samedi 29 septembre 2012

ASM-CA / Stade Français, 28 septembre 2012, stade Marcel Michelin de Clermont-Ferrand.

ASM Clermont-Auvergne/ Stade Français


ASM/Stade Français, 28 sep 2012
ASM / Stade Français, 28 sep 2012

     Vendredi soir le public des grands jours, encore plus nombreux était bien présent au stade Marcel Michelin

  Le coup d'envoi du match de haut niveau, par le champion Olympique de saut à la perche : Renaud Lavillenie accompagné d'Adrien Chalmin capitaine de l'équipe de France Rugby-Fauteuil et de Laurent François capitaine de l’équipe de France Para-olympique-Escrime.

   Ambiance des grands soirs et joie communicative tout autour du terrain. Démarrage sans ménagement et sur les chapeaux de roues pour les Parisiens qui traversaient la défense Auvergnate dès la première minute...pour aplatir sous les yeux incrédules des spectateurs.
 
ASM/Stade Français, 28 sep 2012, Thomas Domingo
Thomas Domingo.
   Puis la lourde machine jaune et bleu, commença enfin à se mettre en marche rapide, et Thomas Domingo placé en ailier n'hésita pas pour inscrire un essai parfait, qui sera d'ailleurs le seul de la soirée pour l'ASM-CA.

   Un peu décontenancé par le jeu rapide et volontaire des visiteurs à l'image de leur spectaculaire Fidjien: Vuidravuwalu, il a fallu le pied réparateur de Morgan Para qui, points par points remonta le score jusqu'à l'égalisation 25-25 à deux minutes de la fin, et ce que tous les supporters jaunes et Bleus attendaient en scandant: Brock James...Brock James..!

   Celui-ci en embuscade et en fin tacticien attendait l'instant ou d'un coup de pied décisif et déterminé il passa "Le Drop" au son de la sirène déclenchant une véritable éruption de joie des volcaniques supporters dans le stade survolté.


Score final 28-25 on a eu chaud... Mais "ILS" ont gagné !


ASM/Stade Français, 28 sep 2012

ASM/Stade Français, 28 sep 2012

ASM/Stade Français, 28 sep 2012

ASM/Stade Français, 28 sep 2012

ASM/Stade Français, 28 sep 2012

ASM/Stade Français, 28 sep 2012, Thomas Domingo

ASM/Stade Français, 28 sep 2012

ASM/Stade Français, 28 sep 2012

ASM/Stade Français, 28 sep 2012, Jamie Cudmore

ASM/Stade Français, 28 sep 2012

ASM/Stade Français, 28 sep 2012, Thomas Domingo

ASM/Stade Français, 28 sep 2012

ASM/Stade Français, 28 sep 2012

ASM/Stade Français, 28 sep 2012, Morgan Parra

ASM/Stade Français, 28 sep 2012

ASM/Stade Français, 28 sep 2012

ASM/Stade Français, 28 sep 2012

ASM/Stade Français, 28 sep 2012

ASM/Stade Français, 28 sep 2012

ASM/Stade Français, 28 sep 2012

ASM/Stade Français, 28 sep 2012








Sources: Textes, Photos, Vidéo © Alain-Michel, Regards et Vie d'Auvergne.
              Le blog de ceux qui aiment l'Auvergne et de ceux qui ne la connaissent pas.






dimanche 23 septembre 2012

ASM-Grenoble, septembre 2012, stade Marcel Michelin.

ASM Clermont-Auvergne/ Grenoble


ASM Stade Marcel Michelin

  Hier dans une douce chaleur d'automne, les nombreux supporters et supportrices  Auvergnats ont retrouvé leur équipe : comme ils  l'aiment, volontaire, dominatrice et déterminée. 

ASM-Grenoble sep 2012

Face à des Grenoblois qui n'ont jamais abdiqué allant même jusqu'à contester le point de bonus offensif, les courageux  Jaunes et Bleus ont trouvé les ressources nécessaires, puisant dans leurs réserves et relançant inlassablement le jeu.

ASM-Grenoble sep 2012

 
Score final : 44 à 20, deuxième derrière Toulon, très bonne opération.

ASM-Grenoble sep 2012

ASM-Grenoble sep 2012


ASM-Grenoble sep 2012

ASM-Grenoble sep 2012


Photos: © Alain-Michel, Regards et Vie d'Auvergne.
            Le blog de ceux qui aiment l'Auvergne et de ceux qui ne la connaissent pas.


jeudi 13 septembre 2012

Petit Abécédaire du langage Auvergnat.


Souvenirs de la langue d’Auvergne particulièrement du Puy-de-Dôme.

Carte Postale d'Auvergne


  A
Adrillier : arbres de la famille des pommaçées les paysans s’en servent pour faire des gaules à battre les noix, des aiguillons ou pique bœuf, etc

Agourer : S’accroupir, s’acagnarder, s’asseoir sur les talons : « cette femme est toujours à S’agourer prés du feu »

Aguage : Barrage en maçonnerie avec porte mobile en bois pour arrêter l’eau dans les Ruisseaux et la détourner vers les prairies riveraines. On appelait Aiguage tantôt un droit que l’on payait afin d’avoir de l’eau pour l’arrosage des terres, tantôt le canal conducteur de ces eaux d’arrosage.

Albardeau : Bardeau, esseau, espèce de tuile ou d’ardoise de bois, qu’autrefois on désignait aussi sous le nom de : Bauche. C’est surtout dans la partie montagneuse limitrophe de la Creuse et de l’Allier, que l’on emploie ce genre de toiture.

Anche : Robinet ou cannelle qu’on place à une cuve ou un tonneau, acheter ou vendre du vin à l’anche, c’est à dire dans la cuve, avant la mise en tonneaux.

Andeliere : Ustensile de cuisine que l’on suspend à la crémaillère pour servir de support aux poêles ou poêlons, au dessus du feu.

Ane : on dit d’une personne qu’elle « pique son Âne » lorsque ayant un projet arrêté, elle va droit au but sans tenir compte ni se soucier des remontrances et objections qu’on peut lui faire.

Apport : Nom donné aux fêtes de villages principalement dans les cantons de Pionsat, de Saint Gervais et de Montaigut .C’est ce que dans le midi on appelle une : vogue.
Anciennement le mot Apport servait à désigner une grande affluence, un grand concours de personnes. Une fête était un Apport, un marché était aussi un Apport, mais c’est surtout ce sens de marché ou l’on apporte des marchandises que ce mot était utilisé généralement. Ainsi à Paris l’Apport prés du Grand-Chatelet. Clermont avait aussi son apport dont la rue actuelle du Port, indique évidemment par son nom le véritable emplacement.

Autres (eux) : de dit beaucoup dans les cantons de Menat, Montaigut, dans un sens plus spécial que "les autres".

Autres deux, autres trois: pour deux, trois autres" j'ai perdu mes plumes, donnez m'en autres deux"

Autre-tant : une pareille quantité," vous venez de me vendre deux douzaines de poires, il m'en faudrait" autre-tant"

Ayard : Espèce de peuplier, dont les branches s’étalent plus que celles du peupliers d’Italie, ce dit surtout dans les parties de notre département voisines de la Creuse et du Bourbonnais.

Aze : Ane, ne s’emploie guère qu’au figuré pour désigner un ignorant, un esprit lourd, un niais.

