vendredi 8 mars 2013

De Chazerat et la farce des jeunes de Seychalles (puy de dôme).

Lo Barnaton de Chazerat o la farça de los Seichalaires

(conté par Etienne Coudert)

CPA Seychalles
 
    C'est la farce que les gens de Seychalles ont fait au surintendant d'Auvergne, M. de Chazerat. Il habitait dans un petit château de Versailles, à Ligonne.
    Elle se situe avant la révolution française, il y avait peut-être alors à l'époque des velléités de révolte.
   C'est une forme plus moderne de contes, proche de la légende car se basant sur des faits historiques.
   Cette histoire a été racontée par les vieux de Lezoux, Seychalles et Orléat. Claudius Coudert (père d'Etienne), la savait, et M. Beauger, hongreur de Seychalles, la conta en Oc. Justin Geneix, d'Orléat, argumentait énormément avec des choses de transmission orale sur la période révolutionnaire, qui lui fût contée par le vieux Nanne Fin Bonnaire - une vraie mine de savoir.

   Pour la suite, il y a deux versions :
   Une, simplificatrice, qui dit que de Chazerat ne voulut pas rendre les "papiers" féodaux pendants les nuits d'Août 89 et qu'il mit ses chiens derrière ceux qui étaient allés les chercher. Alors, ils brûlèrent le château et il n'en reste que les ruines... et les souches des peupliers de l'attentat manqué à Brioux.
   Le père Justin Geneix, parait-il, racontait plutôt que le De Chazerat n'était pas un mauvais homme, qu'il fût le premier maire de Lezoux, et qu'il ne s'en alla comme émigré qu'au moment de la terreur de 93, quand la "Femme d'Ambert" descendit de sa montagne pour convertir les Lezoviens et les Orléatois à sa volonté de Salut Public, quand on chassait tous les nobles et même les pauvres diables qui ne leur voulaient pas assez de mal !
   A partir de ce moment-là, le château de Ligonne servit de carrière. Beaucoup de pièces sculptées en Volvic ou de pierres de Rocard* en proviennent, dans les maisons actuelles des environs. Ainsi que les statues qui se trouvent encore au "Pont des Moulins", sur la route de Clermont, voire au cimetière d'Orléat.

Le texte en Occitan


"Le Barnaton de Chazerat o la farça de los Seichalaires"


