lundi 1 avril 2013

Pâques en Auvergne.

Pâques en Auvergne.

Paques en Auvergne.


Les « Réveillez ! » :

Pendant les huit jours qui précédaient la semaine Sainte, des groupes de quatre ou cinq individus parcouraient les villages pendant la nuit et jusqu’au jour, pour vous faire souvenir en chantant faux qu’il fallait songer à la mort, faire pénitence de ses péchés, et…offrir des œufs aux avertisseurs ; c’était une cacophonie navrante, une sorte de mélopée lugubre où il était parlé de tous les maux possibles, des tourments de l’enfer, des damnations éternelles, faute de pénitence et de dons pieux, et où il n’était pas du tout question de danser en rond, l’air était insaisissable, les vers pieds-bots et les rimes extravagantes.
Paques en Auvergne.
 
  Quand cette complainte était débitée et que l’émotion et la frayeur des habitants étaient jugées à point, les chanteurs ( ?) frappaient à coups redoublés aux portes des maisons et tendaient la main ; on leur donnait alors des œufs dont le nombre variait suivant la dévotion de chacun et la beauté du poème.
Ceci rapportait beaucoup, paraît-il, et les étranges troubadours faisaient entr’eux une bombance en riant des âmes tendres et crédules !

Le Buis :

On plante dans les champs, des branches, des rameaux de buis, le jour du dimanche des Rameaux.

Le Vendredi-Saint :

Travailler la terre le Vendredi-Saint, c’est ouvrir sa fosse soi-même.

Le pain des enfants nés le Vendredi-Saint, guérit la fièvre.
Paques en Auvergne.

Les cloches vont à Rome, à partir du Jeudi-Saint, et ne reviennent que le Samedi-Saint après l’office. Pour les voir passer, il faut aller au sommet du Puy-de-Dôme, ou bien regarder au fond de l’eau d’une rivière (Courpière).


A Vassel, on ramasse tous les œufs du Vendredi-Saint, on en fait une omelette que l’on mange le Lundi de Pâques.

Les œufs pondus le Vendredi-Saint et mangés à Pâques, préservent des fièvres.

Le Lundi de Pâques.

On va dans la soirée, sur un rocher qui est à deux kilomètres de Gannat. Sur ce rocher est une cavité, une empreinte que l’on appelle le pas de Sainte-Procule. Cette Sainte est la patronne de la ville. Elle fut, dit-on, décapitée sur ce rocher, et c’est alors que son pied s’imprima dans la pierre.
C’est là qu’a lieu la fête…On y boit, on y danse et on y mange surtout de la brioche. On n’y mange pas d’œufs de Pâques.

Le Lundi de Pâques, à Ambert, on va manger de l’omelette dans les prés, sur l’herbe ; Comme à Beaumont, on mange la pâtisserie qu’on appelle le « Fougeassou » (les fouaces des anciens) ; elle est en forme de : X, aussi l’appelle-t-on : « un Cornard », (à comparer avec les rayons de la roue solaire, l’ancien symbole du culte du feu).
 Ce gâteau n’est autre chose que de la brioche. L’étymologie de « Fugeassou », vient de « Fugea » ou « Figeo », signifiant feu de joie !
Paques en Auvergne.

A Gerzat, à la fête de Notre-Dame du Vignal, les œufs de Pâques teints de diverses couleurs, sont mangés après vêpres par les enfants. Les enfants viennent à l’église, on donne des œufs au prêtre bénisseur. Chaque enfant porte un petit panier plein d’œufs, offrande au curé.

Paques en Auvergne.
A Chadrat (commune de Saint-Saturnin) le lundi de Pâques le prêtre bénit les enfants, après vêpres, séparément, et chaque enfant lui remet un ou plusieurs œufs.

Notre-Dame du Port de Clermont-Ferrand, au commencement du Carême, on enlevait les tapisseries qui ornaient le chœur, où elles étaient tendues de nouveau le jour de Pâques. Pendant les derniers jours de la semaine Sainte, un  « Monument », c’était le nom courant alors, était dressé dans la chapelle de Saint-Sébastien, et il y avait au Trésor quatre cors, dont un d’ivoire pour «  sonner Ténèbres ».

Si un homme manquait la sainte messe trois fois dans l’an, il avait défense de gagner ses Pâques. Et tout le monde d’alors aurait préféré perdre sa récolte que de manquer les Pâques.

Pour trouver des nids d’oiseaux, les enfants doivent jeûner le Vendredi-Saint jusqu’à midi, puis se rendre à l’église et dire des prières au Paradis (reposoir).

Paques en Auvergne.

A l’assemblée du lundi de Pâques, qui se tient sur la route de Paris, il se fait une énorme consommation d’œufs rouges, et les ouvriers y font le jeu suivant :
Deux personnes tiennent chacune un œuf et les frappent l’un sur l’autre; celui dont la coquille se brise a perdu et c’est lui qui les paie.

Proverbes:

Planter des haricots le Jeudi-Saint, ils ont grande chance de pousser.

Pluie du Vendredi-Saint brûle la terre.

Ne pas faire de lessive pendant la semaine Sainte, ce serait laver son suaire.

Jeûner ce jour-là pour n’avoir pas mal aux dents le reste de l’année.


Paques en Auvergne.


Sources: Auvergne Littéraire et Google Recherche.
               © Alain-Michel, Regards et Vie d'Auvergne.
              Le blog de ceux qui aiment l'Auvergne, et de ceux qui ne la connaissent pas.
 
Merci de votre visite, sur la colonne de droite découvrez les Albums, archives, Top10 etc etc, il y a surement encore des choses à découvrir. Pour être informé des derniers articles publiés inscrivez-vous au flux ou mettre un "j'aime" sur la page Facebook /


Vous pouvez aussi laisser un commentaire ou partager via les réseaux sociaux. A bientôt,

Les articles et photos de ce blog sont la propriété de
© Alain Michel Regards et Vie d'Auvergne. Merci de contacter l'auteur pour une copie ou réutilisation.

http://www.regardsetviedauvergne.fr/
Le blog de ceux qui aiment l'Auvergne et de ceux qui ne la connaissent pas.