B
Baabie : Sobriquet par lequel on désigne les habitants de Riom. Ce mot paraît la corruption du nom d’Amable que portent la plupart des habitants de Riom, en souvenir de Saint-Amable patron de la ville. Peut-être aussi la consonance allongée de la première syllabe de ce sobriquet veut-elle rappeler, l’accent traînard des Riomois ?

Babo : Etre ou animal imaginaire dont on fait un épouvantail pour les enfants. On le présente à leur imagination comme très laid et très noir, aussi est-il passé dans l’usage de dire « noir comme Babo ».

Bachelou : petite "bacholle"

Bacholle : Vaisseau de bois presque ovale, à ouverture évasée, et à deux anses ou oreilles droites. On s’en sert principalement pour les vendanges. Les Bacholles employées à Clermont contiennent d’ordinaire 90 litres ou six pots. Autrefois elles contenaient jusqu'à 105 litres ou sept pots. Ailleurs appelées : Tine, Gerle, Jarle, Cornue, Benne , Comporte a Brives.bacholle vient de "Bacchus" le dieu du vin.

Badadet : Badaud qui regarde tout d’un air ébahi, mot patois francisé : Ouvre- Bec.

Balan: équilibre, " il a perdu son balan" il a perdu l'équilibre, il chancelle.

Balier: balayer, nettoyer avec un balai.

Banne : Jet, pousse , drageon, corne, sert à designer certaines montagnes à pointes angulaires et sommets abruptes.

Baragne : n’est employé que dans cette locution « courir les Baragnes » c’est à dire vagabonder, courir ça et là sans but déterminé.

Barailler : Faire du bruit, de l’embarras, chercher avec fracas, bouleverser.

Barbarotte : On désigne sous nom un insecte de la famille des orthoptères appelé blatte, qui habite dans l’intérieur des maisons et particulièrement dans les cuisines et les boulangeries.

Barbouille : barbouilleur," on ne le comprend jamais, c'est un barbouille"

Barcelle : Tombereau à deux roues dont on se sert dans la Limagne et qui est ordinairement traîné par des bœufs ou des vaches.

Barge : pile, meule, gros tas de bois ou de foin non bottelé.

Barlet : Petit baril dont se servent les paysans pour emporter du vin ou du petit vin lorsqu’ils vont travailler aux champs.(Bousset).

Barrot : tombereau à deux roues traîné par des vaches, c'est le nom que dans la partie montagneuse des cantons de saint Amand Tallende, de Billom, on donne au véhicule qu'ailleurs on nomme "barcelle", les chemins de montagne étant plus raides et plus pénibles pour la traction des voitures, la caisse du "barrot" est beaucoup moins grande que la "barcelle".

Batier : Pâtre chargé de garder les troupeaux de vaches dans les cantons de Besse et de Rochefort.

Battaisons : battages des blés, ne s'emploie guère qu'au pluriel: "je suis obligé de retourner à la campagne à causes des battaisons."

Bas-percé : se dit d'une personne que l'inconduite, et le défaut d'ordre ont à peu près ruinée:"d'un homme mince et Bas-percé", cette expression fait probablement allusion à une habitude autrefois assez générale, dans chaque ménage on mettait les économies dans un pied de bas.Un Bas-percé désignait donc celui qui ne faisait pas d'économies ou qui les mettait dans un bas sans fond qui ne pouvait les retenir;

Béal : canal de dérivation qui conduit l'eau du ruisseau au moulin, ou Bief, le canal destiné à répartir dans les près les eaux d'un ruisseau, c'est le canal d'où partent toutes les "rases" d'irrigation, on dit aussi an Auvergne une "Bellière".

Baube (faire la) : on dit d'un enfant qui pointe les lèvres d'un air de mauvaise humeur, et qui parait sur le point de pleurer, qu'il fait la Baube.

Bechiller : Manger à petites bouchées, par petits morceaux.

Benétier : bénitier, de "benoistier" qu'on employait autrefois, on a fait "bénétier"; comme de "Benoit" on à fait "benét"." quand elle venait au Moustier, je l'attendais au benoistier"

Benne: corbeille d'osier, manne de forme ronde ou oblongue, à rebords peu élevés, paniers que l'on met de chaque coté du bât des ânes.

Bertaires : journaliers qui, à l'époque des vendanges, transportent les raisins dans les bacholles à l'aides de hottes ou bertes.

Berchu : Qui a perdu une ou plusieurs dents.

Berte : Panier en osier ou Hotte que les cultivateurs portent sur le dos.

Bertrand : On appelle ainsi, à Clermont, les personnes qui servent d’intermédiaires dans les mariages.

Besin : toton, espèce de petite toupie, Jouer au besin, c'est, après avoir mis une petite toupie au milieu d'un cercle tracé par terre, tâcher de lui faire des entailles en lançant dessus les autres toupies.

Biaude : Blouse, sorte de vêtement, de tunique.

Bigot : Outil a deux dents dont on se sert pour charger ou décharger le fumier." Le mary d'icelle femme curait et nettoyait l'estable de ses vaches à ung engin appelé bigot".

Bijarrer : tracasser, tourmenter.

Bijarrou : bijarroune, plaideur, tracassier, argoteur.

Biller : Serrer à l’aide d’une Bille ou Tavelle, la corde destinée à retenir la charge d’une charrette ou d’un char.

Bime : Jeune vache, génisse de deux ans.

Bion : jeune pousse, rejeton d'artichaut qu'on emploie comme bouture pour faire de nouvelles plantations.

Biquer : embrasser.

Bisou : Vent froid qui pénètre dans les appartements par les fenêtres et jointures des portes.

Boche : boules de bois, jouer aux boches, c'est ce que dans le Midi on appelle jouer aux boules.

Boge : Espèce de grand sac en toile rousse très grossière.

Boime : Epithète injurieuse désignant une femme au langage hâbleur et obséquieux.

Bois-debout : étançon, pièce de bois que l'on met presque verticalement pour soutenir une muraille sapée par le bas ou peu solide.

Bonnes : (être dans ses): être bien disposé, de bonne humeur, de bonne grâce." Nostre maistre est dans ses bonnes, nous ferons tantost bonne chière".

Bonnes-gens : locution exclamative, qui exprime une commisération bienveillante, une pitié mêlée d'intérêt.

Bourrasse : Lange en laine dont on enveloppe les enfants nouveau-nés.

Bourret : On appelle ainsi dans la montagne un veau d’un an, les petites velles du même age sont des Bourrettes.

Bousaud : ventru, affligé d'une forte corpulence.

Bousset : petit baril dans lequel les paysans emportent du vin, ou du petit vin lorsqu'ils vont travailler dans les champs, le bousset est d'ordinaire moins grand que le barlet et ne contient que la ration d'un homme." et pu, quand le soulei commença sa rouleta, d'una mo son boussé, de l'autre sa fiauleta, yo se voué eyventâ sous quoque grand nughei".

Boutiole : petite tumeur, gonflement de la peau.

Brande : Maladie de la vigne lorsque ses feuilles rougissent, se dessèchent et tombe. Cette maladie est causée par un vent froid qui vers les mois d'août ou de septembre, dessèche les feuilles et arrête la végétation de la vigne.

