jeudi 29 mai 2014

Des lanternes des morts en Auvergne.



Lanterne des morts de Culhat, Puy-de-Dôme.
Lanterne des morts de Culhat, Puy-de-Dôme,
Dans son écrin de verdure (45.867639, 3.335014)

Les Lanternes des Morts:


  On n'en trouve à peine plus de cent-cinquante en France, construites plus particulièrement dans l'ouest : les Charentes: saint Pierre d'Oléron, Pranzac,   Cellefroin, Fenioux et le centre du pays, Ciron, la Berthenoux dans l'Indre ainsi que de nombreuses dans le  Limousin  en Creuse: saint Goussaud, Croze, dans la Vienne : Moussac, Château Larcher et Haute-Vienne : Rancon, Coussac-Bonneval.

Lanterne des morts de Culhat, Puy-de-Dôme.
Culhat, Puy-de-Dôme, détail.
  Les aménagements modernes des cimetières et des places de nos villages ont été fatals à un très grand nombre d'entre elles. Certaines plus chanceuses ont été tout simplement déplacées pour des raisons de commodité ou d'esthétisme. Devenant rares, elles sont heureusement le plus  souvent inscrites au titre ou même pour les plus remarquables classées aux Monuments Historiques, bénéficiant ainsi de travaux et d'entretien garantissant leur protection et leur sauvegarde.
Notre patrimoine Auvergnat en possède encore quelques-unes.  Dans le département du  Puy-de-Dôme à Culhat près de Lezoux, une autre à Cébazat et à Montaigut en Combrailles et Valbeleix, une à Mauriac dans le Cantal et dans l'Allier on en trouve deux à Gannat et Estivareilles.

L'Histoire:

   Leurs rôles exact n'est pas vraiment connu malgré de nombreuses recherches.
  Lampions, tournièles, Lampiers   ou encore fanaux de cimetière ces mystérieuses petites constructions  de pierre ont depuis longtemps fait naître des interrogations quant-a leur signification exacte et leur utilisation dans les temps jadis.
Au moyen âge, l'usage voulait que soit entretenue une lumière constamment allumée  du moment du  décès jusqu’à  à l'enterrement. Tout comme cette lumière sacrée toujours présente dans le chœur des églises.

Leur construction:

Lanterne des morts de Cébazat, Puy-de-Dôme.
Cébazat, lanterne transformé en cheminée,
ou cheminée en lanterne...
   Tours de pierre creuses composées d'une ou plusieurs colonnes, ou simples lanternes qui étaient parfois creusées dans les fûts des croix ou même directement nichées dans les murs des églises, sur un petit pilier comme  celle de Mauriac dans le  Cantal.  Le plus souvent elles étaient placées au milieu de vastes cimetières longés par des routes de grande communication. Leur hauteur variait de plus de vingt mètres pour les plus grandes à deux ou trois mètres pour les plus modestes. Construites généralement en pierre de la région, granite, arkose, calcaire, vers le XI ou XII ème siècle ces petites tours pouvaient être rondes, carrées ou même octogonales, elles étaient  surmontées d'un lanternon percé de quatre à huit trous, parfois une petite porte près de la base permettait  d'y introduire la lampe à huile et il y avait un  système de corde et poulie pour la hisser au sommet. Certaines plus grandes possédaient un petit escalier interne et d'autres une pierre plate, une table, comme un petit autel. Toutes reposent sur un perron ou un soubassement, leurs toits sont coniques ou pyramidaux surmontés d'une croix de pierre ou de fer forgé.

Rites et coutumes:

- Cette flamme était le symbole de la lumière, de la vie, et de l'âme des défunts. C'était l’emblème de la lumière éternelle qu'on souhaite aux morts dans l'office funéraire. Elle rappelait aux chrétiens vivants que si leur dépouille charnelle est périssable, leur âme est éternelle. Ils pouvaient ainsi venir se recueillir la nuit en priant pour les âmes des disparus.

- Des rites religieux très anciens des celtes voulaient que la lumière signe de vie émise par ces lanternes rassurait les vivants et chassait la mort pour qu'elle ne vienne rôder près de ses futures victimes.

- D'origine très ancienne ces lanternes des morts auraient servi à éclairer les scènes de danses mystiques et sacrées qui se déroulaient parfois selon des coutumes païennes remontant aux celtes. Ces danses ou les hommes et les femmes se livraient à des gestes de débauche et à toutes sortes d'abus, furent interdites plus tard.