"Treituts, en Auvernha sabon que davant la Granda Revolucion de 1789, le Vicomte de CHAZERAT èra l’Intendant d’Auvèrnha. La ruà Pascal de vès Clarmont pòrta enquèra le nom de l’Ostèl de Chazerat, le chastèlh o pustòst la Residença d’aquel que representava le Rèi, en Auvèrnha.
Quó que le monde coneisson mens, qu’es qu’aquel òme possedava, deijà dau temps de son poaire, un domane junhant vès Lezùs que le familha aviá reparat e transformat en un palais que vódia semblar le Chastèlh de Versalhas : pèças d’aiga, sostarrèns, còrps de gardas e le pus géntie chastèlh de la region. E los bòscs ! Èia entorat de bòscs, quel chastèlh, periòdas de los Rèis Loís XV e Loís XVI… : Le Chastèlh de vès Ligòna …
E un géntie jorn de la ‘Rèira Sason, un còp las vendénias chabadas e le vin tirat, los blats samenats e las tiarras preitadas par la ‘nada d’après … los jòunes de vès Seichalas passàvon de bon temps par tastar le vin nuòu dins las cavas dau vialage.
-- E si navèm foaire na farça bei De Chazerat !
-- Ce qu’aquo-es que te li vòles foaire, bei le De Chazerat ?
-- Ben ! Poirion li menar un barnaton dint-una archa, par le foaire enrabinar !
-- Un barnat … dins n’archa ?
-- Oèi ! sobre la consura* d’un char ! ! !
E pas sitòst dit, pas sitòst foait.
Veiquí donc mos Seichalaires que tialon tres parèlhs de buòus … mas deslandats ! Quo vòu dire que bóton le buòu de dreita a gaucha e quèlh de mansa*, a dreita. Sabètz-ben, chascun diù tirar de travèrs e tres parelhs de buòus deslandats ‘ma quo, quo foai un sapré varolhage !
E sobre le char, un còp dostats los charlèdes*, lai monton una archa bien bilhada. E ‘rapon un barnaton, sabètz-ben … un rèi-Barnat* e le boton dins l’archa bien sarrada.
E los veiquí en rota vès Ligòna … davant los bòscs de l’Intendant … en tirar a dreita … tirar a mansa … quo boièirava fòrt, un sabat pas possible. Arribon davant l’Alèia dau chastèlh e un vasle qu’a ausit quel brut s’amena par veire ‘ta quel grabuge.
-- Ce qu’aquo-èi donc qu’os fàsetz bei quos buòus, un parèir varolhage … un tau brut ?
-- Niatz donc cridar le Moaitre. Li ménon quauchaus de rale*. Qu’aul vènhe veire quela besunha !
E le vasle, s’en nèt viste cridar son patron De Chazerat par venir veire quela besunha faraminiosa.
De Chazerat arriba e lhor crida :
-- Ce qu’aquo-èi donc, un tau sabat … bei tres parèlhs de buòus ?
-- E-ben supiatz-mas le tapèlh de l’archa, vos veirètz una bèstia rara dins vòstres bòscs ! Vos ménem un Buòu Alat !
-- Fajatz-mas veire !
Li judon badar le tapèlh de l’archa e … Vrrt ! le Barnat passa entre los braçs de l’Intendant de s’envola dins le bòsc de Ligòna.
Alòre De Chazerat comprenguèt de suita que los jòunes Seichalaires s’en movàvon de se ! Mas o faguèt pas conèitre : faguèt ‘ma s’aquo-èia un gròs present dau monde que li païàvon las talhas ‘ta los ans.
-- E-ben quo-èi bien ! Vos m’atz portat una bèstia rara, que n’en ténia biau gaire dins mos bòscs, un « buòu alat ». Mas quo fará una gòrja de moai a niurir. Alòre, vos faudrá me judar le niurir ! Sabètz pas ? ‘ta los ans, me portarètz seis sestèirs de blat-froment de moai. Quo li fará par sa pidança !
E, ‘ma quo, quo pareís qu’an portat un novèlh impòst de moai sobre le registre de las talhas de vès Seichalas. Quo seriá estat archivat ‘ma quo jusqu’à la Revolucion … Torjù quo-es quo que raconton Vès Seichalas ! E mèma vès v-Orlhat que mon poaire l’àia ausit dire.
E après quò, los Seichalaires rujàvon lhor frein e charchàvon venjança sobre le Comte De Chazerat …
Le brut corriguèt que de malandrens le peitàvon par las Còstas de Vès Brùs par li foaire un atemptat. Par quelas còstas quo tèn de pibonas, darrèir un tèrme, sobre son chamin quand aul tornava de vès Clarmont … que lai demorariá enquèra los pègues* …
Mas los vasles aguèton vent d’aquel atemptat e farrèron los chavaus de l’envèrs par que creguèsson qu’aul èia deijà arribat chès se, le Chazerat … Torjù que l’atemptat manquèt … l’atemptat lopèt !
Après … treituts sàbon qu’aquó venguèt la Revolucion … Le Chastèlh de Ligòna fuguèt desmolit e vendut coma bien nacional … e De Chazerat emigrèt …
Las ‘statuas dau parc, nen demòra enquèra una vès le Pont daus Molins e quos dau Miral, vès v-Orlhat, n’an botat una vès le cementère d’ès v-Orlhat sobre lhora tomba. E ‘ta le monde la pòdon veire. Crèse bien que ‘la vèn dau Chastèlh de Ligòna."

*Le Rèi-Barnat ou Bernachou/Barnaton, ou Rèi-Petit, c'est un roitelet.
*La pierre de Rocard, c'est du grès de Ravel, car le lieu-dit où se situe la carrière est le Rocard.
*La consure du char, vers Lezoux, c’est la "colonne vertébrale" du char à quatre roues sur laquelle on place le "banc de *char" où on met cuveaux et "bacholles " le jour des vendanges.
*A Orléat, les Rudel du Miral ont joué un rôle considérable pendant la Révolution, ont été Maire, et député à      l'Assemblée Nationale et sont enterrés dans l’église.
*mansa = gaucha : à gauche
*charlèdes : ridelles ; lit du char qu’on enlève pour tonneaux et cuves
*rale = rare : rare, selon les localités
*pègue : souche ; pied de l’arbre une fois abattu ; racines réstantes.

Et la version en Français

"Le Barnatou de De Chazerat
Le roitelet de De Chazerat ou la farce des Jeunes de Seychalles"

Tout le monde sait, en Auvergne, qu’avant la Grande Révolution de 1789, le Vicomte De Chazerat était l’Intendant d’Auvergne. La rue Pascal, à Clermont comprend encore le nom de l’Hôtel de Chazerat, le Château ou plutôt la Résidence Officielle de ce représentant du Roi en Auvergne.