Brayaud : Brayaude: On donne presque exclusivement ce nom aux habitants des communes voisines de Riom et de Combronde, Chatel-Guyon, saint -Hippolyte, saint-Bonnet, Davayat. Brayaud veut dire proprement vêtu de braye ou espèce de culotte large qui couvre depuis la ceinture jusqu'aux genoux.
CPA Auvergne les Brayaudes
CPA Auvergne les Brayaudes

Bredin : simple d"esprit, niais.

Bringue : Grande femme mal bâtie.

Broque : Coup, contusion, entaille.

Brottier : Fabriquant de bacholle, vases en bois et brocs.

Brule : On dit: « bois de brûle » pour du bois de chauffage.

Brulis : Feu de plantes sèches pour faire des cendres d'engrais. Sur les montagnes du Forez, pendant l'été on recueille le plus que l'on peut de végétaux de peu de valeur, genets, fougères, ronces, on les fait sécher, puis à l'approche des semailles de seigle, en septembre, on y met le feu avec l'espoir de voir la pluie fixer les cendres au sol. C'est à cet usage que les habitants de la plaine doivent, tous les automnes le spectacle de ces points lumineux, qui dans l'obscurité des nuits, se montrent disséminés à diverses hauteurs sur les montagnes.

Bughe: Pacage, pâturage, situé près de la maison d'habitation. Prairies basse et humide" la prairie des Bughes, au nord de Clermont".

Buie : Cruche dont on se sert habituellement pour mettre de l'huile.

Buron : Cabane en bois ou niche à moitié enfouie dans la terre qui sert à la fois d'habitation aux pâtres, de magasin pour le laitage et d'atelier pour la confection de ces énormes fromages, appelés Fourmes.

Buvée : Pâtée que l'on donne aux vaches, dans les montagnes d'Ambert, composée de farine d'orge, son, mélangé avec des tourteaux de colza, on y fait entrer aussi du petit lait et des feuilles de chou.

Carte Postale d'Auvergne
 
C
Cacot : Nom par lequel on désigne aux petits enfants soit un œuf soit un oeil.

Cadette : pierre de taille plate que l'on pose sur le faite d'un mur, au lieu de le terminer en dos d'âne.

Cafignon : Cafigno: Coin, petit recoin.

Calé : nanti, pourvu, en bonne position, on dit ironiquement quand on se trouve dans l'embarras, dans un moment critique " ma voila bien calé".

Canquet : On dit d'une femme bavarde dont la conversation n'est que fadaises: "c'est une Canquet ".

Carême : On dit d'une fille qui, lors de son mariage, se trouve dans la position que l'on a si justement qualifiée d'intéressante, qu'elle a fait Pâques avant Carême!.

Carmentrant : c'est le nom donné au carnaval mais plus spécialement au mardi-gras, qui se trouve à l'entrée du Carême, carême entrant." le mardy de caresmentrant ". Mannequin de paille, brulé le mardi-gras sur une place publique au milieu de cris et de chants lugubres.

Carcasser : fracasser, briser, "cette boite est toute carcassée".

Catouner : caresser, cajoler.

Cemitiere : Cimetière

Censément : Comme qui dirait, en apparence: « je bêche mon jardin je suis censément jardinier ».

Cépan : plant de vigne.

Chaber : Finir, terminer, achever." a forço de tater, lia chabet le fricot".

Chalaille : Tige desséchée de pois et de fèves.

Chalet : Lampe commune qui se suspend soit a la muraille, soit à une tige de bois fixée au plafond. C'est à la lueur du Chalet que, pendant l'hiver, les veillées se tiennent dans les étables.

Chambaras : Espèce de fenil ou de grenier formé par le plancher supérieur des étables construites dans les granges.

Chanau : Gouttière, au bord d'un toit pour recevoir les eaux qui en coulent, on dit souvent des "ch'naux" 

Chanes : Moisissures blanches qui se forment sur le vin.

Chaner(se faire) : Se faire trainer par quelqu’un dans une voiture à bras ou même a pieds. Ainsi, lorsqu’une personne qui se promène avec une autre pèse lourdement sur son bras en se faisant trainer comme a la remorque, on dit qu’elle se fait Chaner, surtout aux environs de Riom.

Chanteau : Ce qui reste du pain, de la tourte: « tiens, prends le Chanteau et sers-toi du pain ».

Chapon : dans la conversation, on désigne d'une manière générale, par 'vol du chapon', l'ensemble des terres qui environnent et avoisinent la maison ou le manoir. On entend pas ainsi parler d'une étendue déterminée. la coutume d'Auvergne entendait par "Vol du chapon" une étendue d'une septerée de terre autour de la maison.

Chapuser : Tailler, racler, raboter du bois.

Charme : Une terre en charme, c'est une terre sans culture, en jachère ou en friche.

Charrouyer : Charruyer, Charruer: Labourer, plus spécialement labourer profondément avec la grande charrue.

Charvailler : Patouiller, manier salement, détériorer, un enfant qui fourre ses mains dans un panier de raisins, prend plaisir à les tripoter, à les margouiller, à les Charvailler. Se dit à Riom.

Chat : refus éprouvé par un jeune homme qui demande une jeune fille en mariage," il en est à son second chat", voila deux demoiselles dont la main lui a été refusée!

Chat maigre : Courir à toutes jambes, l'agilité du chat naturellement des plus lestes, doit doubler lorsque la graisse ne l'embarrasse pas.

Chaucher : Inquiéter, tourmenter, vexer : « voilà une affaire qui me Chauche ».

Chaumas : On appelle ainsi dans le canton de Montaigut en Combrailles, des prés naturels non arrosés.

Chaupler : Presser la vendange avec les pieds.

Chaux ou Chaud : on désigne sous ce nom les plateaux ou les montagnes à sommet aplati," la chaud de Perrier près Issoire" célèbre par son gisement de fossiles, " la chaux de Corrent", près les Martres de Veyre, "la chaux Montgros", près de Vic le Comte, le "Puy de Hautechaux, dans la chaine du Mont-Dore.

Cheire : on appelle ainsi les champs de lave formée par la surface des coulées volcaniques modernes. les coulées les plus remarquables du département du Puy de Dôme sont: la coulée du Puy de la Vache, la cheire du Puy de Côme, la cheire de Brulavés oe de Volvic.

Chèvre : on appelle ainsi la musette, sans doute parce qu'elle est faite en peau de bouc ou de chèvre.

Chevroton : petit fromage fait avec du lait de chèvres, de la vallée des bains du Mont-Dore.

Chezal : Maison en ruine, masure, décombres.les noms de Chezal et chazal sont aussi très répandus comme nom de famille.

Chiquet : Petite quantité: « allons boire un chiquet de vin ».

Chuc ou Suc : on nomme ainsi une éminence à pentes arrondies et plus ou moins douces, une croupe, un exhaussement de terrain. Arriver sur le Chuc, c'est arriver sur le sommet d'une éminence.

Clique : personne mal famée, de peu de valeur morale, "c'est une clique".

Coimbre: Petit morceau de cuivre, les vieux clous et les épingles que les enfants ramassent dans les ruisseaux des rues.

Combe : Vallon, petite vallée, gorge entre deux montagnes: « lacombe, decombes, la combaude, comberonde ».

Cor : robinet de fontaine, canelle, petit tuyau par lequel l'eau d'une fontaine est projetée.

Cordier : on appelle pain cordié ou miche de corne une espèce de pain long tordu, qui a l'apparence de deux cornes enroulées autour l'une de l'autre.