- On a aussi évoqué leur présence pour protéger et préserver les villageois de la peur des revenants et des mauvais esprits ténébreux. "La lumière, l'encens et l'eau bénite servaient à repousser la puissance des diables."

- Pour certains, ces lanternes servaient aussi de repères la nuit car, souvent installées à des carrefours, notamment sur les chemins fréquentés par les pèlerins de Compostelle, ou les fidèles allant aux offices de nuit, assez hautes elles étaient visibles de loin.

- Une autre utilisation possible, lors des grandes maladies épidémiques et contagieuses  elles auraient permis de conserver un feu permanent et entretenu, à la disposition des habitants de la paroisse contraints de venir chercher là leur propre feu et lumière,  pour alimenter leurs foyers domestiques, discrètement pour se tenir  à l'abri des contagieux.




Description par Pierre le Vénérable:


Pierre de Monboissier, dit Pierre le vénérable, Auvergnat et  9 ème abbé de Cluny en 1122, fait une courte description:  des lanternes des morts:

    "Ce qui occupe le milieu du cimetière, c'est une construction en pierre. elle comporte en son sommet une cavité pouvant contenir une lampe qui, en l'honneur des fidèles qui reposent là, éclaire toutes les nuits ce lieu sacré.
Il y a aussi des degrés par lequel on monte sur un espace suffisant pour que deux ou trois hommes se tiennent debout ou assis..."



  Aujourd'hui, ironie de l'histoire et du temps, ces lanternes qui devaient apporter la lumière gardent encore hélas,  dans la pénombre le secret de leur utilisation. Elles sont les dernières à se dresser encore parfois au milieu d'anciens cimetières, de terrains aujourd'hui désaffectés et dépourvus de tombes ou ré-installées près d'une église, pourtant elles attirent toujours de loin le regard du promeneur et suscitent son interrogation.






Sources: Photos et texte: © Alain Michel Regards et Vie d'Auvergne.
                                       http://www.regardsetviedauvergne.fr/
                                        Le blog de ceux qui aiment l'Auvergne et de ceux qui ne la connaissent pas.









dimanche 25 mai 2014

Fêtes des Mamans.

Le bouquet charmant.


fête des Mères


Je suis le bouquet de Maman,
Le bouquet charmant !

Mes lèvres si fraîches, si roses
Ce sont de Mai, les belles roses.

Mes jolis yeux, ses bleuets bleus
Mon teint, le lys qu'elle préfère
A toutes les fleurs de la terre.

Et mes petits bras blancs et ronds
Entourant le col de ma mère,
La liane de liseron
Qui d'Amour, l'enchaîne et l'enserre

Je suis le bouquet de Maman,
Bouquet charmant !




Sources : Poème, Augusta Coupey.
                 © Alain Michel Regards et Vie d'Auvergne.
                 http://www.regardsetviedauvergne.fr/
                Le blog de ceux qui aiment l'Auvergne et de ceux qui ne la connaissent pas.

jeudi 22 mai 2014

Le Grand-Paon, le plus gros papillon d'Europe.

Le Grand-Paon, Saturnia Pyri .

Papillon : Le Grand-Paon, Saturnia Pyri :

  Alors que j'arrosais  mon jardin hier,  je suis surpris d'apercevoir entre les feuilles de muguet comme un œil qui semblait me surveiller. Je crus d'abord voir la tête d'un "petit chat ! " mais en m'approchant un peu plus je découvre un autre œil, normal me direz-vous, et enfin deux autres... quatre là ça devient curieux non ? Posant le tuyau d'arrosage je m'accroupis pour mieux voir.


 Semblant mort, un énorme papillon gris me fait face, ses  quatre rétines bien visibles sur les ailes ou l'on voit même une sorte de pupille brillante sont d'un bel effet dissuasif.
 Mais quel est donc ce bizarre visiteur d'un soir, énorme lorsqu'il étend ses ailes.

Le Grand-Paon, Saturnia Pyri :

Papillon : Le Grand-Paon, Saturnia Pyri :
Le Grand-Paon et ses 14 cm.

