé. Toutes les compagnies qui ont tenu leurs positions se replieront dans la nuit sur les points prévus où elles se reformeront.
Nous avons seulement 150 morts au total et une centaine de blessés, grâce à la manœuvre réalisée .
Par contre, l'ennemi a plus de 1400 morts et plus de 1700 blessés, de nombreux camions ayant été le matin stoppés par les bazookas et ayant été détruits.
C'est la troisième victoire de la Margeride démontrant que des troupes inférieures en nombre et en matériel peuvent, lorsqu'elles ont un idéal, tenir tête à l'ennemi avec Gloire et Honneur.
Et maintenant ?
Toutes nos compagnies terminent leur regroupement.
L'Allemand n'ose plus attaquer, les soldats ne marchent plus !
Notre infériorité en matériel n'existe plus. Depuis deux nuits, la R.A.F. nous a parachuté des tonnes d'armes et de munitions, les effectifs du Mont-Mouchet ont doublé.
Partout en France, la guérilla fait rage, immobilisant les unités allemandes déjà gênées par les coupures des routes et des voies ferrées.
La défaite d'Hitler et de ses brutes va être consommée.
Les F.F.I. d'Auvergne vont bientôt attaquer à fond pour précipiter cette défaite et libérer nos villes.

   Camarades, à la veille de la Victoire, recueillez-vous.
Pensez à notre lutte menée depuis quatre ans contre la Gestapo, contre la Wehrmacht, contre la Milice du traître Darnand, contre la clique de Pétain et de Laval.


Stèle de la Résistance du Mont-Mouchet, Auvergne.
Mémorial national du Mont-Mouchet, Auvergne, stèle de la Résistance.

   Pensez à nos camarades morts dans la lutte clandestine de tous les jours, de toutes les nuits, à ceux torturés par les bourreaux de la Gestapo, à ceux déportés en Allemagne ou dans les camps de concentration.

Pensez à ceux des F.F.I. tombés les 10 et 11 juin au Mont-Mouchet.
Dans tout cela, c'est la Résistance, c'est le désir exacerbé de chasser le "boche" exécré et infâme, c'est la volonté du peuple de châtier les traîtres et de rétablir en France un régime de Liberté qui se sont exprimés. Dans quelques jours, nous descendrons sur les villes. Rien n'arrêtera la marée humaine qui déferlera des Montagnes d'Auvergne. Nous serons vainqueurs, nous serons vengés et la IVe République pourra être fière des luttes menées et des sacrifices consentis par ses enfants. "

(Cet ordre du jour fut inséré dans le no 6 du "Mur clandestin", imprimé au maquis, dans les bruyères de Saint-Martial.)


Le Musée de la Résistance :

A visiter : Le Musée de la Résistance du Haut-Allier



Sources : Texte : Revue de la Haute-Auvergne 1964.
               Photos : © regardsetviedauvergne.fr
Regards et Vie d'Auvergne le blog des Auvergnats, de ceux qui l'aiment et de ceux qui ne la connaissent  pas.

Bonjour, merci de votre visite, sur la colonne de droite découvrez les Albums, articles, archives, Top10 etc etc, il y a surement encore des choses à découvrir. Pour être informé des derniers articles publiés inscrivez-vous au flux ou mettre un "j'aime" sur la page Facebook /


Vous pouvez aussi laisser un commentaire ou partager via les réseaux sociaux. A bientôt,

Les articles et photos de ce blog sont la propriété de
© Alain Michel Regards et Vie d'Auvergne. merci de contacter l'auteur pour une copie ou réutilisation.

http://www.regardsetviedauvergne.fr/
Le blog de ceux qui aiment l'Auvergne et de ceux qui ne la connaissent pas.