Corsé : qui a du corps, " voila un homme bien corsé" et au figuré: ce vin est corsé.

Couane : Poltron, couard, lâche.

Couenas : nom donné par mépris aux paysans, gras, épais.

Couette : lit de plume, a Clermont on emploie aussi "coite" dans le sens de taie d'oreiller. " frère jean, fendit la coitte et coissin en deux, et par les fenètres mettayt la plume au vent."

Couder : Petit vacant au devant d'une maison ou d'une ferme, où il croit de l'herbe et du gazon, pelouse , pâturage, on appelle aussi "Couder ou Coudair" quelquefois, un petit jardin attenant à une maison de campagne, d'autres fois, le plus souvent, un pâturage communal où l'on faisait pacager les moutons ou les chevaux.

Couinler : Pousser des cris aigus.

Coup (prendre) : on dit d'une maison, qu'elle a pris coup, lorsque pour un motif ou pour un autre, sa solidité est compromise, a la suite d'éboulement, de tassement de terrain, ou après démolition d'une autre maison.

Courniole : Gosier, une cuisinière qui veut tuer un poulet lui coupe la Courniole.

Courcière ou Coursière : chemin ou sentier par où passent les voyageurs non chargés lorsque la route principale fait des sinuosités.

Crailler : Cracher salement.

Crapaud : Pierre massive sur laquelle on appuie, dans les caves, les pièces de bois destinées a supporter les fûts et tonneaux.

Crevaison : mort, faire sa crevaison, mourir, on dit aussi " c'est une crevaison", de quelqu'un dont la santé est mauvaise, ou du moins dont les apparences extérieures indiquent un état maladif.

Crignon : Extrémité du pain, ou la croûte est plus dure.

Croche : coche, entaille, aussi pour désigner le morceau de bois sur lequel on marque, au moyen de croches ou d'entailles, le nombre des choses dont on veut se souvenir.

Curé : Se qui reste d'un raisin après qu'on en est mangé les graines.

Cunette ou Sunette : nom propre diminutif de Françoise en passant par, Françon, Françinette... çunette.

Carte Postale d'Auvergne


D

Daru : brutal, bourru, " a què daru, qué grand fadar, que fouei le meichant "

Debrener : Enlever à quelqu’un les ordures dont il est couvert, et au figuré, dégager quelqu’un d’une vilaine affaire.

Dedla : Là bas, de l'autre coté, dans un autre lieux.

Dégoiser : faire des grimaces, des contorsions, soit par gestes, soit par cris.

Dégounelé : Dévêtu, débraillé.

Délander : débaucher, dérander.

Détache-lard : Long, efflanqué, assez grand pour détacher sans se hausser le lard qui chez les paysans, est habituellement pendu au plafond.

Detrame : Lieu, chambre où l’on dépose tous les objets qui ne font qu’embarrasser et encombrer les appartements, malles, valises, caisses.

Devise : limite de séparation d'un champ, d'une terre.

Douelle : douve, merrain pièces de tonneaux.

Dressiere : Petit chemin, sentier, en ligne droite, Coursière.

Drole : petit garçon, ou " ma drôle" pour " ma fille".

E
Ebercher : Faire une brèche.

Ebroquer : faire une entaille.

Ecalache : Nom que les enfants donnent aux racines de réglisse qu'ils achètent pour en extraire le jus en les mâchant.

Echamper : Bouleverser, mettre en désordre, et quelquefois perdre.

Echarpiner : mettre en menus morceaux, en brins, émietter en quelque sorte.

Effoularé : Extravagant dans ses gestes et dans sa tenue.

Emandrillé : Déchiré, déchiqueté.

Emandronner : Enlever sur les ceps de vigne, avant la floraison, les bourgeons inutiles.

Embabioler : Enjoler, engager par des flatteries, par des caresses, embabouiner.

Embarrer : Faire renter sous le matelas les bords des draps et couvertures, afin de concentrer la chaleur, comme un sac.

Emberlificoter : embarrasser, entortiller quelqu'un par des raisonnements ou des subterfuges.

Emplan : soufflet, coup sur les joues.

Engoncé : qui a le cou court, rentré dans les épaules.

Enfle : enflé.

Engrabiné : Endiablé, enragé.

Erayoir : Égouttoir ou l'on met égoutter les plats et les assiettes.

Enousser (s) : s'obstruer le gosier de manière à avoir la respiration gênée, " j'ai avalé de travers je me suis énoussé";

Enter: "enter un bas", c'est rajeunir un vieux bas en lui faisant un nouveau pied.

Escoffier : confisquer, détourner.

Essir ou Ecyre: Tempête de neige, tourmentes d'hiver violentes. La neige chassée en tourbillons épais, aveugle le voyageur qui, quelque soit sa connaissance des lieux, ne peut plus reconnaître sa route, s'égare, et une fois désorienté, s'arrête et finit par se laisser engourdir par le froid. Au col de la Croix saint Morand un dicton populaire, trop souvent réalisé, prétend qu'a la croix saint Morant il faut un homme tous les ans. On site encore la plaine de Laschamps, prés le col de la Mort-rayno.(Moréno).

Esquinter : fatiguer, battre, rouer de coups. proprement: rompre l'échine, ou, comme on disait, l'esquine.

Evanler (s) : S'étendre tout du long, s'allonger avec plaisir une fois couché.

F
Fada : fadar: nigaud, niais.

Fallace : torche, flambeau, lanternes. " pêcher à la fallace, pour pêcher à la lanterne.

Faraud : élégant, bien vêtu, " faire le faraud" c'est poser, en élégant, étaler ses vêtements.

Farinade : espèce de galette frite au beurre ou à l'huile, que l'on fait dans le ménage.

Faux, Fayard : hêtre, arbres.

Feignant : fainéant, qui ne fait rien, paresseux.

Ferremente : la ferremente d'une porte ou d'une fenêtre, c'est l'ensemble des pièces de fer nécessaire à l'agencement et au jeu de cette porte ou de cette fenêtre, autrefois on donnait aussi ce nom à l'ensemble des armes d'un chevalier ou d'un homme d'armes.

Fescelle : vase à égoutter le fromage, qui sert en même temps de moule, en bois, en fer, en terre, en fer-blanc.

Fessou : Petite houe à main, outils du vigneron pour fossoyer, c'est a dire retourner et ameublir la terre.

Fillatre : Gendre, beau-fils, belle-fille.

Fioler : S'enivrer légèrement.

Flaine, Flainette : taie d'oreiller.

Flemme : engourdissement, indolence, apathie, abattement, se laisser aller, n'avoir pas d'entrain, pas de goût pour s'occuper utilement.

Foie-blanc : On dit d'un homme qu'il a le foie-blanc lorsqu'il a enterré plusieurs femmes, c'est à dire lorsqu'il s'est remarié plusieurs fois.

Fougau : Feu en pleine air, feu de joie.

Fougeassou : fouace, espèce de pâtisserie en forme d'X, faite de farine, d'oeufs, de sel et de laitage.

Fouger : fouiller, barboter, écraser.

Fouiner : se sauver, s'esquiver sans bruit, à la sourdine, en face d'une difficulté, d'un danger quelconque.

Fourchat : fourche en fer à long manche, qu'on emploie surtout pour charger et décharger les chars de foin et de gerbes.

Fourme : gros fromage qui se fabrique dans les pâturages des montagnes, on l'appelle aussi Cantal. fourme et la tournure ancienne du mot: forme.

