mardi 26 mars 2013

Description de la région d'Auvergne en 1611.

L'Auvergne en 1611.


carte de l'Auvergne, vers 1660

Le texte ci-dessous est tiré d'un livre de 1611 intitulé:


" Antiquitez, fondations, et singularitez des plus Célèbres Villes, Châteaux, Places remarquables, Eglises, forts, Forteresses du Royaume de France: avec les choses les plus mémorables advenues en iceluy."

L'écriture, en vieux François... et parfois un peu difficile et délicate à interpréter mais cette page permet d'avoir  une image de notre belle région d'Auvergne à l'époque. 

    " L’Auvergne, était jadis région séparée en faisant un peuple particulier à lui, depuis que les Romains « l’envahir ». Elle est mise au dénombrement de l’Aquitaine, à cause qu’elle est entre Loire et la Garonne.
Ce pays est divisé en haut et bas. Celui qui est en la campagne s’appelle Limaigne, et l’autre le haute Auvergne.
Le pays d’Auvergne est limité au levant du pays de Forez et Lyonnais, et est posé vers le Midi entre Velay et Gévaudan, au septentrion il est enclavé entre le Bourbonnais et la Marche Limousine : comme encore le haut Limousin sert de limite à l’occident.

    Les Auvergnats sont vrais Gaulois d’origine, sans rien dissimuler, et à présent composés du sang, Goth et Romain.


    L’an cinquième du règne de Childebert, la région des Auvergnats fut affligée, et tourmentée de grands et étranges déluges : de sorte que par l’espace de douze jours, il ne cessa de pleuvoir abondamment : et le fleuve de Lyman déborda tellement qu’il empêcha plusieurs d’ensemencer leur terre.
Ce pays est ainsi appelé, selon l’avis de quelques-uns uns, du limon et terre grasse, ou comme soutiennent les autres, du mot : Alimonia, qui signifie nourriture, à cause de sa fertilité, ou finalement est dit : Limagne, à cause du fleuve:Liman qui se rend dans celui d’Allier.


De la ville de Clermont.


    Clermont est la capitale d’Auvergne fort renommée, belle et de grande antiquité, et s’appelait anciennement : Gergovie, et était de beaucoup plus grande étendue qu’elle n’est à présent : comme l’on voit par les ruines et vestiges des antiques bâtiments, qui encore apparaissent demie-lieue à l’entour, comme : médailles de toutes espèces de métaux, colonnes, chapiteaux, corniches, et bases de colonnes anciennes.

    Or cette ville est située au bout du plat pays sur le haut d’un coteau, d’où sortent plusieurs ruisseaux. Non loin de celle-ci, à savoir auprès de la citée, qui est séparée de la ville, on a trouvé plusieurs antiques tombeaux entre lesquels il y en avait un, sur lequel étaient ces mots : 
« IVLIA  PAVLINA  TITILA-BIENI  VXOR ».

    Au lieu où sont ces vieilles ruines, où était proprement la citée de Gergovie, l’on voit encore des voûtes souterraines, par lesquelles on pouvait aller plus d’une lieue sous terre, mais avec clarté. On n’y peut aller à présent à cause que l’eau y dégoûte du haut du roc. En ce lieu on tient qu’était campé : César, mais quelques-uns uns font d’opinion qu’il était fait auparavant.

    L’église Cathédrale de Clermont est dédiée à l’honneur de la Vierge Marie, et fut premièrement bâtie par S.Martial.
    Le premier évêque de Clermont fut S.Austremoine, qui fut disciple de notre Seigneur. Le quatorzième évêque de ce lieu fut Sidonie Apolinaire, très docte personnage, du temps des Goths. Au devant de la maison Episcopale de Clermont, on voit une des plus belles fontaines de Gaule, laquelle est conduite d’un lieu nommé Royat, qui est comme une source, des ruisseaux et fontaines arrosant la ville, et le pays voisin.

    Il y a des Couvents de Jacobins, Cordeliers et Carmes. Il y a en outre une église nommée Notre Dame du Port, premièrement fondée par S. Avit, détruite par les Normands et rebâtie par : Sigon Evêque d’Auvergne.
Au-dessous de cette église il y en a une souterraine, aussi grande et spacieuse que celle d’en haut. Il y a plusieurs autres belles églises, et un somptueux Hospital fondé par Guillaume du Prat Evêque de Clermont. En outre est une belle Abbaye de S. Allire qui était cinquième évêque d’Auvergne. Ces monastères, jadis, étaient enclos dans la ville, mais les guerres ayant tout ruiné de temps en temps, la ville a été et réduite en plus petit circuit ; et sont à présent ces églises et Monastères hors de l’enclos.


