dimanche 30 novembre 2014

Téléthon 2014 en Auvergne.

Auvergne, 5 et 6 décembre 2014.


                                Téléthon 2014:




     Comme chaque année Regards et Vie d'Auvergne soutient le Téléthon qui aura lieu  le vendredi 5 et samedi 6 décembre prochain. Avec une nouveauté,  une collaboration Web-Partenaires pour vous permettre de faire un don au Téléthon,  en cliquant directement sur les bannières de la page d’accueil

30 heures de télévision directe:


   Deux jours exceptionnels où Sophie Davant, Gérard Holtz et leurs équipes animent en continu l' émission en direct de France-Télévisions. Pour ce grand rendez-vous, a été installé un immense plateau sur le Champ-de-Mars, au pied de la Tout-Eiffel  à Paris pour recevoir pendant ces deux jours, invités, vedettes, chercheurs, sportifs, témoignages et organisateurs. Mais les diverses manifestations ont déjà commencé depuis quelques jours, afin de récolter des fonds pour la recherche sur les thérapies nouvelles pour ces maladies rares.
L'année dernière les dons récoltés se sont élevé à : 89 327 268 Euros


Téléthon 2014: Garou


Pour cette édition 2014 le parrain sera le chanteur canadien Garou qui a décidé d'être l'artisan de la "communication du bonheur" pendant son parrainage. Il a aussi dédié : "Petit Garçon" une chanson de son album en totalité au profit de l'AFM-Téléthon.





Mobilisation générale:


 Dans de très nombreuses villes et villages plus de 200 000 bénévoles encouragent le public à se "mobiliser" au travers de plusieurs milliers de manifestations variées et pleines de joie et d'imagination.



Quelques manifestations en Auvergne:


Téléthon 2014: Combronde, 63
Combronde, 63


Téléthon 2014: Commentry, 03
Commentry, 03.


Téléthon 2014: Cunlhat, 63
Cunlhat, 63.


Téléthon 2014: Courpière, 63
Courpière, 63.


Téléthon 2014: Chappes, 63
Chappes, 63.


Téléthon 2014: Blanzat, 63
Blanzat, 63.


Téléthon 2014: Lavoute-Chilhac
Lavoûte-Chilhac, 43.


Téléthon 2014: Le Cendre, 63
Le Cendre, 63.


Téléthon 2014: Le Puy en Velay, 43
Le Puy en Velay, 43.


Téléthon 2014: Le Puy en Velay, 43
Le Puy en Velay suite, 43.


Téléthon 2014: Maurs, 15
Maurs, 15.


Téléthon 2014: Mazeyrat d'Allier, 03
Mazeyrat d'Allier, 03.


Téléthon 2014: Veyre Monton, 63
Veyre Monton, 63.


Téléthon 2014: Saint Privat d'Allier, 03
Saint Privat d'Allier, 03.


Téléthon 2014:saint Sauves d'Auvergne, 63
Saint Sauves d'Auvergne, 63.


Téléthon 2014: Riom, 63
Riom, 63.


Téléthon 2014:Puy Guillaume, 63
Puy Guillaume, 63.


Téléthon 2014: Puy Guillaume, 63
Puy Guillaume suite, 63.


Téléthon 2014: Moulet Marcenat, 63
Moulet Marcenat, 63.




Sources : AFM-Téléthon.fr
                 © Regards et Vie d'Auvergne.
                 http://www.regardsetviedauvergne.fr/
                 Le blog de ceux qui aiment l'Auvergne et de ceux qui ne la connaissent pas.

jeudi 27 novembre 2014

Le château de Saunades à Landogne.

Le château de Saunades.

(Extrait du manuscrit du Baron Deval de Saunades écrit en 1825 environ.)

   Acheté aux Canilhac vers le milieu du XVIIè siècle, le château et la baronnie de Saunades restèrent dans la famille Deval jusqu’à la Révolution.
Le château de Saunades, dont les ruines se voient encore, était situé près de Landogne, canton de Pontaumur, entre le bois et la rivière du même nom. Au pied de la colline sur laquelle il est situé se voient les ruines d’un autre château aussy appelé Saunades, qui aurait été détruit par les Cimbres lors de l’invasion des Gaules, 150 ans avant Jésus-Christ.