Fournière : petit tas de mottes de gazon ou de bruyère auquel on met le feu pour obtenir des cendres d'engrais; c'est ce qu'on appelle, techniquement faire de " l'écobuage"

Foutimasser : taquiner, tracasser, ravauder.

Foutraud : crédule, sans énergie, bonasse, simple.

Fricassée : on appelle "fricassée de cochon "ou simplement " fricassée", un plat de choix, composé des meilleurs morceaux du porc. Dans une" fricassée " figurent ordinairement un morceau de filet, des boudins et un morceau de foie. Il est d'usage qu'un paysan qui tue un porc offre une "fricassée" au curé de sa paroisse et au propriétaires des terres qu'il tient à ferme. S'il a un procès, son avocat reçoit aussi une fricassée.

Fricot : ragoût, viande cuite, nos paysans désignent par ce mot de fricot, tout mets qui n'est ni le pain ni la soupe.

Futureau : petit bateau qu'on emploie sur l'Allier.

Carte Postale d'Auvergne

G
Gabelou : Employés de l'octroi, des contributions indirectes , de la gabelle ou impôt sur le sel.

Gadan : simple d"esprit, niais, on appelle plus spécialement gadan un individu doué d'un esprit plus spécialement étroit joint à une taille longue et efflanquée, qui a des prétentions aux belles manières, qui veut faire le faraud, expression surtout usitée a Riom.

Gale-bon-temps : Flâneur, ami du plaisir, sans souci, qui aime a s'amuser.

Galapian :  galopin, vaurien.

Gaperon : espèce de fromage grossier fait ordinairement en forme de boule et composé de gape.

Garde-bousset : Petit chien, roquet charges de la garde et de la surveillance des vêtements et du barlet des paysans.

Gaudiche : Niais, dadais.

George : On appelle ainsi, principalement à Saint-Amant-Tallende, une sorte de pâtisserie massive composée de plusieurs étages entremélés de pâte et de cerises. Le George diffère du Millard par sa forme et par la contexture de sa pâte.

Gnognotte : Niaiserie, chose de peu de valeur ou d'importance.

Gobille : bille, boulette de pierre, de marbre ou d'argile, dont les enfants se servent pour jouer à la "fossette".

Gonfle : Gonflé « j'ai trop mangé de raisin, je suis gonfle ».

Gongonner : grogner, murmurer entre les dents.

Gore : Vieille vache.

Gouge : Gaupe, gouine, femme de mauvaise vie.

Goulafre : goinfre, glouton, goulu.

Goule : Gueule gorge, "col des Goules" passage très dangereux prés du Puy de dôme.

Goulhas : mare, flaque d'eau bourbeuse, petits creux remplit d'eau dans les chemins.

Gouler : Goinfrer, manger avec avidité.

Gounelle : Robe de femme. Autrefois on appelait gonnelle ou gonne, soit les robes et tuniques des femmes, soit les robes des moines.

Gounet : dadait, benêt, expression Riomoise, jeune homme qui a grandit trop vite, et auquel de longues jambes, un corps efflanqué et des habits trop courts donnent un air guindé, et une apparence ridicule, mais, un gounet n'est aps un imbécile.

Gour, Gord :  gouffre," gour de tazena" dans le canton de Manzat, le "gour saillant" à Thiers;

Gourlaud (de) : Gros, bouffi, Ange gourlaud petit enfant gras et frais aux joues roses, noix gourlaude de grosse espèce.

Gourle : une gourle, vieille savate, homme sans capacité et sans énergie.

Graisse (monter une) : gronder quelqu'un, le réprimander, ou se préparer à le réprimander, à lui dire des sottises.

Grame : gramen, chiendent, mauvaise herbe.

Grappiller, Grappeter : " on ne doit aller aux vignes pour icelles grappeler, que trois jours après que lesdites  vignes seront vendangées, sur peine d'amende"

Grelingeon : Gland, pompon: « cette dame a très mauvais goût, elle se met toujours a la tête un tas de Grelingeons ».

gribouille (fin comme) : se dit d'un imbécile, d'un niais." toute femme fillant quenouille, est plus sotte que n'est gribouille."

Groule : Vieux souliers, savate.

Grun : nom générique donné à certaines montagnes, principalement dans les arrondissements d'Ambert et de Thiers, le "Grun de Chignore" près de Vollore Ville.

Guillaume : nom que donne quelques personnes au mannequin  que l'on porte processionnellement le Mardi-Gras, ou Carmentrant.

Guinche : femme mal bâtie, qui se tient mal ou qui se tient de coté. guinchir, détourner, incliner, pencher, aller de coté, esquiver, se détourner.
  H 
Hortail : Jardin, terre hortaille, terre propre a produire des légumes, à être mise en jardin.

Hardi : courage, exclamation pour encourager à faire un effort quelconque.

Hocher : remuer, hocher de la tête,. En Auvergne, on emploie le verbe hocher pour dire: retourner dans la poêle ou la casserole les légumes ou aliments qui y cuisent, les faire sauter pour qu'ils cuisent également de tous les côtés.
I
Idée : un peu, presque pas, " mon chapeau est une idée trop petit"

Insolenter : insulter, dire des insolences "je ne veux pas me laisser insolenter !"


Issis : Sors, va t'en, pour renvoyer un chien, le chasser d'un appartement. Le mot vient du verbe ancien : Issir, sortir.
  J
Jabiole : Espèce de cage en osier, ou l'on met les jeunes poulets pour les avoir sous la main.

Jacasse : bavarde, qui parle à tort et à travers.

Jacqueline : nom propre qui est devenu une sorte d'épithète injurieuse et signifie : niaise, bête, simple.

Jadeau : jatte en bois, espèce d'écuelle de bois."Car il ha les yeulx rouges comme un jadeau de vergne !"

Jalette : Nom que l'on donne à une nouvelle accouchée.

Jars : sur les bords de l'Allier, on appelle jars les rapides, les endroits de la rivière où l'eau se précipite avec force et forme des tourbillons.

Jasse : Nom que l'on donne à la pie dans la Limagne, ou à des vaches noires et blanches.

Jeantou :  nom propre, diminutif de Jean.

Jingler : pousser des cris plaintifs, pleurer bruyamment.

Journal : mesure de superficie, contenant ordinairement les trois quarts de la " septerée "

Journau : Journée d'homme ou de bestiaux qu'un fermier ou métayer doit au propriétaire du domaine qu'il cultive.

Jusqu'a tant que : jusqu'à ce que " Je cours un fort longtemps sans voir derrière moy, jusqu'à tant que trouvant du mortier, de la terre, du bois, des estançons, maints platras, mainte pierre, je me sentis plutôt au mortier embourbé, que je ne  m'aperçus que je fusse tombé ! " 


Carte Postale d'Auvergne

  L
Lalure : niais, dadais, benêt.

lechou : gourmand .

Lessif : Mélange d'eau, de cendres et de chaux vive, dont on se sert pour faire la lessive.

Lezerte : lézard gris des murailles.

Liarde : avant le retrait des "liards" et l'émission des nouvelles monnaies de bronze, on appelait liarde, en Auvergne, les pièces de" deux liards".

Limagnier : S'est le nom que donnent, non sans quelque dédain, les montagnards du puy de dôme aux habitants de la Limagne.

Liondar : linteau, dessus de porte.