    En l’Abbaye de Saint-Allire est le tombeau de deux amants, dont Grégoire de Tours fait mention au livre de la gloire des confesseurs. Au-dedans de cette Abbaye passe un fleuve jadis nommé : Scatéon, maintenant : Tiretaine, sur lequel est un merveilleux pont de pierre naturelle, fait de l’eau d’une fontaine, qui s’endurcie en pierre, non sans étonnement des grands et admirables effets de nature, laquelle fontaine est loin de la susdite rivière de 300 pas. Le susdit pont a trente brasses de longueur et six d’épaisseur, et huit de large. Cette fontaine est dite : salée, et est alumineuse, et dépend de l’Abbaye, qui est fort magnifique, ayant de belles tours et défenses, comme un château, et y sont plusieurs colonnes, sépultures, et autels de marbre et de « iaspe » de diverses couleurs à la mosaïque. En celle-ci est la chapelle de S. Venerand, où les corps de plusieurs martyrs et Saints personnages.


    Aux faubourgs de Clermont sont encore le Prieuré de St. Bonnet, et hors la porte : St. Pierre, un monastère de religieuses, et un vieil édifice, nommé la tour des Sarrasins.
En un autre bourg est l’Abbaye de St. André jadis Prieuré, où est un tombeau clos et couvert de cuir rouge, qui est plein d’os d’une démesurée grandeur, et tient-on que ce sont les os des premiers fondateurs de ce Prieuré.


    Non loin de cette place est le village de Chamaillères (Chamalières), jadis faux-bourg de l’ancienne cité d’Auvergne, où il y a une église fort ancienne dédiée à Notre-dame et fondée par S.Tècle. En outre est le Prieuré S.Marc, en un vallon, où il y a deux bains, l’un d’eau calcineuse , l’autre de sulfurée, et au-dessous une fontaine, ayant goût de vin, mais fort mauvaise à boire. A chamaillères est encore un vieux château, que l’on dit avoir été à Gannelon.


  A Clermont se fait du meilleur papier de France tant à écrire qu’à imprimer.


    Deux conciles ont été tenus à Clermont, l’un provincial en l’an de notre Seigneur 540, où assistèrent quinze Evêques de Gaule, l’autre général, l’an de grâce : mil nonante cinq, par autorité du pape Urbain 5, natif du Limousin. Les états furent tenus en cette ville sous Charles Cinquième l’an trois cent septante quatre.


    Près Clermont, est une petite montagne (Crouel) où le bitume coule comme d’une fontaine, noir au possible et gluant.


De la ville de Riom et Autres.


    Riom deuxième ville de Limagne, est riche et opulente, dite en latin : Reoticum, située en la fertilité du pays, en laquelle il y a Cour de Présidiaux établie par Henry 2 du nom, et est la sénéchaussée du bas Auvergne. Du Présidial de Riom dépendent les sièges de Montferrand, une des belles villes d’Auvergne :où il y a : Cour des généraux pour les finances, après sont encore:Combraille Montaigu, Aigue-Perse et Mompensier appartenant a la maison de Bourbon.


    Les autres villes de Limaigne sont : Bilhon, et Issoire, Brioude, Anzeon, Langheac, S.Germain, S.Lambron, Aigue-perse, Eubreusle, S.Poursain et Cusset, qui sont avec les susnommées treize villes en nombre, sans d’autres villes et gros bourg, villages ; et châteaux, appartenants à plusieurs grands Seigneurs, comme : Montaigu, Mommorin, Monguacon, Entraigues, Chazeron, Randan, Ravel, Fontauilles, et autres.


    La source du fleuve Allier est quatre lieues au-dessous de Brioude, et passe près d’Uson où l’on trouve une belle mine d’or et d’azur.

    La haute Auvergne a pour ville capitale S.Flour, qui est un Bailliage et siège présidial, située sur un haut lieu élevé, est entaillé tout à plomb. C’était jadis un Prieuré fondé par les Sieurs de Bréfons l’an mille trois cent deux S.Flour fut érigé évêché par le pape Boniface 8. L’autre ville principale de la haute Auvergne est : Orilhac, qui est un siège ancien du bailliage, y a Cour de Présidiaux, d’ou dépendent les sièges d’Orilhac, S.Flour, Carlat et Murat, avec les villages de Salers, Mauriac, S.Martin de Marmarons, et autres qui n’ont autre trafic que du bétail qu’ils nourrissent. Les montagnes de Cantal, en Auvergne, sont perpétuellement chargées de neiges à cause de leur hauteur.