   Le château de Saunades a été le premier que détruisirent les révolutionnaires dans la Basse-Auvergne. Le 17 mars 1792, quinze cents factieux, dirigés par un nommé Bar….., maître de poste du hameau de Neuville, vinrent l’attaquer ; leur but était, après avoir brûlé le château et assassiné les propriétaires, de se répandre dans la plaine de Giat pour détruire tous les châteaux de cette région.

   Monsieur Hennequin, qui commandait la maréchaussée de Pontaumur, averti de leur dessein, parvint à les calmer pendant quelques jours.
Monsieur Deval profita de ce moment de répit pour faire venir des secours de Clermont. Une compagnie de Penthièvre-Dragons, commandée par le capitaine Tolques et les dix brigades de maréchaussée du commandant Bourguillon du Gravier, arrivèrent à Pontaumur le dimanche 19 et allèrent camper à Saunades ; les bandits, qui avaient choisi ce jour pour consommer leur horrible projet, furent pris et condamnés à vingt ans de galères. 

   Ce prompt secours avait sauvé la région ; mais bientôt la position ne fut plus tenable. Le tribunal révolutionnaire d’Aurillac amnistia les factieux du 19 mars. Monsieur le Baron de Saunades fut obligé d’émigrer et passa à l’armée de Condé. Son père, ancien officier de la maison du Roy et plus tard son procureur général en l’élection de Riom, alors âgé de 92 ans, ne voulut pas abandonner son château.

   Emprisonné par ordre du citoyen Goup… de Font….., il mourut en prison et le château de Saunades fut brûlé.

   Acheté, après la Révolution, par monsieur Fuchet de Riom, il a été revendu par lui à des paysans dont les enfants l’habitent encore.






Sources : Auvergne Historique et Littéraire, 1893.
                 © Regards et Vie d'Auvergne.
                  http://www.regardsetviedauvergne.fr/
                  Le blog de ceux qui aiment l'Auvergne et de ceux qui ne la connaissent pas.





dimanche 23 novembre 2014

Le Lierre, symbole de l'Amitié et de l'Amour étouffant.

Le Lierre.

lierre et arbre


    L’Amour fidèle retient avec une branche de lierre les roses passagères qui couronnent sont front. L’amitié a choisi pour devise un Lierre qui entoure de verdure un arbre renversé, avec ces mots :

   « Rien ne peut m’en détacher »

   En Grèce, l’autel de l’hyménée était entouré d’un Lierre, et on en présentait une tige aux nouveaux époux, comme le symbole d’un lien indissoluble. Les Bacchantes, le vieux Silène, et Bacchus lui-même, étaient couronnés de Lierre. La verdure éternelle des feuilles du Lierre était, pour cette cour joyeuse, l’emblème d’une constante ivresse. On a quelquefois représenté l’ingratitude sous la forme du Lierre qui étouffe son soutien : l’auteur des « études de la nature »  a repoussé cette calomnie, le Lierre lui parait le modèle des amis.

   « Rien, dit-il, ne peut le séparer de l’arbre qu’il embrasse une fois, il le pare de son feuillage dans la saison cruelle où ses branches noircies ne soutiennent plus que des frimas, compagnon de ses destinées, il tombe quand on le renverse, la mort même ne l’en détache pas, et il décore de sa constante verdure le tronc tout desséché de l’appui qu’il adopta ».

Lierre et mur

    Ces idées, aussi touchantes que gracieuses, ont encore le mérite d’être vraies, le Lierre tient à la terre par ces propres racines, et ne tire point sa subsistance des corps qu’il environne, protecteur des ruines, il est l’ornement des vieux murs, qu’il soutient. 

  Il n’accepte point tous les appuis, mais, ami constant, il meurt où il s’attache.







Sources: Le langage des fleurs, Madame Charlotte de la Tour, 1858.
              © Regards et Vie d'Auvergne
               http://www.regardsetviedauvergne.fr/
               Le blog de ceux qui aiment l'Auvergne et de ceux qui ne la connaissent pas.



mardi 18 novembre 2014

Clermont-Ferrand, la Zup de la Plaine hier et aujourd'hui.

 Clermont-Ferrand le quartier de la "ZUP".


la ZUP de la Plaine de Clermont-Ferrand en 1975.


