jeudi 3 mars 2016

Il y a longtemps, en 1724, un Auvergnat refusa de payer l’impôt.

CPA Auriac l'église, Cantal.

Un refus de payer l’impôt en 1724.


   Le 15 décembre 1724, un laboureur du village de Fraissinet, paroisse d'Auriac (Ndlr Auriac-l'église près de Massiac), M. Pierre D... dont certains descendants se sont élevés à de hautes situations, refusa de payer la "Taille" (1), soit 44 livres.
   A la requête de Pierre Vallon, premier consul de la paroisse d'Auriac et comme tel chargé du recouvrement des "Tailles" dans la paroisse, Jehan Vigier, sergent immatriculé (aujourd'hui nous dirions huissier) en la justice de Molompise, se présenta au domicile de
Pierre D... et le somma de payer les 44 livres dues :
  "En vertu des rôles des tailles, impositions faites et imposées... sinon et faute de ce faire il allait procéder par saisie exécution sur les biens meubles du dit : D... qui dit ne pouvoir payer mais ne vouloir empêcher la dite exécution, ni vouloir y assister pour nommer les objets".
  "Ce que voyant dit le sergent Vigier, j'ai appelé les plus proches voisins auxquels parlant à leurs personnes je les ai sommés de venir avec moi pour être présents à l'exécution que je prétends faire sur les meubles du dit D... et de me dire leur nom et s'ils savent signer. C'est ce qu'ils ont refusé de faire et de dire".
  "Vu ce refus et assisté de mes témoins, je me suis transporté au devant de la maison du dit D...; l'ayant trouvé ouverte, j'y suis entré, et, de la part du Roi, j'ai pris et saisi neuf livres de laine preste à filer et une marmite de fer (sic) pesant environ 25 livres, lesquels laine et marmite j'ai déplacé et baillées (2) en garde à Pierre Aubughoux (ancêtre maternel de l'auteur de cette communication). Je lui ai fait les défenses requises et nécessaires de ne s'en dessaisir que par Justice... sous peine d'en être responsable sur ses biens et sa personne..."
   "Afin que le gardien n'ignorât point quelles étaient ses responsabilités, en cas de disparition de la laine et de la marmite, le sergent Vigier lui "bailla" copie de l'acte de saisie". 
Cette copie existe dans les papiers de ma famille.

  Pour qui connait le rôle capital de cet ustensile de cuisine, la saisie de la marmite frappait le laboureur au point sensible : c'était plus qu'un symbole !

J-L.B

Note de la rédaction:

1) Taille : Impôt direct annuel, payé par les "taillables", d'abord prélevée  sur les cerfs par le seigneur ensuite par le Roi, très impopulaire et objet de nombreuses contestations elle disparaît à la Révolution.
2) Bailler : Donner, mettre en mains, livrer.




Sources : l'Auvergne Littéraire Artistique et Félibréene, 1926.

                 © Regards et Vie d'Auvergne.
                  http://www.regardsetviedauvergne.fr/
                  Le blog de ceux qui aiment l'Auvergne et de ceux qui ne la connaissent pas.



Notre sélection livres d'Auvergne :

Merci de votre visite, sur la colonne de droite découvrez les Albums, archives, Top10 etc etc, il y a surement encore des choses à découvrir. Pour être informé des derniers articles publiés inscrivez-vous au flux ou mettre un "j'aime" sur la page Facebook /


Vous pouvez aussi laisser un commentaire ou partager via les réseaux sociaux. A bientôt,

Les articles et photos de ce blog sont la propriété de
© Alain Michel Regards et Vie d'Auvergne. Merci de contacter l'auteur pour une copie ou réutilisation.

http://www.regardsetviedauvergne.fr/
Le blog de ceux qui aiment l'Auvergne et de ceux qui ne la connaissent pas.