    Pont-Gibaut, est une petite ville à quatre lieues de Clermont, ayant près d’elle un village nommé : Rore, là est une mine d’argent abondante.


    Dôme, est une montagne fort plaisante, à une lieue de Clermont et des plus hautes de la France, fertile en pâturage, et simples, autant exquis que médecin pourrait souhaiter, au sommet de laquelle on voit encore plusieurs ruines et fondements, qui font paraître qu’il y eut jadis quelques somptueux bâtiments, il y a aussi les montagnes de Frumental, la Védrine et le Girene.

    Près du mont Cosme, lequel est aussi fort estimé, est un lieu nommé : la Cherre, où est une fontaine, qui est glacée durant les grandes chaleurs de l’été, et lorsque l’hiver est plus violent, elle dégèle, et est chaude, sortant de celle-ci des fumées et exhalations, comme une fournaise.


    Le Mont d’or, abonde en fontaines, de l’eau desquelles sort la rivière de :Dordonne. Il y a des bains fort salutaires en cette montagne.
Près ce mont, est la ville de : Besse, à demie lieu de laquelle on voit un lac de grande étendue, et presque au sommet d’une montagne, duquel on a peu trouver le fonds, et est fort admirable à voir, et encore plus effroyable, car si l’on n’y jette quelque pierre dedans, on se peut tenir bien-tôt assuré, d’avoir du tonnerre, des éclairs, pluies et grêles.


    Non loin de là est un creux ou abîme nommé : Soucis, rond à son ouverture, sans fonds qu’on ait peu trouver, presque pareil au précédent.


    En ce pays est la Chapelle de Voisinères, ou se font de grands miracles.


    Il y a aussi en ce pays une fontaine dite:Vichy, l’eau de laquelle est naturellement chaude ayant sans cesse de gros et assidus bouillons d’où vient qu’auprès y a des bains souverains en Avril, May et en Septembre.


    A Chaudes Aigues qui est à dix lieues de S.Flour, il y a de pareils bains et fontaines.


    A Roche-Dagou, qui est aussi à dix lieues de Clermont en un village ainsi appelé, se trouve des pierres pareilles aux diamants et forts admirables.


    Au bas des montagnes qui tirent vers la Limaigne, est un étang nommé: Montoeil Degelat, du nom d’un village ou il est, ayant des sablons, et arenes luisant comme or limé, duquel les financiers se servent sur leur écriture, l’eau duquel étang est très claire.

    Le Pays d’Auvergne illustré des Abbayes qui suivent : La Chaize Dieu, Saint Allire, Saint André, Mont-Peiroux, le Boucher, Mauriac, Champoing, Saint Gilbert, Ebruelle, Tiers, Yssoire, Menat, Maulieu, Feniers, et Bellaigne.


    Les religions des Dames sont : Cusset, Beaumont, Lavoine, Mégemont, Lésclache, Corpiére.
    Les Prieurez plus fameux sont : Saucillanges, Saint Poursain, les Célestins, Augeroles, Montferrand, Sauvigni, de Ris, Cullat, la Chartrouse, et Morissac."


  Sources: Description des villes de France, 1611, Gallica
             © Alain-Michel, Regards et Vie d'Auvergne.
      Le blog de ceux qui aiment l'Auvergne, et de ceux qui ne la connaissent pas.

 


Notre sélection livres d'Auvergne :

Merci de votre visite, sur la colonne de droite découvrez les Albums, archives, Top10 etc etc, il y a surement encore des choses à découvrir. Pour être informé des derniers articles publiés inscrivez-vous au flux ou mettre un "j'aime" sur la page Facebook /


Vous pouvez aussi laisser un commentaire ou partager via les réseaux sociaux. A bientôt,

Les articles et photos de ce blog sont la propriété de
© Alain Michel Regards et Vie d'Auvergne. Merci de contacter l'auteur pour une copie ou réutilisation.

http://www.regardsetviedauvergne.fr/
Le blog de ceux qui aiment l'Auvergne et de ceux qui ne la connaissent pas.