Une des  ZUP, Zone à Urbaniser en Priorité, créées vers 1960. Les véhicules en circulation nous indiquent bien les années 75.


la ZUP de la Plaine de Clermont-Ferrand en 2014.


Aujourd'hui 2014, pas de trop gros changements, à part la circulation, on dirait que le poteau desfeux tricolores na pas changé de place, mais ou sont les Deudeuches... !




Sources Photos © Regards et Vie d'Auvergne. et Google earth.
               http://www.regardsetviedauvergne.fr/
                Le blog de ceux qui aiment l'Auvergne et de ceux qui ne la connaissent pas.



samedi 15 novembre 2014

Morgane Laporte notre Miss Auvergne au concours Miss France 2015.


Miss France 2015.


Morgane Laporte Miss Auvergne 2014

 Voir la vidéo de présentation de TF1:  miss-auvergne-morgane-laporte

 

   Le 13 septembre 2014 à Vichy, Morgane Laporte était élue Miss Auvergne. Cette jolie Auvergnate ne se contente pas d'avoir un ravissant physique, elle est très brillante dans la poursuite de ses études, en licence de biologie elle rêve de devenir nutritionniste. Elle est aussi une  sportive de haut niveau en natation et triathlon.

Morgane Laporte Miss Auvergne 2014



   Naturelle et bien dans sa peau, jeune et brillante, voilà bien toutes les qualités nécessaires pour devenir l'ambassadrice de la France pour cette année à venir. 

Morgane Laporte, Miss Auvergne 2014.

  

Tous les Auvergnats auront à cœur de soutenir leur Miss sachant qu'avec la réforme territoriale elle est peut-être, hélas, la dernière.


  Rendez-vous le 6 décembre 2014 au Zénith d'Orléans et sur TF1 pour connaître la remplaçante de Flora Coquerel Miss France 2014.




Autre article du blog sur le même sujet: Nouvelle Miss Auvergne 2014.




Sources : vidéo de TF1 sur Wat.tv.
                 © Regards et Vie d'Auvergne.
                 http://www.regardsetviedauvergne.fr/
                  Le blog de ceux qui aiment l'Auvergne et de ceux qui ne la connaissent pas.

mercredi 12 novembre 2014

Histoire de Fées en Auvergne.

Les Fées et l'Auvergne.


Le lac des Fades, des fées, Auvergne.

   Dans l’Auvergne, dont la population toute celtique n’a pour ainsi dire subi aucun mélange, ce sont encore les vieux monuments druidiques que les Fées ont choisi pour demeure.

   Près du village de Pignols, à cinq lieues de Saint-Flour, il y a un dolmen situé dans un lieu qu’on nomme "La Tioule de las Fadas". On raconte à ce sujet qu’une Fée, qui se plaisait à garder les moutons dans l’endroit même qu’occupe le monument, résolut de se mettre à l’abri des pluies et des orages, elle alla bien loin, bien loin chercher des masses de granit, que dix bœufs ne remueraient, et leur donna la forme d’une maisonnette.

   A Giat, à « Pont-au-Mur » et en plusieurs endroits de l’Auvergne, nous avons trouvé un tumulus et plusieurs dolmens qui passent également pour être la demeure des Fées. Enfin, il existe peu de provinces en France où la croyance à ces êtres surnaturels se soit conservée plus que dans l’ancienne Arvernie.

   A la Bourboule, près du Mont-d-Or une « Roche de Fée » attire l’attention des personnes qui visitent les eaux minérales de cette localité.


La Roche Vendeix, Auvergne.

  C’est un rocher de granit, situé à une petite distance de la Dordogne, dont la surface est plate et légèrement inclinée du côté opposé à la rivière. Les cavités que l’on aperçoit à cette surface sont attribuées à des Fées, qui avaient autrefois pris ce pays sous leur protection ; elles étaient bonnes, et aimables, et avaient rendu de grands services, en coupant le rocher, afin de donner issue aux eaux que cette digue retenaient captives et qui formaient un lac de la Bourboule. Par ce moyen, la vallée devint cultivée ; on y établi de belles prairies, et les eaux thermales qui se perdaient dans le lac devinrent visibles et furent recueillies. Les Fées enseignèrent aux habitants leurs propriétés, et l’on assure même qu’elles y prirent des bains. Outre ces bienfaits, elles protégeaient encore les environs contre les excursions du célèbre routier » Aimerigot Marcel », qui occupait, au XIV è siècle, le château de la Roche-Vendaix, et qui étendait partout ses ravages.
Un jour pourtant, en mémoire d’un événement heureux que l’on ne raconte pas, les Fées, retirées sur leur rocher, chantaient en buvant de la bière et en mangeant une omelette, lorsqu’elles furent surprises par « Aimerigot », qui les avait aperçues de Vendaix, et qui, vînt en toute hâte, s’emparer du local où elles se trouvaient. Les Fées n’eurent que le temps de s’échapper par des moyens qui leur étaient connus, et elles abandonnèrent définitivement le pays, où elles avaient répandu de si grands bienfaits.