Litte : Bande de terre, champs plus long que large.

Losse : cuiller à potage.louche, pochon, lossa " dessoubre un trauchadou en la quoua de la lossa, yo n'en tire un taillon " sur une assiette, avec la queue de la losse, il en tire un morceau...hors de la marmite.

Loue : Réunion, marché ou les domestiques et les journaliers se rendent pour se louer pendant la saison des grands travaux, moisson, fenaison, vendanges.

Lure : fainéant, poltron, bon à rien.

  M
Mable, mablou : contraction d'Amable.

Maie : pétrin, huche à tétrir le pain.

Maille : Meule, tas de gerbes dans une grange.

Mare : Bruit, fracas, tapage, « faire de la mare », faire du tapage, faire des embarras.

Margouiller : Patauger, manier salement, patouiller, barboter.

Marre : Outils d'agriculture: pioche, hoyau.

Martres : Villages ou lieux habites, situés, soit prés d'un cour d'eau, soit dans un bas fond, dans des terrains humides au milieu de marécages.

Mayere ou Madiere : Branches de saules ou plus rarement de peupliers et acacias. Faire la Mayere, c'est tondre toute la ramure des saules, tous les quatre ans vers la fin de l'hiver.les grosses branches sont fendues et converties en "échalas".

Menette : Dévote, bigotte.

Menou : grosse poignée, gerbe de chanvre, ce qui peut tenir dans la main." les pieds males du chanvre étant murs, des femmes en font la récolte par arrachement, et les réunissent par poignées dont plusieurs forment un "menou"

Meunière : on apelle ainsi le hanneton, coléoptère.

Miare : ânesse, du mot Saumiera, saumierira, par lequel on désignait les mules, ânesses et autres bêtes de somme.

Miche : toutes espèces de pain quelque soit sa grosseur. Manger de la miche est pour eux un régal, c'est le pain des jours de fêtes.à Clermont lors d'un enterrement, il était de règle qu'on offrit une miche ou pain blanc au sacristain de l'église où les funérailles avaient lieu.

Miche de corne : on appelle plus spécialement miche de corne ou pain cordié, une espèce de pain qui ne diffère du pain ordinaire que par l'absence de levain et par la forme pointue ou en corde tressée qu'on lui donne.

Miette: ou Myette, diminutif de Marie, en passant par Mariette.

Milliard : Tarte aux cerises ou aux raisins, à l'origine peut-être cette patisserie était faite avec de la farine de millet?

Minaune : Fleur de noyer détachée de l'arbre. Ou petit rouleaux de crasse qui se forment sous les doigts, lors-qu’après une sueur on se frotte la peau.

Mitan : milieu, ailleurs mitan veut dire aussi moitié, c'est dans ce sens qu'on disait: Mitanier, pour Métayer

Mioche : Marmot, petit enfant.

Mitouche : hypocrite, qui semble ne pas y toucher. Sainte n'y touche, qui n'y touche pas.

Moitié pour autre : la moitié a moitié prix. « il s'est trop pressé pou vendre son blé il l'a donné moitié pour autre » c'est a dire il l'a vendu la moitié moins cher.

Montagnarde : espèce de danse ou pas très cadencé et très lourd, qui, seule avec la Bourrée, avait autrefois le privilège de mettre en mouvement les jambes des paysans de nos montagnes.

Moraine : faite, partie supérieure d'un mur en forme de dos d'âne.

Morciller :  couper à petit morceaux

Moucher : Moucher quelqu'un c'est le remettre a sa place, fermer la bouche à un impertinent par une verte réprimande ou par un mot piquant.
  " Comment il a esté mouchié!
    N'ay je pas bien faict mon devoir?"

Mouillard : Nom donné aux sources d'eaux vives qui naissent dans les pâturages de nos hautes montagnes.

Mouille : Endroit tranquille d'une rivière, lieu ou l'eau coule si paisiblement qu'elle paraît dormante.

Mouni : Singe, personne laide ou figure disgracieuse.

Mourre : visage, figure, museau.

Mouraillé : Sale, barbouillé, emplâtré. Se dit spécialement du visage.

Movaison : remuer, façon que l'on donne à la vigne.

Carte Postale d'Auvergne

  N
Nadille : Bouton de bois mobile sur un clou, servant a tenir fermées les portes des placards et armoires.

Nafré : blessure, on disait autrefois nafré pour blessé, alors que Navré indique une blessure morale.

Nanne, Nanette, Nannon : noms propres des noms: Anne et Anette, au masculin: Nannet pour Annet.

Narse : marécage, lieu tourbeux pénétré d'eau, dont le sol mouvant tremble et cède sous les pieds.
  la Narse d'Espinasse, près de Randanne, est très connue des botanistes, qui y récoltent des plantes de marais forts intéressantes. dans le Puy de Dôme plusieurs habitations dénommées: La Narse ou Les Narses, toutes occupent l'emplacement d'anciens étangs ou marécages dessechés par le temps ou par l'industrie humaine.


Niau : Oeuf qu'on laisse dans les nids pour appeler les poules et les engager à y pondre. « faire son niau » mettre à part, serrer dans un coin quelques économies
pour qu'elles en appellent d'autres et fassent la boule de neige.

Niaugne : Femme à esprit étroit, à petites idées, sans décisions dans l'esprit n'ayant la tête occupé qu'a des fadaises, des riens.

Nicodème : nom propre devenu le synonyme de simple, niais.

Niguedouille : nigaud.

Niocs : écus, espèces.

Novie : Le marié ou la mariée ou plutôt le futur et la future.

  o
Oeuvre : Mesure de superficie, ne s'emploie que pour les terrains plantés en vignes. Cette mesure sert à désigner l'étendue de vigne qu'un homme peut travailler en un jour.

Oka : Mets composé d'abattis d'oie que l'on accommode avec du jus.

Ouche : Jardin, verger clos de haies ou de murs, attenant a la maison.

Ouillier : Remplir un tonneau jusqu'au bondon ou oeil.

  P
Pacher : pâturage, pacage.

Padelle : Personne molle, sans décision, sans énergie.
 : espèce de natte grossière en paille ou en jonc, que l'on met à  l'entrée des appartements pour y faire essuyer les pieds.

Paillas : espèce de natte grossière en paille ou jonc, que l'on met à l'entrée des appartements pour y faire essuyer les pieds.

Paillasse : corbeille faite avec de la paille enroulée en forme de corde, on s'en sert surtout pour mettre les tourtes que l'on porte cuire au four.

Paillanche : Toiture en chaume ou en paille.

Pair : paire, "un pair de souliers, un pair de ciseaux".


Panleye : benêt, homme dégingandé, à la démarche niaise et paresseuse.

Pamoule : orge, ou Palmola

Papier sucré : Ce régal pour les gamins de Clermont n'est autre que la mastication et la succion par fragments des feuilles de papier gris, sur lesquelles les confiseurs et pâtissiers ont fait cuire leurs biscuits.

Paour : se dit souvent d'un paysan, un gros paour, vient probablement de la poltronnerie des paysans pour les chevaliers et hommes d'armes.

Papoue : Bouillie, soupe pour les petits enfants.

Parbouillir : bouillir vite, prendre un premier bouillon.

Parge : enveloppe en papier, couverture dont on entoure un livre, pour le conserver propre tout en le lisant.

Patachon : voiturier, conducteur d'une voiture appelée patache.

