mercredi 10 octobre 2012

Les Auvergnats, description pittoresque.

  Description pittoresque des habitants de l’Auvergne.


   
CPA Auvergnats

Les Auvergnats.


  « Les habitants des villages semés dans la Limagne sont actifs, laborieux, énergiques. Toujours chargés d’une hotte, dont les deux bâtons placés sur chaque épaule menacent sans cesse les passants, ils portent très-loin de lourds fardeaux. A l’aide de cet instrument, ils déplacent le sol, en prenant la terre végétale dans les lieux où elle est abondante pour  la déposer sur des pentes arides et même sur des rochers. Quelques années après, on est surpris de voir une vigne ou un champ là où il n’y avait auparavant que la roche nue.
 Mais aussi ils sont batailleurs.
    Quand ils sortent des « bouges » de Clermont où ils se sont enivrés d’une mauvaise bière et d’eau de vie frelatée, ils se cherchent facilement querelle et leur main est bientôt armée de leur terrible couteau de poche qui ne les abandonne jamais.   Ils ont une grande tendance à vivre indépendants.

    Il faut même le dire, ils n’aiment pas l’autorité ni les représentants de l’autorité ; et il n’est pas rare de les voir lutter contre les gendarmes pour leur arracher ceux d’entre eux qu'ils ne croient pas coupables, à moins qu'il n’y ait eu déshonneur.
   Ils répugnent à toute  espèce d’impôt, excepté à la conscription qui flatte leurs instincts belliqueux. Ne leur parlez pas des habitants des villes, ils ont pour eux une haine naturelle.
 
CPA Auvergnates
   L’amour du gros sou est inné chez eux, surtout chez les femmes. Elles ne craignent pas de faire  plusieurs lieues pour  en gagner quelques-uns. Chaque matin, elles vont  à la ville   vendre certaines denrées, et, lorsqu’elles  n’ont plus autre chose , elles chargent leur tête d’un faix de bois sec et l’offrent, sur la place, aux passants  . Elles donnent un sou pour leur droit de vente, vendent leur bois deux sous, total : un sou de bénéfice !
   Et elles s’en retournent contentes.
Dans les villes, l’apathie est toute orientale.

 
   Les montagnes sont si belles, l’air est si pur, le ciel si méridional qu'on se croirait en Italie, si la couleur et l’architecture des maisons ne rappelaient pas qu'on est à Clermont. 
Vous aurez bientôt connu les qualités et les défauts des habitants ; leur caractère n’est pas caché : ce qui se montre le premier ce sont leurs défauts .
 L’égoïsme y est froid et railleur. Chez les marchands, l’envie va jusqu’à la haine : le fond de leur caractère est la jalousie, seule passion qui leur donne de l’énergie et de l’activité ; car leur tempérament lymphatique les porte à l’inaction ; mais la cupidité les rends âpres au gain. La jeunesse y est inoccupée et passe son temps dans les cafés. Les marchands eux-mêmes, fatigués d’être restés assis dans leur boutique à attendre les clients ou de s’être promenés en baillant le long de leurs banques, vont achever leur journée au café. Ces établissements sont d’un excellent rapport à Clermont.
 
CPA Auvergne la messe en plein air
  Le dimanche, des flots de robes débouchent des églises ; mais avec une telle lenteur qu’on se demande s’ils remuent. Quelques-unes  plus pressées sont obligées de pousser les autres pour s’ouvrir un passage. Les marches de l’église deviennent un passage. Les marches de l’église deviennent un salon de conversation ; une demi-heure après l’office, on y voit encore des femmes qui causent. Ce jour-là, la ville entière se promène dans les rues.
Henri est très dévot, il a assisté à la procession de la Fête-Dieu  à Clermont. Voici la description qu'il m’en a faite :

   « C’est d’abord, sur deux rangs, une file de gamins armés de lances au sommet desquelles flottent des oriflammes blanches, rouges ou bleues ; puis des jeunes filles accoutrées en blanc ; au centre, un groupe de chanteuses qui glapissent ou bêlent plus fort les unes que les autres, et roulent, sous d’épais voiles blancs, de gros yeux inquiets de l’effet qu’elles produisent ; plus loin entre deux rangées de femmes pieuses, trois pauvres petits enfants à moitié nus, représentent : des Jean-Baptiste, des Jésus au désert, revêtus seulement d’une peau de mouton. L’un d’eux même, pour plus de ressemblance, conduit un agneau attaché à une corde. Le vénérable évêque, précédé de son clergé, avait beau passer, en portant sous son dais, le Saint-Sacrement, la foule s’en occupait peu ; elle n’avait d’yeux et de cris d’admiration que pour ces trois pauvres petits malheureux qui grelottaient sous leur fourrure. J’en ai été indigné. C’est une comédie déplacée qu’un goût dépravé peut seul tolérer ;

-« Mais, vous savez bien que la comédie est sortie de l’église ! »

-« Je le sais. Et c’est parce qu’elle en est sortie, que je ne voudrais pas l’y voir rentrer ! »



Louis Nadeau, 1862.





Sources : © Alain-Michel, Regards et Vie d'Auvergne.
                Le blog de ceux qui aiment l'Auvergne et de ceux qui ne la connaissent pas.



Merci de votre visite, sur la colonne de droite découvrez les Albums, archives, Top10 etc etc, il y a surement encore des choses à découvrir. Pour être informé des derniers articles publiés inscrivez-vous au flux ou mettre un "j'aime" sur la page Facebook /


Vous pouvez aussi laisser un commentaire ou partager via les réseaux sociaux. A bientôt,

Les articles et photos de ce blog sont la propriété de
© Alain Michel Regards et Vie d'Auvergne. Merci de contacter l'auteur pour une copie ou réutilisation.

http://www.regardsetviedauvergne.fr/
Le blog de ceux qui aiment l'Auvergne et de ceux qui ne la connaissent pas.