   Dans la partie orientale de l’Auvergne, que l’on nomme le Livradois, les anciens racontent que la plaine ne formait autrefois qu’un grand lac, si profond, que les montagnes environnantes baignaient leurs sommets dans ses eaux. Ils disent que l’on voyait, il n’y a pas longtemps encore, des anneaux scellés aux roches granitiques sur lesquels s’élèvent, d’un côté, Cornillon, et de l’autre, Clavelier et Mont-Ravel, qui étaient destinés à attacher les barques.

   Suivant la même tradition, on avait fait sauter, au moyen de mines chargées à poudre, les gigantesques rochers de la Tour-Goyon. Au moment où le lac fut débondé, il produisit un torrent furieux, qui entraîna tout ce qu’il rencontra. Ce fut à cette occasion que les habitants se brouillèrent à mort avec les Fades ou Fées du pays. En brisant et retournant tous ces rochers, les ouvriers étaient arrivés jusqu’aux cavernes profondes où habitaient les Fades, ils avaient ainsi profané leurs retraites mystérieuses et enlevé nombre de leurs enfants. Un beau matin, pour se venger, elles enlevèrent à leur tour tous les nouveau-nés chrétiens des environs, et elles répondaient aux supplications à des mères éplorées :


Randa nou noutri Fadou (1)
Vou randren voutri Saladou.(2)

   Force fut bien de promettre l’échange, mais lorsque les Fades aperçurent sur les lèvres de leurs nourrissons le sel baptismal, et qu’elles les virent faire le signe de la croix, elles connurent qu’on en avait fait des chrétiens, et qu’ils étaient « défadés ».

   Elles les repoussèrent durement et les déposèrent bien vite sur les rochers, sur les branches d’arbres, et s’enfuirent, en poussant des cris aigus, cacher leur honte et leur malheur dans les rochers de Morel et dans les profondeurs redoutées de Lavaure.

   Les enfants des Fées furent repris et soignés par les femmes du pays, et plus tard même ils se marièrent avec les filles des habitants !


1) Fadou, enfant de Fée.
2) Saladou enfant salé, enfant baptisé.




Autres articles sur le même sujet :

 Les Bacchanales de Montjuzet.

Sorcier ou Guérisseur le simple d'Algères.

La légende du Gui de l'an nouveau.



Sources : Histoire et traité des sciences occultes.
               © Regards et Vie d'Auvergne.
                http://www.regardsetviedauvergne.fr/
                Le blog de ceux qui aiment l'Auvergne et de ceux qui ne la connaissent pas.





samedi 8 novembre 2014

La Grande Guerre en Auvergne, novembre 1914 à Brioude.


Instantanés de guerre,  novembre 1914 à Brioude. Haute-Loire

Brioude, Haute-Loire, la Gare.
Brioude, la Gare.


Jeudi 5 novembre 1914 : forte gelée.
   Le numéraire se fait de plus en plus rare, l’or devient un mythe, l’argent le suit, il faut s’attendre à des surprises, la guerre terminée. Le papier parait être juste jeté sur le marché, en trop grande, en excessive quantité, et le métal qui en est le gage, dont il est la représentation, ne doit certainement pas atteindre le dixième de la valeur des billets en circulation.
11 heures soir :
    Il vient de passer en gare un détachement d’infanterie territoriale des contingents de Seine-et-Marne, que l’on achemine vers le front ; Ce sont des hommes âgés d’au moins quarante ans ; la cantine gratuite les a ravitaillés.
   L’un d’eux, encore domicilié à Château-Thierry lors de la bataille, s’est trouvé être un ancien employé de M. Chouzy et l’a reconnu ; il nous a conté les agissements des « boches » pendant l’occupation de la ville et leur retraite. Ils ont tué des habitants inoffensifs et pillé toutes les maisons dont les propriétaires avaient fui.
   Lorsque la ville eut été évacuée, avec quelques autres citoyens, il dût pourvoir à la sépulture, des soldats tombés au cours de l’action :