   Ce grand papillon de nuit est de la famille des lépidoptères. Il est surtout présent d'avril à juin dans nos campagnes françaises et comme beaucoup d'autres à une vie très courte et essentiellement consacrée à la reproduction (quelle chance).  Mais la nature ne lui a pas fourni d'organes pour manger et boire (oh !) Une semaine maximum de vie pour ce pauvre insecte (finalement pas si chanceux que ça !).
  Celui qui est là sous mes yeux, n'est pas complètement mort contrairement à ma première impression, en tentant de délicatement déployer ses ailes, il s'est remis sur ses pattes, grâce à une ultime dépense d'énergie sans doute.
   La femelle utilise la technique des odeurs, les phéromones sexuelles d'une manière très efficace, une seule femelle peut attirer des dizaines de mâles jusqu'à un rayon de dix kilomètres. Il est issu d'une chenille très grosse d'un beau vert et bleu-turquoise qui se transforme au printemps et qui malheureusement adore les feuilles de fruitiers .
Cet insecte vole dès la tombée de la nuit, on imagine l'effet produit par ce très gros papillon qui ressemble presque à un oiseau.

Extrait de : l'Amour et la Vie:


  " le grand paon, ou bombyx du chêne, ne mange pas et nous le verrons cependant franchir des lieues de pays à la recherche de sa femelle. Il n'a qu'une trompe rudimentaire et un semblant d'appareil digestif. Ainsi une existence de deux ou trois jours s'écoule sans avoir donné naissance à aucun acte égoïste.
La lutte pour la vie, fameux principe, est ici la lutte pour donner la vie, la lutte pour mourir, car s'ils peuvent vivre trois jours en quêtant les femelles, ils périssent dès que la fécondation est accomplie..."



Sources : photos © Alain Michel Regards et Vie d'Auvergne.
             Le blog de ceux qui aiment l'Auvergne et de ceux qui ne la connaissent pas.










dimanche 18 mai 2014

Plantation des tomates au jardin.





Plant de tomates

Plantons nos tomates.


   Nous arrivons à la mi-mai et les fameux saints de glace sont passés, il est donc temps de mettre en pleine terre les plants issus de nos semis de printemps.
Certains sont déjà porteurs de fleurs et ne demandent qu'à être installés dans un espace plus grand et plus nourrissant, où ils pourront se développer et nous régaler de leurs fruits si attendus.

La plantation:

Choisissez un endroit ensoleillé, sur un carré de terre n'ayant pas supporté une culture de tomates ou de la famille des "solanacées" depuis au moins 3 ans afin de ne pas retrouver dans ce sol les traces de maladies.

Plant de tomates  Creusez un trou assez large et profond de 20 à 25 cm  pour bien ameublir la terre et permettre aux jeunes racines de se multiplier facilement et se développer le mieux possible, ameublissez le fond avec 2 ou 3 rotations de griffes. Plantez un tuteur de 1,20 m à 1,50 m, ajoutez au fond une bonne quantité de terreau riche et "bio" ou de votre compost maison, "couchez-y" délicatement le jeune plant, la tige bien enterrée et presque horizontalement.Supprimez les quelques premières feuilles enterrées  qui pourriraient et favoriseraient les maladies. La tige ainsi enterrée le plus long possible va émettre de nombreuses racines favorisant sa nourriture et son hydratation. La partie hors de terre sera délicatement attachée au tuteur par un simple fil électrique ou une ficelle, si les premières feuilles touchent le sol, il faut les supprimer, car avec les arrosages elles transmettraient les maladies présentes dans la terre, ceci est valable tout le long de sa production.
Aménagez une cuvette pour retenir l'eau autour de chaque pied et arrosez copieusement jusqu’à  ce que la terre se transforme en une boue colorée propice aux jeunes racines. Un paillage de tonte de gazon, paille ou autre sera très bénéfique à la plante et très utile pour vous en empêchant la pousse des "mauvaises" herbes et en maintenant un peu d'humidité.
Si vous avez plusieurs rangs, écartez-les de 80 cm pour être à l'aise et sur le rang laissez 70 cm environ entre chaque plant, la tomate déteste être trop serrée, elle a besoin de soleil et vous éviterez aussi la propagation des maladies si les feuilles se touchent.

Plant de tomates en rang


Pour finir ne prenez pas trop de risques, posez une tuile côté nord pendant 1 ou 2 semaines, on ne sait jamais, s'il ne gèle pas... ça abrite toujours un peu le jeune plant du vent.







Attention aux maladies:

Pendant toute sa culture la tomate ne supporte pas l'eau sur les feuilles et le temps trop humide, elle peut vite attraper des maladies comme le mildiou, l'alternariose et la pourriture. Un traitement préventif à base de bouillie Bordelaise ou décoction de prêles est indispensable. Il faut surveiller aussi les feuilles malades et les brûler.