Patafiole (le Bon Dieu te):  que le Bon Dieu te confonde, cette locution aurait une origine Italienne et signifierait: que Dieu te fasse une épitaphe ! ou plutôt: te mette dans le cas dans recevoir une !

Patouiller : patauger, manier salement, patrouiller.

Patreis : Terreau provenant du curage des fossés.

Patron-Jacquet : Se lever dès l'aube, de grand matin. A Riom, on dit aussi: se lever dès Patron-Minet.

Patural : pâturage, pacage.

Pauvre : exclamation de pitié, de commisération, de tendresse, c'est le "peccaire" et "pechaire" des provençaux.

Pêche : puisard, réservoir d'eau, placé ordinairement à la tête des prés. dans le voisinage de Montaigut-en-Combrailles on disait: Pesquier ou Peschier.

Pécheter : presser la vendange avec les pieds.

Pégand : paresseux, fénéant.

Peille : vieille guenille, chiffon, débris de vêtement, haillon, loque.

Peignée : bataille, " ils se sont donné une peignée", ils se sont battus.

Pelliaraud : Chiffonnier, collecteur de peilles, chiffons, haillons, peaux de lièvres et de lapins, ferraille, des os, des verres cassés, des bouteilles d'encre vide. Bertignat, prés d'Ambert, passe pour être le village du département du Puy de Dôme le plus fertile en "pelliaraus". On disait aussi le "Piarots"

Pellière : barrage, sorte d'écluse pour arrêter l'eau d'une rivière ou d'un ruisseau, et les faire refluer dans les canaux de dérivation au service de moulins et autres usines. La plus importante était à Pont-du-Château, sur l'Allier.

Percière : bail à rente ou bail emphytéotique en vertu duquel un propriétaire aliénait un immeuble, mais en se réservant un droit de propriété représenté par une quotte-part des fruits de cet immeuble.

Petas : Chiffon, haillon, lambeau d'étoffe, repetasser poser un petas , un morceau d'étoffe.

Petit-vin : Piquette, boisson que l'on obtient après le vin de pressoir ou travin en replaçant le marc dans la cuve et jetant par-dessus une certaine quantité d'eau.

Petitou : diminutif de petit, on dit: Petitounet, Petitet, on disait aussi Jeantou, Pierrou, Fanou,

Piaux : cheveux, les enfants jouent à tire-piaux, c'est à dire se poursuivent en cherchant à se tirer les cheveux.

Pie borgne : (bavarder comme une) parler beaucoup et inconsidérément.

Pierres : (malheureux comme les pierres), expression pour indiquer le comble du malheur, c'est sans doute parce-que les pierres sont toujours écrasées sous les pieds, dans un état d'humiliation perpétuelle...

Piéton : Dans les campagnes on donne le nom de Piéton au facteur rural.

Pinponner : s'attifer minutieusement, prendre un soin exagéré de sa personne.

Pingre : ladre, avare, chiche, mesquin.

Pinatelle : petit bois de pins dans les montagnes de Thiers et d'Ambert.

Piolé : à Montaigut-en-Combrailles, on appelle avoine piolée, celle dont les germes commencent à se montrer, et forment des grains comme des taches et bigarrures.

Pionasse : Fiente de pigeon, colombine, se dit surtout du coté de Riom.

Pique : (aller à la pique) c'est le langage des habitants de plusieurs communes du canton de Saint-Dier , parcourir la France soit en mendiant ou en pélerin, soit avec une balle de colporteur, soit en se faisant, à l'aide de faux certificats, passer pour incendié, innondé.

Piqueur : Mendiant de profession, qui va à la pique expression particulière au canton de Saint-Dier et notamment à la commune de Saint Jean des Ollieres.

Planche : (avoir du pain sur la) Avoir de quoi vivre, avoir du bien d'acquis: « Il peut bien se reposer celui-la il a du pain sur la planche ». Cette locution est évidemment empruntée à l'habitude qu'on les paysans dans les fermes éloignées
  de faire cuire d'avance une assez grande quantité de pain et de le placer avec d'autres provisions, sur une planche
 ou rayon fixé par deux montants en bois aux solives du plafond.

Plantier : Jeune vigne, vigne nouvellement plantée.

Plançon : branche de saule, de peuplier, d'osier, qu'on sépare du tronc pour la planter en terre et en former une bouture.

Platine : Langue, « cette femme a une bonne platine » il ne faut pas s'attaquer à elle.


Pogne : Poignet, « prenez garde a lui, il a la Pogne solide ».

Pompe : Tarte, et généralement toute pâtisserie faite en ménage, pompe aux pommes, pompe au fromage, pompe aux cerises.

Portalier : Commissionnaire d'un village, vient chaque semaine a la ville porter des menues denrées et faire les commissions de ses concitoyens, et il leur rapporte a son retour les objets dont ils ont besoin.

Pot : Mesure de vinaigre, le pot de Clermont contenait 25 chopines et quelquefois 30, tandis que le pot de Thiers valait 48 litres et celui d'Ambert 20 litres. Aujourd'hui le pot est compté pour 15 litres.

Pouffiasse : Personne massive, bouffie, joufflue.

Pourette : jeunes plants d'arbres, plants de pépinières de un ou deux ans. On appelle aussi Pourette une plante de jardin qu'on emploie en cuisine en guise de condiment, c'est Allium Ampeloprasium de Linné. Les omelettes à la Pourette sont assez recherchées.

Carte Postale d'Auvergne

  Q
Quarte : ancienne mesure encore en usage pour les liquides et les grains. Une quarte de lait contient 2 litres, la quarte de blé est la moitié de l'émine et le quart du septier.

Quartelée : Mesure agraire, quatrième partie de la septerée.

Quarton : Mesure pour les grains, huitième du septier.

Quartonnée : Moitié de la quartelée ou huitième partie de la septerée.

Quignon : Petit coin de pain, crignon, crougnon de pain.

Quinquenelle(faire) : Faire faillite, faire de mauvaises affaires. Délai de 5 ans accordait à un débiteur.

  R
Raisons (dire des) : Injurier, adresser des injures des reproches, apostropher vivement.

Rancheau : déversoir des eaux qui coulent d'un toit, tuyau de descente en fer blanc.

Raquer : Couper, « je me suis fait Raquer les cheveux »

Rateleau : Grapilleur, glaneur, ratisseur de petits profits, homme d'affaires plus ou moins honnête, s'emploie surtout dans les environs de Riom.

Rates ou Ratounes : Nom qu'on donne aux petites dents des enfants.

Raviere : Champ planté en raves.

Recole : Lanière de cuir passant sur le coude-pied et servant à fixer les sabots au pied.

Recoquet : Dernier né de la couvée, enfant venu longtemps après les autres.

Remailler : Remailler un mur, c'est le réparer aux endroits endommagés. Ce n'est pas une réparation complète, c'est une reprise, une sorte de crépissage a l'aide de chaux et de petits moellons.

 Repater :   faire manger, repaître, nourrir  " j'ai renvoyé mes ouvriers après les avoir bien "repâtés"

Respect (parlant par) : Un paysan ne parlerait jamais de ses porcs ou de son fumier sans ajouter la formule, « parlant par respect »

Trouble : Champ récemment moissonné.

Rique : Mauvais petit cheval.

Riquet : mesquin, piètre, " elle avait un manteau tout riquet"

Rocantin : Vieille histoire , plaisanterie usée a force d'être connue.