  " J’en ai, dit-il, relevé 31 horriblement mutilés par les obus, sur l’avenue de Soissons. Les allemands avaient, en se retirant, emporté leurs morts et laissé leurs blessés dans une ambulance."

Vendredi 6 novembre 1914 : Il pleut.
   Les communiqués se suivent et se ressemblent ; on ne nous a rien dit d’un engagement qui aurait eu lieu à Mailly, dont l’ennemi fait une grande victoire.
   Comme toujours, il y a des gens disposés à croire les racontars les plus extravagants, je les rapporte tels qu’on les fait circuler :
-On dit qu’un grand personnage, blessé en Argonne, agonise à Strasbourg, l’on veut que ce soit le « Kronprinz »(1), (ce serait bien son tour, il a été tué assez souvent déjà !)
-On dit que devant Varsovie un grand personnage a été tué et transporté en Prusse avec des marques de respect ne laissant aucun doute sur sa qualité…C’est le « Kronprinz » ! Une fois de plus !
-On dit que le général en chef des armées allemandes en France, blessé grièvement en Flandre, agonise à Namur !

Samedi 7 novembre 1914 :
   Une grande victoire a été remportée par les Russes en Galicie.
11 heures soir:
  Les militaires de passage ont été tellement nombreux aujourd’hui, que toutes les provisions de la cantine gratuite ont été épuisées, et cependant elles étaient copieuses.

Dimanche 8 novembre 1914 : Temps brumeux.
   Hier un prévenu a tenté, vers 4 heures et demi du soir, de se suicider dans le cabinet du juge d’instruction, il s’est porté plusieurs coups de couteau à la gorge ; blessures sans gravité ; des deux, du juge et de la victime, le plus malade n’était pas celui qu’on pense.

Mardi 10 novembre 1914 : Temps froid.
11 heures soir.
   Un détachement de 400 hommes du 34ème  territorial se rendant au front par Langres vient de passer, après s’être restaurés à la cantine, ces militaires, qui sont pour la plupart des ouvriers parisiens (région d’Asnières et Saint-Mandé), ont écrit à leurs familles sur des cartes postales, contenant des vues de la ville, qui leur ont été distribuées.

Mercredi 11 novembre 1914: Temps assez beau.
9 heures matin :
   Les Allemands sont entrés dans Dixmude. On parle en ville de la découverte d’une expédition de valeurs provenant du pillage des localités du front, qui aurait été faite à un sieur D. par son fils soldat de médiocre réputation avant la guerre, lequel se serait cependant depuis comporté vaillamment. (Le 5 décembre, le soldat D. a été arrêté par la prévôté de son corps d’armée).
   Ces vols de recel étaient, parait-il, connus de certaines personnes dont on s’étonne de voir le nom mêlé à cette affaire et qui auraient, bien antérieurement, il est vrai, recommandé énergiquement D. au Président de la République, se portant garants de sa moralité…

Vendredi 13 novembre 1914 : temps doux.
   Les gendarmes viennent d’envoyer à l’arsenal leurs fusils et carabines Lebel pour armer les nouvelles formations ; on leur donne en échange des fusils Gras. Les pompiers de l’arrondissement envoient également leurs uniformes, d’énormes ballots sont partis ce matin pour le corps d’armée.

Lundi 16 novembre 1914 :
   On va reporter à Coulommiers et Fontainebleau les dépôts des régiments qui, au moment de l’invasion avaient été refoulés sur Mende, Millau et Marvejols
   L’intendance a demandé au ravitaillement l’envoi immédiat de 150 tonnes de foin ! Et… l’on ne peut disposer que de 20 tonnes ! L’intendance croit sans doute qu’on peut utiliser tout ce dont elle a payé l’achat, mais il y en a une soixantaine de wagons qui sont pourris faute de soins.