Voilà un plant bien installé, qui pour l'instant a perdu un peu de sa beauté mais prêt à repartir pour mieux nous régaler.

Trucs et astuces :


- Pour certain il faut enfouir des orties riches en azote au fond du trou de plantation.

-Il suffit pour d'autres de les arroser au purin d'orties.

-Certains disent même enfouir au pied des déchets de poissons !

-Planter des œillets d'Inde, Lavande et Basilic en association pour faire fuir les insectes, on est au moins sûr  d'avoir de belles fleurs !

-Pour les anciens connaisseurs, ils arrosent beaucoup en début de végétation, puis réduisent à presque rien pendant le mûrissement des tomates pour concentrer le sucre et les saveurs et limiter les maladies.

-Percer la tige du plant d'un fil de cuivre qui pour agir doit être assez long et être en contact avec le sol humide pour "sulfater" et diffuser dans toute la plante.

-Voir aussi l'article : semis des tomates.

-Vous avez vous aussi des trucs et astuces ? Laissez un commentaire ci-dessous !


Sources: Texte et photos: © Alain Michel Regards et Vie d'Auvergne.
Le blog de ceux qui aiment l'Auvergne et de ceux qui ne la connaissent pas.
http://www.regardsetviedauvergne.fr/








jeudi 15 mai 2014

Ma voisine.

femme à la fenêtre, fleurs

Ma chère voisine.

La fenêtre sourit dans son cadre coquet
De bleus volubilis et de cobéas roses,
Où les petits oiseaux, mieux que les virtuoses,
Chantent matin et soir, comme dans un bosquet.

Mon esprit fend l’espace et, poussant le loquet
De la porte, je vois les paupières mi-closes.
Ô blonde enfant ! La nuit te berce. Tu reposes
Entre les draps jaloux, fraîche comme un bouquet.

Heureuse, tu t’endors dès que le travail cesse,
Tu loges près du ciel, et, comme une princesse,
Tu t’es fait un jardin suspendu sur les toits.

Mais à l’aube du jour ma voisine s’éveille.
Elle ouvre ses rideaux…
Ô terreur ! J’aperçois…


Le front chauve et ridé d’une petite vieille !





Sources: Poème de Gabriel Marc, la mansarde.
                © Alain Michel Regards et Vie d'Auvergne.
Le blog de ceux qui aiment l'Auvergne et de ceux qui ne la connaissent pas.



jeudi 8 mai 2014

Pharrell Williams - HAPPY (We are from CLERMONT-FERRAND) nouvelle version.

On est happy à Clermont-Ferrand.






  Pour ceux qui en douteraient encore, on est heureux en Auvergne !  Voici la dernière édition du fameux "Happy" à Clermont-Ferrand évidemment.
 Plusieurs personnalités du monde des médias, des sportifs ou du spectacle y ont participé dans les lieux les plus emblématiques de la capitale Auvergnate: la place de Jaude, les facs, le  jardin Lecoq, les stades Gabriel Monpied et Marcel Michelin, parc de Montjuzet...  

  A vous de les découvrir. 




Sources: Youtube,
              © Alain Michel Regards et Vie d'Auvergne.
                Le blog de ceux qui aiment l'Auvergne et de ceux qui ne la connaissent pas.

samedi 3 mai 2014

Recettes Auvergnates: le jambon cuit au foin en croûte de pain.


Jambon Auvergnat et son foin en croûte de pain.



Jambon cuit au foin et croûte de pain.
Jambon cuit au foin en croûte de pain.


  En Auvergne on connaît bien le jambon cuit avec une grosse poignée de bon foin baignant doucement dans une grande marmite, mais il y a une autre façon de faire moins connue et tout aussi délicieuse.

Notre sélection lecture que vous pourriez aimer:

Bonjour, merci de votre visite, sur la colonne de droite découvrez les Albums, articles, archives, Top10 etc etc, il y a surement encore des choses à découvrir. Pour être informé des derniers articles publiés inscrivez-vous au flux ou mettre un "j'aime" sur la page Facebook /


Vous pouvez aussi laisser un commentaire ou partager via les réseaux sociaux. A bientôt,

Les articles et photos de ce blog sont la propriété de
© Alain Michel Regards et Vie d'Auvergne. merci de contacter l'auteur pour une copie ou réutilisation.

http://www.regardsetviedauvergne.fr/
Le blog de ceux qui aiment l'Auvergne et de ceux qui ne la connaissent pas.