Ce que les gens savent moins c’est que cet homme possédait, déjà du temps de son père, un domaine près de Lezoux que sa famille avait réparé et transformé en un palais qui se voulait à la ressemblance du Château de Versailles : pièces d’eau, souterrains, corps de garde et le plus beau château de la région. Il était entouré de bois, ce château, dans la période : Louis XV et Louis XVI. : le Château de Ligonne ...
Et par un beau jour de l’Arrière Saison, une fois les vendanges faîtes et le vin tiré, les blés semés et les terres apprêtées pour le printemps ... les jeunes de Seychalles s’ennuyaient un peu. Ils passaient un peu de bon temps dans les caves du village à goûter le vin nouveau.
L’un d’eux suggéra :
-- Et si on allait faire une farce à De Chazerat !
-- Et qu’est-ce donc que tu veux lui faire, à de Chazerat ?
-- Ben ! on pourrait lui mener un roitelet dans un coffre, pour le faire « enrager»
-- Un roitelet ... dans une arche ?
-- Oui, sur le tablier du char* !!!
Pas sitôt dit, sitôt fait !
Voilà donc nos Seychallaires qui attellent trois paires de bœufs, mais des bœufs « délandés » ! Cela veut dire qu’on met le bœuf de droite à gauche et celui de gauche à droite. Vous vous doutez bien que chacun va tirer de travers et trois paires « délandées » de cette façon, ça fait un sacré remue-ménage !
E sur le char, une fois enlevées les ridelles et les « palières » du char, on laisse seulement le tablier pour porter un coffre bien bridé et « billé ». Alors, ils attrapent un roitelet qui devait déjà être en cage, pour le fermer dans le coffre.
Et les voici donc en route vers Ligonne …devant les bois de l’Intendant ... en tirant à droite ... en tirant à gauche ... ça bataillait fort dans un vacarme inimaginable. Ils arrivent devant l’Allée du château et un valet qui a entendu le bruit s’amène pour voir ce que signifie pareil tintamarre.
-- Qu’est-ce donc que vous faîtes avec tous ces bœufs ? Quel remue-ménage, quel bruit ?
-- Allez donc appeler votre Maître. Nous lui apportons une chose très rare. Qu’il vienne voir une telle curiosité !
Et le valet partit vite quérir son patron De Chazerat pour qu’il vienne voir une telle chose faramineuse.
De Chazerat arrive et leur crie :
-- Qu’est-ce que c’est que ce bruit ...et cet attelage qui demande trois paires de bœufs ?
-- Eh-bien, soulevez le couvercle du coffre et vous verrez une bête rare en vos bois ! Nous vous amenons un Bœuf Ailé !
-- Faîtes-moi voir ça !
Ils l’aident à ouvrir le couvercle de « l’arche » e ... Vrrt ! le Roitelet passe entre les bras de l’Intendant et s’envole dans le bois de Ligonne.
Alors, De Chazerat comprit tout de suite que les jeunes de Seychalles se moquaient de lui. Mais il ne le fit pas conaître : il fit comme s’il s’agissait d’un énorme présent de ses contribuables qui payaient tous les ans les tailles.
-- Eh-bien, c’est parfait ! Vous m’avez fait cadeau d’une bête rare dont je ne possédais que peu d’exemplaires dans mes bois, un « bœuf ailé». Mais ça fera une bouche de plus à nourrir ! Savez-vous ? Dorénavant, tous les ans, vous me porterez six setiers* de blé en supplément des impöts. Il faut lui assurer sa nourriture !
Et c’est ainsi que chaque année, par la suite, un nouvel impôt était porté sur le registre des tailles de Seychalles. Il paraît que cela a été archivé ainsi jusqu’à la Révolution ... Tout au moins, c’est ce qu’on raconte à Seychalles. Et même à Orléat où mon père a entendu parler de cette histoire.
Mais après cela, les gens de Seychalles ruminaient leur vengeance sur le Comte de Chazerat...
Le bruit courut que des malandrins l’attendaient sur les Côtes de Brioux pour attenter à sa vie. Sur ces Côtes il y avait des peupliers, derrière un tertre, sur le bord de son chemin quand il revenait de Clermont ... On y trouve encore parait-il les vieilles souches.
Mais les valets eurent vent de ces projets d’attentats et ils reçurent l’ordre de ferrer les chevaux à l’envers pour que les bandits crussent que De Chazerat était déjà rentré chez lui ... Toujours est-il que l’attentat fit long feu !
Après, chacun sait que la Révolution arriva... Le château de Ligonne fut démoli et vendu comme bien national ... et De chazerat émigra ... Les statues du Parc furent dispersées comme le reste. Il en reste encore une au Pont des Moulins et les Gens du Château du Miral, commune d’Orléat*, en ont mis une dans le cimetière d’Orléat sur leur tombe. Et tout le monde peut l’admirer. Je crois bien qu’elle vient du Château de Ligonne.


*Setier: ancienne mesure de 152 litres.





Sources: récits occitan.com/
            © Alain-Michel, Regards et Vie d'Auvergne.
Le blog de ceux qui aiment l'Auvergne, et de ceux qui ne la connaissent pas.
Merci de votre visite, sur la colonne de droite découvrez les Albums, archives, Top10 etc etc, il y a surement encore des choses à découvrir. Pour être informé des derniers articles publiés inscrivez-vous au flux ou mettre un "j'aime" sur la page Facebook /


Vous pouvez aussi laisser un commentaire ou partager via les réseaux sociaux. A bientôt,

Les articles et photos de ce blog sont la propriété de
© Alain Michel Regards et Vie d'Auvergne. Merci de contacter l'auteur pour une copie ou réutilisation.

http://www.regardsetviedauvergne.fr/
Le blog de ceux qui aiment l'Auvergne et de ceux qui ne la connaissent pas.