Mercredi 18 novembre 1914 : Temps froid, -6°.
   Il a passé cette nuit 27 officiers allemands prisonniers que l’on conduit au Puy, ils ont toujours l’attitude insolente que j’ai observée lors des précédents convois.
   La guerre prend une tournure nouvelle, c’est la guerre de position. Nous avons pris la partie ouest d’un village situé sur la rive gauche de la Meuse appelé Chauvoncourt, où étaient les casernes de Saint-Mihiel.
On annonce pour demain soir le passage de 2000 hommes en quatre trains.
   Nous venons d’apprendre la mort de Clovis Corny, professeur mobilisé, encore un excellent enfant de Brioude que la guerre nous enlève.



Vendredi 20 novembre 1914 : il fait très froid, -8°.
   On a enterré aujourd’hui un militaire nommé Magnabal, instituteur à Albi, mort à l’hôpital auxiliaire, des suites de ses très graves blessures
11 heures soir :
   Les convois de troupes annoncés viennent de partir, il a été distribué 1500 rations de pain, viande et chocolat, thé et café, six passe-montagne et deux cache-nez. Il fait un temps affreux ! Pensons à ceux qui sont aux tranchées. Les casernes de Chauvoncourt étaient minées, elles ont sauté et nos soldats avec.

Dimanche 22 novembre 1914 :
   Il neige, la couche est épaisse de 15 centimètres. Les passages de troupes et leur complet ravitaillement continuent ; il a été distribué hier un peu plus de mille rations à des détachements des 46ème et 246ème d’infanterie et 34ème territorial.
   C’est la foire de la Saint-Clément ; depuis hier les mulets et les poulains abondent sur le marché ; les prix sont très élevés, les propriétaires font des affaires d’or.

Lundi 23 novembre 1914 : c’est le dégel.
   Si les mulets et les chevaux s’enlèvent à très bon prix, il n’en est pas de même des bovins des moutons et des porcs, il y a une baisse de près de 50%. 
   On publie un appel général devant le conseil de révision de tous les réformés, ajournés ou classés dans les services auxiliaires, pour le samedi 1er décembre.
   La foire n’est pas brillante.


brioude, la foire
Brioude, foire de la Saint-Clément.


Mardi 24 novembre 1914 : temps assez beau.
   L’ennemi bombarde Soissons ! Cette nouvelle, cause une très vive et très légitime émotion.
Midi :
   Il vient de passer un détachement de 400 hommes du 76ème d’infanterie se rendant au front, ils paraissent bien en forme et sont plein d’entrain. La cantine gratuite, outre les aliments, leur a distribué 120 pièces de lainage (tricots, chaussettes, passe-montagne, etc.).
10 heures soir :
   Il a passé une trentaine d’Hindous se rendant à Marseille, leur costume est original, ce sont de grands et beaux gaillards, au teint très bronzé, au visage expressif, ils sont très secs et paraissent très nerveux ; Ils ont refusé le pain, la viande, le café et le thé, n’acceptant que du lait ; ils vont au-devant de leurs compatriotes sur le point de débarquer.

Jeudi 26 novembre 1914 : temps assez beau.
   Aujourd’hui on a célébré à Fontannes un office à la mémoire du capitaine Henry Boyre, chevalier de la légion d’honneur, tué à la bataille de Charleroi, officier de valeur sorti dans les premiers rangs de Saint-Cyr et l’un des plus jeunes légionnaires ; La cérémonie a eu lieu au milieu d’une grande affluence.
    Dans l’auto qui me ramenait à Brioude, se trouvait Mme B. qui nous a dit qu’elle venait de recevoir des nouvelles de son mari qui est à Ypres, et qui demande des lainages et des chaussures imperméables :

« Ils sont, dit-elle, dans une boue liquide. Ses bagages, qui contenaient des souliers bien conditionnés, ont été pris par les allemands à Sarrebourg ».