Rodade : Marché de bestiaux qui se tient à Montferrand, tous les vendredi, sur une place appelée Rodade. Ce nom tire peut-être son origine de la forme de cette place, arrondie comme une roue, roda.

Rotie : Porter la Rotie, expression se rapportant à une mauvaise plaisanterie qui dégénérait quelquefois en querelle. Les jours de noces, après la cérémonie d'usage lorsque les nouveaux mariés étaient couchés, tous les jeunes invités se réunissaient et leur portaient en grande pompe soit un poulet rôti, soit un bouillon soit un verre de vin chaud avec des tranches de pain grillé, soit même un simple verre d'eau.

Rougneux :  qui a la rogne ou rougne (maladie de la peau)

S
Saccaraud : Maussade, malpropre, négligé dans son habillement.

Sagouiller : barboter dans l'eau, troubler l'eau avec malpropreté.

Sainfusquin : Fortune, avoir d'une personne, tout ce qu'elle possède: « il a mangé son sainfusquin ».

Sarcis : Reprise en couture faite grossièrement, sans goût, à la hâte.

Sarpilliere : Toile grossière, toile d'emballage, serpillière.

Saupelette : culbute, cabriole, cul par dessus tête.

Seille : seau, espèce de vase en bois pour puiser ou contenir de l'eau.

Selin : On appelle ainsi certaine partie de la Limagne, notamment dans les communes de Châteauguay, Ménétrol, une sorte de terrain dont la contexture argileuse et compacte est rebelle à la culture. On suppose que le sel se trouve en grande quantité, car les bestiaux qui en sont très friands, préfèrent les maigres herbes qui croissent dans ces terrains, à une nourriture plus copieuse et que le lait semble être de meilleure qualité lorsque les vaches ont pacagé plusieurs jours dans les pâturages ou le Selin domine.

Serre-malice : Nom qu'on donne ironiquement à un cercle en laiton dont les femmes de Latour-D'Auvergne s'entourent la tête pour retenir leur coiffure, composée d'un petit voile noir d'étoffe épaisse qui retombe sur la nuque.

Serve : Réservoir d'eau, puisard, espèce de citerne ou l'on ramasse les eaux pour l'arrosage des près.

Soue : Etable à porcs.

Souillarde : Partie de la cuisine ou on lave et nettoie la vaisselle, les casseroles. Primitivement, lieu ou se tenaient les marmitons, ou valets de cuisine qu'on appelait: soillards ou souillards.

Soutre : Poutres sur lesquelles, dans les caves, on pose les tonneaux pour les surélever du sol.

Survêne : tout ce qu'un fermier est obligé de donner à son propriétaire en denrées, volailles, en sus du prix de ferme.

T

Tachoir ou Tachou : Variété de raisins chargée de matière colorante, qui tache les mains ou la figure.

Tant plus : terme de comparaison, " tant plus il y en aura, tant plus j'en mangerai "

Tassée : Contenu d'une tasse, nos paysans des pays vignobles ne craignaient pas de boire, en travaillant, quelques tassées de vin, pour cela chacun d'eux porte toujours dans son gousset une tasse en bois, soit en fer blanc, soit, très souvent en argent.

Tate-Poule : Se dit d'un homme excessivement minutieux, tatillon, qui s'occupe de ces petits soins du ménage, classés ordinairement dans le domaine des femmes.

Taitiche ou Tautoune : Méticuleux, d'un caractère indécis, tatillon.

Tavelle : Morceau de bois de moins d'un mètre, au moyen duquel on enroule et on serre autour d'un rouleau mobile, les cordes qui assujettissent et maintiennent les objets et les ballots chargés sur une charrette.

Terson : Taureau ou génisse âgé de trois ans.

Tire-Liard : Homme avare, tiré du mot ancien « pincemaille », la Liard et la Maille étant des menues monnaies.

Tonne : Petite maison dans les jardins ou dans les vignes. Lieu de repos, abris contre le mauvais temps, appelés ailleurs « à Paris: Bastille, à Marseille: Bastide, et ailleurs: Vide-bouteilles » Dans l'origine, les petits lieux de repos ménagés dans les vignes ne devaient être que des abris contre le soleil, formés avec des branches courbées comme des cercles de tonneaux et recouvertes soit de pampre, soit de plantes grimpantes. Pour les yeux, ces abris avaient alors l'aspect de la maison de Diogène. De là les noms de Tonne et de Tonnelle qui servent à designer les berceaux de feuillage et les maisonnettes parsemées dans tous les vignobles autour de nos villes.

 Tomme :  lait coagulé par la présure, après fermentation et salaison la Tmme se transforme en gros fromage ou Fourme.

Topète : Fiole de verre, petite bouteille de forme allongée.

Tourte : On nomme ainsi le pain noir a l'usage des paysans, on entend par Tourte, tantôt un grand pain bis rond, tantôt une pâtisserie de forme arrondie on ajoute alors le nom de l'ingrédient principal: « Tourte aux oeufs, Tourte au fromage... ». Avant d'entamer une Tourte, on ne manque jamais de faire avec le couteau le signe de la croix sur l'un des cotés. Autrefois les métiers de boulangers et pâtissiers étaient désignés : « Tourterie ».

U

Uilhe ou Euille : Rempli, bourré jusqu’à l’œil, comme un tonneau.

Use : Usé, « ma chemise et use »

Ustache ou Eustache : Espèce de couteau commun à manche de buis, que l’on fabrique à Thiers et dans les environs, avec de vieilles faux.


V
Vacher : On donne le nom de Vacher dans les hauts pâturages à un homme spécialement chargé de faire les fromages.

Vacheron : On appelle dans les montagnes d’Ambert l’aide du Vacher, le Vacheron est plus spécialement chargé de conduire les vaches au pâturage et de les surveiller.

Vaisseler : Nettoyer et laver la vaisselle : « cette assiette est mal vaisselée ».

Varenne : Terre sablonneuse et maigre.

Ventonge : Ouragan, tourbillon de neige.

Veuble : Petit trou au-devant d’un colombier pour servir de porte et de lucarne aux pigeons.

Vigerie : Champ planté en osier ou vige.

Vire-Marion : Soufflet, on dit aussi un Revire-Marion « Garde que je te donne un si beau Revire-Marion que la terre t’en donnera un autre ».

Vorme : Morve, humeur qui s’échappe du nez.

Carte Postale d'Auvergne







  Sources: Souvenirs de la langue d'Auvergne, Essais sur les idiotismes Par Francisque Mege, 
         © Alain Michel Regards et Vie d'Auvergne.
 le blog de ceux qui aiment l'Auvergne, et de ceux qui ne la connaissent pas.







 
Bonjour, merci de votre visite, sur la colonne de droite découvrez les Albums, articles, archives, Top10 etc etc, il y a surement encore des choses à découvrir. Pour être informé des derniers articles publiés inscrivez-vous au flux ou mettre un "j'aime" sur la page Facebook /


Vous pouvez aussi laisser un commentaire ou partager via les réseaux sociaux. A bientôt,

Les articles et photos de ce blog sont la propriété de
© Alain Michel Regards et Vie d'Auvergne. merci de contacter l'auteur pour une copie ou réutilisation.

http://www.regardsetviedauvergne.fr/
Le blog de ceux qui aiment l'Auvergne et de ceux qui ne la connaissent pas.