   Le Sous-Préfet, parlant ce matin du rôle des commissions d’appel des allocations aux familles dont les soutiens sont mobilisés, donnait à entendre qu’elles devaient se conformer, dans leurs décisions, aux désirs (je n’ose pas dire aux ordres) de l’administration !
S’il en est ainsi on se demande pourquoi de telles commissions furent instituées ?
   Les citoyens qui les composent ne sont pas des serviteurs, ils sont des juges ne relevant que de leur conscience, pour mettre dans la balance, d’une part les besoins présents des familles, et d’autre part les intérêts du Trésor National.
   On fait vacciner les réfugiés des départements envahis, les municipalités veillent à ce que leurs enfants fréquentent les écoles ; mais à en croire le maire d’un chef-lieu de canton voisin, tout n’est pas rose pour ceux qui les ont recueillis : habitués à des gros salaires dépensés sans esprit d’épargne, ces gens vivaient largement et ne voudraient rien changer aux habitudes acquises, d’où des exigences qui indisposent à leur égard.

Samedi 28 novembre 1914 : beau temps.
   C’est le calme, mais il ne durera pas, car un officier supérieur allemand, qui serait dit-on prisonnier au Puy, aurait annoncé une grande poussée pour le 19 novembre ; le grand état-major du Kaiser ayant reçu l’ordre de lui livrer Calais pour le 2 décembre, anniversaire de l’avènement de François-Joseph au trône d’Autriche et jour d’ouverture du Reichstag .
   Les réquisitions d’avoine continuent. Ce soir sont partis les territoriaux de 42 ans, MM. Bessaire épicier, Granet orfèvre, Rivoire et Ribeyre charcutiers et bien d’autres.


A. Bertrand.


1) Kronprinz: Prince héritier de l'Empire Allemand et Autrichien (Dauphin), Victor Auguste Ernest de Hohenzollem, commandant des "Hussards de la Mort".


A suivre: décembre 1914.(NDLR)


Voir aussi sur le même sujet : Album photos et CPA  guerre 1914-1918

                                            

                                             Article : la vie de Marcellin 1914







Sources : Almanach de Brioude 1923.
                 © Regards et Vie d'Auvergne.
                  http://www.regardsetviedauvergne.fr/
                   Le blog de ceux qui aiment l'Auvergne et de ceux qui ne la connaissent pas.


mercredi 5 novembre 2014

La morale du jour : le plaideur et la corde.

Justice

Le Plaideur et la Corde.



Par un vieux paysan dont l'âme intéressée
Ne respirait que chicane et procès, 
Pour une corde, à son dire usurpée,
Contre un sien voisin, du Palais
La cohorte fut appelée.
Huissiers, greffiers, avocats, procureurs,
Président, juges, assesseurs.
Marchaient trop lentement au gré de sa colère.
A l'acharné plaideur on sent qu'il en coûta
Maints beaux écus; son adversaire
De son côté vivement résista,
Et par mille incidents il embrouilla l'affaire.
Notre homme à la fin l'emporta,
Mais sa bourse était épuisée,
Et pour se pendre il lui resta...
La corde qu'il avait gagné !



Sources : Fables, par Théodore Lorin.
              © Regards et Vie d'Auvergne.
               http://www.regardsetviedauvergne.fr/
                Le blog de ceux qui aiment l'Auvergne et de ceux qui ne la connaissent pas.

dimanche 2 novembre 2014

Clermont-Ferrand time lapse


Clermont-Ferrand en beauté.

Belle vidéo de notre capitale Auvergnate. Bien mis en valeur, le patrimoine, les paysages environnants et les lieux de vie. Un regard neuf et jeune d'une ville dynamique et attachante, bien loin des clichés sombres du passé.
Vive l'Auvergne grande et belle comme on l'aime.










Sources : You-Tube, Check That Films.
                 © Regards et Vie d'Auvergne.
                  http://www.regardsetviedauvergne.fr/
                  Le blog de ceux qui aiment l'Auvergne et de ceux qui ne la connaissent pas.

Notre sélection livres : Auvergne.

Merci de votre visite, sur la colonne de droite découvrez les Albums, archives, Top10 etc etc, il y a surement encore des choses à découvrir. Pour être informé des derniers articles publiés inscrivez-vous au flux ou mettre un "j'aime" sur la page Facebook /


Vous pouvez aussi laisser un commentaire ou partager via les réseaux sociaux. A bientôt,

Les articles et photos de ce blog sont la propriété de
© Alain Michel Regards et Vie d'Auvergne. Merci de contacter l'auteur pour une copie ou réutilisation.

http://www.regardsetviedauvergne.fr/
Le blog de ceux qui aiment l'Auvergne et de ceux qui ne la connaissent pas.